Ouvrir le menu principal

3e arrt
Rue Volta
Image illustrative de l’article Rue Volta
Maison à colombages.
Situation
Arrondissement 3e
Quartier Arts-et-Métiers
Début Rue au Maire
Fin Rue Notre-Dame-de-Nazareth
Morphologie
Longueur 330 m
Largeur 10 m
Historique
Dénomination 1851
Ancien nom Rue Frépillon
Rue Ferpillon
Rue Ferpeillon
Rue Fripilon
Rue Serpillon
Rue de la Croix
Rue de la Croix-Neuve
Rue du Pont-aux-Biches
Rue du Pont-aux-Biches-Saint-Martin
Géocodification
Ville de Paris 9871
DGI 9905

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Volta
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Volta est une rue située dans le quartier du Marais, au sein du 3e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Ce site est desservi par les lignes     à la station de métro Arts et Métiers.

Origine du nomModifier

Cette rue porte le nom du physicien italien Alessandro Volta (1745-1827).

HistoriqueModifier

Jusqu'à la construction de l'enceinte de Charles V, c'était l'un des premiers tronçons de la route de Meaux[1]. On en retrouve le tracé dans les actuelles rue de la Grange-aux-Belles, rue de Meaux et rue de Lancry mais sa continuité est restée interrompue par la butte Saint-Martin, amoncellement constitué par les déblais de la construction de ce rempart augmentés d'immondices accumulés pendant plusieurs siècles, puis par la rue Meslay et le boulevard Saint-Martin établis au XVIIe siècle sur cette colline qui avait été aménagée en bastion vers 1600.

En vertu d'un décret du Président de la République, Louis Napoléon Bonaparte, en date du 18 février 1851, la « rue Frépillon », la « rue de la Croix » et la « rue du Pont-aux-Biches-Saint-Martin » sont été réunies sous la seule dénomination de « rue Volta ».

Rue Frépillon

La « rue Frépillon » qui est citée dans un manuscrit de l'abbaye Sainte-Geneviève de 1450 sous le nom de « rue de Frepillon » allait de la rue au Maire à la rue Phelipeaux.
Elle devait son nom à la famille Ferpillon, qui y demeurait au XIIIe siècle. Cette dénomination a été altérée au fil du temps, et l'on a écrit « rue Ferpeillon », « rue Serpillon » et « rue Frépillon ».
Une décision ministérielle du 4 floréal an VIII (), fixa la moindre largeur de cette voie publique à 8 m, une ordonnance royale du 16 mai 1833 a porté cette largeur à 10 m et une autre ordonnance royale du 10 février 1847, modifie les angles de la rue Réaumuret de la rue Phelipeaux[2].

Rue de la Croix

La « rue de la Croix » qui allait de la rue Phelipeaux à la rue du Vertbois fut ouverte au XIVe siècle sur un canton de la « Courtille Saint-Martin », appelé la rue de la « Croix-Neuve », situé hors des murs de la ville, et en retint le nom de « rue de la Croix ».
Une décision ministérielle du 4 floréal an VIII (), fixa la moindre largeur de cette voie publique à 7 m, cette largeur étant portée à 10 m par une ordonnance royale du 7 septembre 1845[2].

Rue du Pont-aux-Biches-Saint-Martin

La « rue du Pont-aux-Biches-Saint-Martin », qui datait de 1530, allait de la rue du Vertbois à la rue Notre-Dame-de-Nazareth et tirait son nom d'un pont très étroit jeté sur un ancien égout et d'une enseigne des biches.
Une décision ministérielle du 4 floréal an VIII (), fixa la moindre largeur de cette voie publique à 9 m, cette largeur étant portée à 10 m par une ordonnance royale du 7 septembre 1845[2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Maison du no 3 : détail du rez-de-chaussée.

On a longtemps pensé que la maison du no 3 était la plus vieille maison de Paris et qu'elle datait de 1300, avant d'établir en 1979 que cette bâtisse se trouvait sur le terrain occupé par le jardin d'une maison voisine aujourd'hui disparue, et qu'il était encore vierge de toute construction en 1644, la maison ayant probablement été bâtie entre 1644 et 1654[3]. En fait, sauf nouvelle surprise, la plus ancienne maison de Paris se trouve non loin de là, au 51, rue de Montmorency. Il s'agit de la maison de Nicolas Flamel, datant de 1407[4].

Au no 37 se trouve le théâtre du Marais.

Notes et référencesModifier

  1. « Paris en 1300 » dans Atlas historique de la ville de Paris [lire en ligne] [PDF].
  2. a b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments
  3. Claude Mignot, Grammaire des immeubles parisiens. Six siècles de façades du Moyen Âge à nos jours, Parigramme, , p. 74.
  4. Tonino Serafini, « Vieilles pierres et querelle de doyenneté. Deux maisons de Paris, rue Volta et rue de Montmorency, se disputent le titre », Libération,‎ (lire en ligne).

BibliographieModifier

AnnexesModifier

Liens externesModifier