Rue de l'Évêché (Nantes)

voie de Nantes, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de l'Évêché.

Rue de l'Évêché
Situation
Coordonnées 47° 13′ 08″ nord, 1° 33′ 02″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Morphologie
Type Rue
Forme Rectiligne
Histoire
Anciens noms Rue Cerutti
Monuments Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes
Porte Saint-Pierre
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue de l'Évêché
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue de l'Évêché

La rue de l'Évêché est une artère du centre-ville de Nantes, en France.

LocalisationModifier

La rue relie la place Saint-Pierre (au niveau de la jonction avec la rue du Roi-Albert) à la place Maréchal-Foch.

DénominationModifier

Cette voie, longtemps appelée « rue de la Porte-Saint-Pierre » a brièvement porté, pendant la Révolution, le nom de « rue Cerutti » du nom de Joseph-Antoine Cerutti, homme de lettres et journaliste, avant de prendre son nom actuel[1].

HistoriqueModifier

La voie est une des plus anciennes de la ville. Elle fait partie de la voie romaine menant de Nantes à Lyon en passant par Angers, et qui parcourait l'antique cité des Namnètes[2] en passant par « la chaussée », à savoir la « haute Grande-Rue » et la « basse Grande-Rue »[3], après avoir traversé la place Saint-Pierre.

La décision de créer une rue moderne, permettant d'entrer dans la ville depuis la porte Saint-Pierre par laquelle aboutissait la route de Paris[4], date de 1763[1]. Le principal obstacle était l'ensemble constitué par les fortifications médiévales[5], percé par la seule porte Saint-Pierre, relativement étroite. Cet ensemble, à l'est de la porte Saint-Pierre, formait le « boulevard de Saint-Pierre », dont l'accès depuis la motte Saint-Pierre se faisait via un pont[2]. À l'ouest de la porte, les terrains au nord de la voie étaient alors occupés par les écuries de l'Évêché, la Conciergerie, la cour, le jardin et l'auditoire des Regaires. Le jardin joignait le mur de ville sur une longueur de 245 pieds (environ 80 mètres) selon l'historien Louis Bizeul[1].

Les plans sont dressés par Mathurin Crucy[6], qui projette la construction d'immeubles de rapport des deux côtés de la rue. Il prévoit des bâtiments austères, dont les rez-de-chaussée et entresols présentent une succession d'arches. Finalement, seul le côté nord-est est construit. Un compromis entre la ville et l'évêché fut nécessaire pour entamer les travaux qui débutèrent en 1783 et se prolongèrent jusqu'en 1791[1]. La voie de circulation, autrefois située dans l'axe du porche de la porte Saint-Pierre, est déplacée, au niveau de l'ancienne muraille, d'une dizaine de mètres vers le nord ; cette rectification a modifié le départ de la voie à l'est, mais pas son point de passage près de la cathédrale, côté ouest[2]. Cette rectification a pour but de permettre à la rue de remplir son rôle de voie à grande circulation[7]. Les immeubles de la rue sont à nouveau frappés d'alignement en 1793[8].

Au sud de la voie, les derniers bâtiments de l'évêché furent rasés en 1909-1910 afin de permettre l'élargissement de la rue. Un square occupe aujourd'hui leur emplacement[9].

Architecture et monuments remarquablesModifier

La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, bâtie entre 1434 et 1891, bénéficie d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1862[10].

La Porte Saint-Pierre, le vestige le mieux conservé des remparts de la ville, datant du XVe siècle pour la partie basse, mais reposant sur des fondations d'époque gallo-romaine, est classée aux monuments historiques depuis 1909[11].

RéférencesModifier

  1. a b c et d Pied 1906, p. 114.
  2. a b et c de Berranger 1975, p. 92.
  3. Actuelles rue Saint-Pierre, de Verdun et de la Marne.
  4. Tracé approximatif aujourd'hui formé par RN 23, le « boulevard Jules-Verne », la « rue du Général-Buat » et la « rue Maréchal-Joffre »
  5. Lelièvre 1988, p. 112-113.
  6. Lelièvre 1988, p. 229.
  7. Lelièvre 1988, p. 120.
  8. AD44 cote L 1698
  9. « Plan parcellaire du square de l'Évêché », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 1er mai 2013).
  10. Notice no PA00108654, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 21 février 2012.
  11. Notice no PA00108757, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 12 mai 2011

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Lelièvre, Nantes au XVIIIe siècle : urbanisme et architecture, Paris, Éditions Picard, coll. « Architectures », , 295 p. (ISBN 2-7084-0351-6).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :