Ouvrir le menu principal

Rue Tournefort (Paris)

voie parisienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Tournefort.

5e arrt
Rue Tournefort
Image illustrative de l’article Rue Tournefort (Paris)
Rue Tournefort vue depuis la place Lucien-Herr.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Val-de-Grâce
Début 11, rue Blainville et 1, rue de l'Estrapade
Fin Rue Pierre-Brossolette, place Lucien-Herr
Morphologie
Longueur 270 m
Largeur 14 m
Historique
Création XVIIe siècle
Dénomination
Ancien nom Ruelle Chartière
Rue Neuve-Sainte-Geneviève
Géocodification
Ville de Paris 9366
DGI 9376

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Tournefort
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Tournefort est une voie du 5e arrondissement de Paris située dans le quartier du Val-de-Grâce.

Situation et accèsModifier

Il s'agit d'une rue qui présente la particularité d'avoir un passé très littéraire, tant par les écrivains qui y vécurent que par les maisons d'éditions qui y eurent leur siège (comme les éditions de la Pléiade) ou ses descriptions dans divers cycles romanesques.

La rue Tournefort est desservie par la ligne    à la station Place Monge qui est la plus proche, ainsi que par la ligne de bus RATP 47. La station Cardinal Lemoine sur la ligne    assure également la desserte à proximité immédiate, en passant par la rue du même nom.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom du botaniste français Joseph de Tournefort (1656-1708).

HistoriqueModifier

Anciennement « ruelle Chartière », puis « rue Neuve-Sainte-Geneviève », cette rue est ouverte sur le clos de Sainte-Geneviève au début du XVIIe siècle[1]. La rue a accueilli la communauté de Sainte-Aure, créée en 1637 par le curé Gardeau de l'église Saint-Étienne-du-Mont, dont la mission était de recueillir les jeunes filles de condition très modeste « en butte au libertinage[1] ». Elle apparaît sur le plan de Gomboust en 1652.

En 1663, la rue était également réputée pour son jeu de paume de la Grande-Roche. En 1707, la communauté de Sainte-Aure fit construire une église et un couvent dans lequel Jeanne Vaubernier, la future comtesse du Barry, favorite de Louis XV, fut notamment élevée de 1753 à 1758. Le couvent est supprimé en 1790 et les bâtiments, devenus biens nationaux, furent vendus[1].

Le , elle est rebaptisée « rue Tournefort » en hommage au botaniste Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708).

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Dans la cultureModifier

Honoré de Balzac y situe, dans les années 1810 à 1840, la maison Vauquer, qui voit défiler quelques-uns des personnages de La Comédie humaine, dont le plus ancien locataire des lieux, le père Goriot[6] (la pension Vauquer se situe au no 24[7]).

Georges Duhamel y fait fréquemment déambuler son personnage de Louis Salavin, anti-héros de Vie et aventures de Salavin, qui habite dans la rue du Pot-de-Fer voisine.

Plus récemment, la rue, ainsi que la place Lucien-Herr, furent un des lieux du tournage du film Le Magnifique (1973) de Philippe de Broca, où la résidence étudiante Concordia est fréquentée par Christine (Jacqueline Bisset), qui y fait ses études de sociologie.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, fac-similé de l'édition de 1844, p. 246.
  2. [PDF] « Mon ami Schriffrin. André Gide et la Pléiade », Lettre de la Pléiade, no 2, 1999.
  3. Notice no PA00088400, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. a et b Plaque apposée sur l'immeuble.
  5. Notice no PA00088409, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. Le Père Goriot, p. 10-11 sur wikisource.
  7. Julien Bisson et Estelle Lenartowciz, « Sur les traces des grands romans », Lire, mars 2017, p. 34-37.