Ouvrir le menu principal

Rue de la Pompe (métro de Paris)

station du métro de Paris

Rue de la Pompe
Avenue Georges-Mandel
Quai en direction de Mairie de Montreuil,en février 2012.
Quai en direction de Mairie de Montreuil,
en .
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 16e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 50″ nord, 2° 16′ 45″ est

Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 16e arrondissement de Paris)
Rue de la Pompe Avenue Georges-Mandel

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Pompe Avenue Georges-Mandel
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Transit annuel 3 138 962 (2013)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 1713
Ligne(s) (9)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 52 63
RER (RER)(C) (Avenue Henri-Martin,
à distance)
(9)

Rue de la Pompe est une station de la ligne 9 du métro de Paris, située dans le 16e arrondissement de Paris.

SituationModifier

La station est implantée sous l'avenue Georges-Mandel, à l'est de l'intersection avec la rue de la Pompe.

HistoireModifier

La station est ouverte le avec la mise en service du premier tronçon de la ligne 9 entre Trocadéro et Exelmans.

Elle doit sa dénomination à sa proximité avec la rue de la Pompe, laquelle correspond à une ancienne voie du village de Passy qui figurait sur les archives de 1730 en tant que chemin longeant les murs du château de la Muette. Il aboutissait à une des portes de l’enclos ceinturant le bois de Boulogne. Nommé le Vieux-Chemin, il fut transformé à la fin du XVIIIe siècle en rue et prit le nom de la pompe qui fournissait l'eau à ce même château de la Muette.

La station porte comme sous-titre Avenue Georges Mandel du fait de son implantation sous ladite avenue, laquelle rend hommage à Georges Mandel (1885-1944), homme politique français assassiné le 7 juillet 1944 par la Gestapo et la Milice française.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs de la station et l'éclairage des quais ont été rénovés le 1er septembre 2004[1].

En 2011, 3 081 914 voyageurs sont entrés à cette station[2]. En 2012, ils sont 3 176 907 entrants[3], puis 3 138 962 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 167e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[4],[5].

Services aux voyageursModifier

AccèsModifier

La station dispose d'un unique accès intitulé « allée Maria-Callas », constitué de deux escaliers fixes établis dos-à-dos au droit du 56, avenue Georges-Mandel. Celui débouchant le plus près de l'angle avec la rue de la Pompe est orné d'un candélabre Val d'Osne.

QuaisModifier

Rue de la Pompe est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro et la voûte est elliptique. La décoration est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : les bandeaux d'éclairage sont blancs et arrondis dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les pieds-droits, la voûte et les tympans. Les cadres publicitaires sont en faïence de couleur miel et le nom de la station est également en faïence dans le style de la CMP d'origine, tandis que le sous-titre est inscrit en-dessous, en police de caractères Parisine sur plaques émaillées. Les sièges sont de style « Motte » sont de couleur rouge.

IntermodalitéModifier

La station est en correspondance avec la gare de l'avenue Henri Martin (de la ligne C du RER), située à une distance d'environ 400 mètres via l'avenue Henri-Martin. Cette correspondance est reprise sur le plan du RER C, sans distinction particulière. En revanche, elle n'apparaît pas sur les plans de la ligne 9 et du métro, la correspondance pouvant s'effectuer aux stations suivantes pour chacune des deux lignes (La Muette pour la ligne 9 et Boulainvilliers pour le RER C). Cependant, cette dernière liaison n'est pas utilisable lors des travaux d'été du RER C, la gare de Boulainvilliers étant alors inaccessible, auquel cas la première correspondance mentionnée ci-dessus par la voie publique vers la gare de l'avenue Henri-Martin est préférable pour relier les deux lignes.

La station est également desservie par les lignes 52 et 63 du réseau de bus RATP à l'arrêt Pompe - Mairie du 16e.

À proximitéModifier

CultureModifier

  • François-Marie Banier, Les Femmes du métro Pompe, Gallimard, 2006.
  • C'est dans cette station (ou à la station Châtelet, selon d'autres témoins) qu'est aperçu pour la dernière fois le chanteur Alain Kan le [6].

Notes et référencesModifier

  1. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le 27 avril 2019)
  2. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  3. [xls] Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 11 janvier 2014).
  4. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  5. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.
  6. Violaine Schütz, « Trésors cachés : Alain Kan », sur Brain Magazine, (consulté le 1er novembre 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier