Ouvrir le menu principal

Rue Saint-Bon

voie parisienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bon.

4e arrt
Rue Saint-Bon
Image illustrative de l’article Rue Saint-Bon
Rue Saint-Bon vue depuis la rue de la Verrerie.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Merri
Début 82, rue de Rivoli
Fin 91, rue de la Verrerie
Morphologie
Longueur 95 m
Largeur 10 m
Géocodification
Ville de Paris 8785
DGI 8505

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
rue Saint-Bon
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Saint-Bon est une voie, ancienne, du 4e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue Saint-Bon est une voie publique située dans le 4e arrondissement de Paris. Elle débute au 82, rue de Rivoli et se termine au 91, rue de la Verrerie.

La rue Saint-Bon comporte une première partie allant de la rue de Rivoli jusqu’au débouché de la rue Pernelle (entre le no 7 et le no 9). Un escalier barre ensuite la rue et permet d’atteindre une seconde partie plus étroite allant jusqu’à la rue de la Verrerie.

Origine du nomModifier

Cette rue a pris son nom de la chapelle Saint-Bon qui y était située.

HistoriqueModifier

Si elle n'est pas expressément citée dans Le Dit des rues de Paris, Guillot de Paris indique toutefois « Puis truis les “deux rues Saint Bon” ». Il est donc certain que cette rue existait avant cette époque et que la seconde était appelée « ruelle Saint-Bon ».

Au XIVe siècle, plusieurs maisons de cette rue appartenaient au Chapitre de Notre-Dame de Paris[1].

Une décision ministérielle du 15 floréal an V () signée Bénézech fixe la moindre largeur de cette voie publique à 6 mètres[2]. Cette largeur est portée à 10 mètres, en vertu d'une ordonnance royale du 22 mai 1837.

Au XIXe siècle, la rue Saint-Bon, d'une longueur de 88 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement, quartier des Arcis, commençait aux 18-20, rue Jean-Pain-Mollet et finissait aux 91-93, rue de la Verrerie[3],[4].

Les numéros de la rue étaient noirs[5]. Le dernier numéro impair était le no 15 et le dernier numéro pair était le no 16.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No  8 : en 1828, à cet emplacement, se trouvait la boutique d'un marchand d'huile sur l'emplacement de la chapelle Saint-Bon ayant fait suite à une église plus ancienne, dite église Sainte-Colombe (nos 8-10-12). Cette chapelle fut supprimée en 1790 et vendue comme propriété nationale à la Révolution[6].
  • No  12 : à cet endroit se trouvait la chapelle Sainte-Colombe devenue la chapelle Saint-Bon, identifiée par Mme Lombard-Jourdan, dont la fondation remonterait à saint Éloi vers 630[7],[8]. Des sarcophages de plâtre furent découverts à cet endroit, ce qui tend à donner une datation basse[9].

Chapelle Saint-BonModifier

Elle était située, au XIXe siècle, au 8, rue Saint-Bon[10].

Sa date de construction n'est pas connue. Toutefois, dans une bulle du pape Innocent II de l'année 1136, il est fait mention pour la première fois de la « chapelle Saint-Bon » appartenant à l'abbaye de Saint-Maur-des-Fossés[2],[11].

C'était une petite chapelle d'une construction très ancienne. Son sol était plus bas que le pavé des rues et prouvait l'exhaussement progressif de Paris. On y voyait une tour qui avait été probablement construite vers le XIe siècle. Cette chapelle, démolie en 1792, fut remplacée par un corps de garde, puis par une maison particulière qui porta, au XIXe siècle, le no 8[2].

Notes et référencesModifier

  1. Robert Gane, Claudine Billot, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle, Université de Saint-Étienne, 1999, p.71.
  2. a b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 25e quartier « Sainte-Avoye », îlot no 19, F/31/86/34.
  4. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 28e quartier « Arcis », îlot no 5, F/31/86/06, îlot no 6, F/31/86/07, îlot no 9, F/31/86/09.
  5. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  6. Antoine Nicolas Béraud, Dictionnaire historique de Paris, Paris, J.-N. Barba, 1828, 704 p., p. 101.
  7. Lombard-Jourdan, 1985, p. 34-35.
  8. La Vita s. Eligii, Saint-Ouen, I, 30, éd. Krusch, Hanovre, 1888 ; M.G.H.S.R.M., IV, p. 686.
  9. Philippe Marquis, chargé de mission à la Commission du Vieux Paris, « Les fouilles des 12 et 14, rue des Lombards », Paris, Cahiers de la Rotonde, no 21, 1999, p. 10.
  10. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 28e quartier « Arcis », îlot no 6, F/31/86/07.
  11. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.

AnnexesModifier