Rue de Talleyrand

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Talleyrand (homonymie).

7e arrt
Rue de Talleyrand
Image illustrative de l’article Rue de Talleyrand
La rue de Talleyrand vue de la rue de Grenelle en 2019.
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Invalides
Début 25, rue de Constantine
Fin 142 bis, rue de Grenelle
Morphologie
Longueur 139 m
Largeur 12,8 m
Historique
Création 1908
Géocodification
Ville de Paris 9119
DGI 9159
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Talleyrand

La rue de Talleyrand est une voie du 7e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue de Talleyrand est située à l'est de l'esplanade des Invalides. Elle débute perpendiculairement à l'esplanade au 25, rue de Constantine puis oblique à angle droit, après une vingtaine de mètres, et finit au 142 bis, rue de Grenelle.

Le quartier est desservi par la ligne de bus RATP 69 et par la ligne    à la station Varenne.

Origine du nomModifier

 
Boson de Talleyrand-Périgord.

La voie porte le nom du 4e duc de Talleyrand, Boson de Talleyrand-Périgord (1832-1910). Elle est ouverte sur une partie des jardins de l'hôtel de Monaco qui ont été sa propriété.

HistoriqueModifier

La voie est créée en 1908 sur la propriété du prince de Sagan, duc de Talleyrand-Périgord, arrière-petit-neveu de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, dit Talleyrand.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Nos 1-3 : ancien hôtel Seligmann ; actuelle ambassade de Pologne.
  • Nos 1-3 : hôtel Seligmann, décrit en 1910 comme un hôtel particulier à un étage, de construction récente, édifié par l’architecte René Sergent[1] pour l'antiquaire Jacques Seligmann ; en 1912, une exposition d'art décoratif y est organisée par la comtesse Greffulhe[2] ; l'hôtel particulier est surélevé d'un étage de bureaux en 1935[3] ; il est alors habité par le commissaire général de l'Exposition universelle de 1937 ; aujourd’hui : ambassade de Pologne en France au no 1 et section consulaire de l’ambassade au no 3.
  • No 7 : construction neuve en 1912 ; maison de rapport de cinq étages avec chambres au 6e étage ; appartenant à M. Jouarre ; architecte : M. Hermant[1].
  • No 8 : le 5 mai 1926 sont mis en vente au palais de justice de Paris un hôtel sis au 27, rue de Constantine et un terrain 8, rue de Talleyrand. Mise à prix : 800 000 francs[4].

Bâtiment détruitModifier

  • No 5 : construction neuve en 1912 ; hôtel particulier de trois étages[5], appartenant à M. Auscher[6].

Notes et référencesModifier

  1. a et b 3589W 2204, Casier sanitaire, Archives départementales de Paris.
  2. L’Art et les artistes, Paris, avril 1912.
  3. Permis de construire daté du 15 octobre 1935, Demandes de permis de construire parisiens, volume 6, Archives départementales de Paris.
  4. Le Journal, 4 avril 1926, sur gallica.bnf.fr.
  5. « Hôtel Seligmann, 5, rue de Talleyrand, près de la terrasse de Mr Auscher, 7e arrondissement, Paris », Musée Carnavalet, Paris.
  6. Très probablement : à l'architecte Paul Auscher.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier