Rue Visconti

voie parisienne

La rue Visconti est une rue située dans le quartier Saint-Germain-des-Prés du 6e arrondissement de Paris.

6e arrt
Rue Visconti
Voir la plaque.
Voir la photo.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Saint-Germain-des-Prés
Début Rue de Seine
Fin Rue Bonaparte
Morphologie
Longueur 176 m
Largeur 3,5 à 7 m
Historique
Création 1540
Dénomination
Ancien nom Rue des Marais-Saint-Germain
Géocodification
Ville de Paris 9850
DGI 9880
Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Rue Visconti
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Visconti

Situation et accèsModifier

Elle relie la rue Bonaparte à la rue de Seine, avec la rue des Beaux-Arts au nord et la rue Jacob au sud. C'est la plus longue des rues étroites de Paris. La modification de cette rue a été envisagée par plusieurs projets urbains[1].

Le quartier est desservi par la ligne    à la station Saint-Germain-des-Prés et par les lignes de bus RATP 3995.

Origine du nomModifier

 
Louis Visconti.

Cette voie porte depuis 1864 le nom de l'architecte français d'origine italienne Louis Visconti (1791-1853).

HistoriqueModifier

Elle a été ouverte en 1540 sous le nom de « rue Marais-Saint-Germain[2] » à travers le petit Pré-aux-Clercs et fut pendant le XVIe siècle le refuge des protestants, dont Bernard Palissy. Ils y étaient si nombreux qu'elle fut surnommée « la petite Genève », expression reprise par Agrippa d'Aubigné. Le refuge était assez sûr pour que les habitants de la rue soient épargnés lors du massacre de la Saint-Barthélemy. Elle a été renommée le en l'honneur de Louis Visconti, architecte de l'empereur Napoléon III et auteur du tombeau de Napoléon Ier.

Elle est citée sous le nom de « rue des Marestz » dans un manuscrit de 1636.

Les maisons sont en majorité du XVIIe siècle ; beaucoup d'entre elles ont conservé de beaux portails sculptés et de belles cours. Un des immeubles les plus remarquables aujourd'hui est l'hôtel de Ranes construit en 1660, au no 21.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Rue Visconti vers 1853-1870, photographie de Charles Marville.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. « On l'a échappé belle ! », www.ruevisconti.com.
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 651.
  3. cf. un extrait dans Éclats d'une poétique du devenir humain, éd. L'Harmattan, 2000, (ISBN 2-7384-9037-9), p. 191 sur books.google.fr : [1]
  4. « Le plus petit espace vert de Paris », sur Paris ZigZag | Insolite & Secret (consulté le )
  5. Cette adresse figure sur de nombreux œuvres, par exemple sur la couverture d'un Album de sept sujets lithograhiés par A. Devéria et publiés par Charles Motte.
  6. Stéphanie Griou et Jean-Christophe Sarrot, Ballades littéraires dans Paris du XVIIe au XIXe siècle, Éditions Nouveau Monde, coll. « Terre d'écrivains », 2004, p. 81 (ISBN 2-84736-054-9).
  7. « Constant Le Breton et la rue Visconti », www.ruevisconti.com.
  8. Stéphanie Griou et Jean-Christophe Sarrot, op. cit., p. 9.
  9. Plaque commémorative en façade.
  10. « Le “Mur de Fer” de Christo, rue Visconti », sur ruevisconti.com (consulté le ).
  11. Jacqueline Rémy, « Le dernier emballement », Vanity Fair n°86, février 2021, p. 71.
  12. Odile Vivier, Varèse, Éditions Solfèges / Le Seuil, 1987, p. 145.
  13. Une autre plaque lui rend hommage, non loin, rue Jacob.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier