Rue de l'Échaudé

rue de Paris, France

6e arrt
Rue de l'Échaudé
Image illustrative de l’article Rue de l'Échaudé
Partie nord entre les rues de l'Abbaye et de Bourbon-le-Château.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Saint-Germain-des-Prés
Début 40, rue de Seine
Fin 164, boulevard Saint-Germain
Morphologie
Longueur 200 m
Largeur m
Historique
Création XIVe siècle
Dénomination 1669
Ancien nom Rue Dürenstein
Géocodification
Ville de Paris 3112
DGI 3080
Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Rue de l'Échaudé
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de l'Échaudé
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de l'Échaudé est une voie située dans le quartier Saint-Germain-des-Prés du 6e arrondissement de Paris en France.

Situation et accèsModifier

La rue de l'Échaudé est desservie à proximité par la ligne    à la station Mabillon, ainsi que par les lignes de bus RATP 39 63 70 86 87 96.

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom en raison de la forme triangulaire du groupe de maisons qui la bordait et avait la forme d'une pâtisserie appelée « échaudé[1] ».

HistoriqueModifier

Très ancienne voie de Paris présente au XIVe siècle sous le nom de « chemin sur les Fossés de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés », elle prend le nom, au XVIe siècle, de « cul-de-sac du Guichet » car elle était un cul-de-sac reliant la porte principale de l'abbaye — guichet de l'abbaye — à la rue de Seine. La rue fut prolongée au-delà de la rue Jacob en 1608.

Elle est citée sous le nom de « rue de l'Eschaudé » dans un manuscrit de 1636.

En 1669, elle prend le nom de « rue de l'Échaudé ».

En 1806, elle prend temporairement le nom de « rue de Dürenstein » (accessoirement « rue de Metz ») pour célébrer la victoire française à la bataille de Dürenstein contre les troupes autrichiennes, mais elle retrouvera son nom en 1814 avec la chute de Napoléon pour redevenir la rue de l'Échaudé-Saint-Germain afin de la distinguer de la rue de l'Échaudé-au-Marais (actuellement rue Debelleyme)[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Au no 15, ancien siège originel du Mercure de France quand il fut refondé par Alfred Vallette.
  • Au no 21, ancien atelier du sculpteur César[2].
  • Au no 31 subsiste une enseigne en bois d'un commerce datant du XVIIe siècle. Dans les années 1970, s'y trouvait le Mocambo, un club dansant très prisé.
  • De 1966 à 1977, l'un des plus importants galeristes d'art contemporain français, Yvon Lambert, y ouvre sa première galerie qui fera la promotion des artistes américains de l'art conceptuel et sera à la base de la constitution de la collection Lambert.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

CinémaModifier

Le film de Robert Bresson, Une femme douce, a été tourné dans l'appartement du peintre Olivier Mosset, au 31, rue de l'Échaudé, à l'été 1968[3].

Notes, sources et référencesModifier

  1. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, fac-similé de l'édition de 1844, p. 324.
  2. Anne-Cécile Beaudoin, « César, l'homme qui changeait le fer en or », Paris Match, 7-13 décembre 2017, p. 112-119.
  3. Philippe Azoury, « Un zeste de Zanzibar », Libération,‎ (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :