Ouvrir le menu principal

20 arrt
Rue Vitruve
Image illustrative de l’article Rue Vitruve
Rue vue depuis la rue Saint-Blaise en direction de la place de la Réunion.
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Charonne
Début Place de la Réunion
Fin Boulevard Davout
Morphologie
Longueur 810 m
Largeur 15 m
Historique
Création Avant 1672
Dénomination
Ancien nom Rue de l'École
Rue des Écoles
Rue Aumaire
Géocodification
Ville de Paris 9855
DGI 9888

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Vitruve

La rue Vitruve est une voie située dans le quartier de Charonne du 20e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Elle se situe à quelques centaines de mètres de la place Gambetta, entre la porte de Bagnolet et la porte de Montreuil, au cœur de l'ancien village de Charonne. La rue Vitruve part de la place de la Réunion et arrive boulevard Davout. Elle a une longueur de 810 mètres pour une largeur d'environ 15 mètres.

La rue Vitruve est accessible par la ligne de métro    à la station Maraîchers, par la ligne de métro    à la station Porte de Bagnolet et par la ligne de métro    à la station Alexandre Dumas. Elle est également accessible aux arrêts de bus Pyrénées-Bagnolet sur les lignes 26, 64 et 76, et Vitruve sur la ligne 57.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom de l'architecte romain Vitruve (Ier siècle av. J.-C.)[1].

HistoriqueModifier

La partie située entre les actuels boulevard Davout et la rue Saint-Blaise est tracée sur le plan de Jouvin de Rochefort de 1672.

C'était une rue de l'ancien village de Charonne qui, en 1849, devint la « rue Aumaire » ; elle est attachée à la voirie parisienne par le décret du 23 mai 1863.

L'autre partie, de la rue Saint-Blaise à la place de la Réunion, se nommait précédemment « rue de l'École » et « rue des Écoles ». Rattachée à la voirie parisienne par le décret du 23 mai 1863 elle prend la dénomination de « rue Vitruve » par un décret du 24 août 1864.

L'ensemble est réuni sous la même dénomination par un arrêté du 3 septembre 1869.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Au no 33 se trouvait jadis la fonderie de cloches d'Édouard Biron, dont les magasins se trouvaient au 237, rue Saint-Martin.
  • Au no 20 vécut au XIXe siècle le graveur François Adolphe Bruneau Audibran.
  • C'est au no 50 de cette rue qu'est apposée une plaque commémorative à la mémoire de Barbara, auteur, compositeur, interprète (1930-1997), qui vécut dans cet immeuble de 1949 à 1959.
Lieux particuliers

RéférencesModifier