Rue de Normandie

rue de Paris, France

3e arrt
Rue de Normandie
Voir la photo.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissement 3e
Quartier Enfants-Rouges
Début 39, rue Debelleyme
Fin 62, rue Charlot
Morphologie
Longueur 148 m
Largeur 10 m
Géocodification
Ville de Paris 6760
DGI 6817
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Normandie
Géolocalisation sur la carte : 3e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 3e arrondissement de Paris)
Rue de Normandie
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Normandie est une rue du 3e arrondissement de Paris.

Situation et accès modifier

Ce site est desservi par les stations de métro Saint-Sébastien - Froissart et Filles du Calvaire.

Origine du nom modifier

 
Plaque de la rue avec le drapeau de la région.

Le roi Henri IV avait formé le projet de faire bâtir dans le quartier du Marais une grande place qui serait nommée « place de France », sur laquelle devaient aboutir plusieurs rues portant chacune le nom d'une province. C'est ainsi que cette rue porte le nom de la province de Normandie.

Historique modifier

Elle a été ouverte en 1696 jusqu'à la rue de Périgueux (rue Debelleyme), puis prolongée en 1701 jusqu'à la rue Vieille-du-Temple, mais cette section fut réunie à la rue de Turenne en 1830. Dans les années 1980, la rue de Normandie aboutissait à la rue de Turenne qui s'élargissait après avoir coupé la rue Debelleyme.

Une place piétonne a été créée au bout des rues de Turenne et Normandie avec la statue du jeune Turenne au milieu (on lui vola son épée dans les années 2000). Signée Benoît Lucien Hercule, elle rend hommage au vicomte de Turenne Henri de La Tour d'Auvergne (1611-1675), qui combattit à proximité lors de la Fronde et vécut non loin, dans un hôtel particulier de la future rue de Turenne[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire modifier

 
Plaque commémorative.

En littérature modifier

Honoré de Balzac, dans son roman Le Cousin Pons, décrit la rue des années 1840 du XIXe siècle comme suit :

« La rue de Normandie est une de ces rues au milieu desquelles on peut se croire en province : l’herbe y fleurit, un passant y fait événement, et tout le monde s’y connaît. Les maisons datent de l’époque où, sous Henri IV, on entreprit un quartier dont chaque rue portât le nom d’une province, et au centre duquel devait se trouver une belle place dédiée à la France[3]. »

« La rue de Normandie est une de ces vieilles rues à chaussée fendue, où la ville de Paris n’a pas encore mis de bornes-fontaines, et dont le ruisseau noir roule péniblement les eaux ménagères de toutes les maisons, qui s’infiltrent sous les pavés et y produisent cette boue particulière à la ville de Paris[3]. »

Références modifier

Sources modifier