Ouvrir le menu principal

Rue Saint-Étienne-des-Grès

(Redirigé depuis Rue Saint-Étienne des Grès)

Anc. 12e arrt
Rue Saint-Étienne-des-Grès
(disparue en 1865)
Situation
Arrondissement Anc. 12e
Quartier Saint-Jacques
Début Place du Panthéon
Fin Rue Saint-Jacques
Historique
Création Avant 1230
Ancien nom Rue par où l'on va de l'église Sainte-Geneviève à celle de Saint-Étienne
Rue des Grès
Rue Saint-Estienne

La rue Saint-Étienne-des-Grès est une ancienne rue de Paris, aujourd'hui disparue, qui était située dans le quartier Saint-Jacques.

Origine du nomModifier

Cette rue menait à l'église Saint-Étienne-des-Grès.

SituationModifier

Cette rue, qui commençait place du Panthéon et finissait rue Saint-Jacques, était située dans l'ancien 12e arrondissement de Paris[1].

Les numéros de la rue étaient rouges. Le dernier numéro impair était le no 11 et le dernier numéro pair était le no 16.

HistoriqueModifier

En 1230, elle est désignée sous le nom de « rue par où l'on va de l'église Sainte-Geneviève à celle de Saint-Étienne » et, en 1243, elle est appelée « rue des Grès ».

Dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris, daté des années 1280-1300, elle est citée sous la forme « rue Saint-Estienne ».

XIXe siècleModifier

Au début de l'année 1849, un cas de hantise inexpliqué se produisit rue des Grès.

« Un fait extraordinaire et qui s'est renouvelé chaque soir, chaque nuit, durant ces trois dernières semaines, sans que les recherches les plus actives, la surveillance la plus étendue et la plus persévérante aient permis d'en découvrir la cause, a révolutionné tout le populeux quartier de la Montagne Sainte-Geneviève, de la Sorbonne et de la place Saint-Michel. […] [Une] maison, située à quelque distance de la rue […] a été assaillie, chaque soir et durant toutes les nuits, par une grêle de projectiles, qui, en raison de leur volume et de la violence avec laquelle ils sont projetés, a causé de tels dégâts que la maison en question a été percée à jour, les portes et les fenêtres réduites en miettes, comme si cette maison avait soutenu un siège et les efforts d'une catapulte. […] C'est en vain qu'une surveillance de jour et de nuit a été exercée sous la direction personnelle du commissaire de police et des personnes compétentes. […] Les projectiles qui ont continué à pleuvoir avec bruit sur la maison étaient projetés à une grande hauteur, au-dessus des têtes de ceux qui s'étaient postés en observation sur le toit des petites maisons environnantes ; ils paraissaient venir de loin et atteignaient tous le but, avec une précision pour ainsi dire mathématique, sans dévier de la ligne parabolique qui leur avait été évidemment tracée. »

— Gazette des Tribunaux, 2 février 1849, Camille Flammarion, Les Maisons hantées, Paris, Ernest Flammarion, 1923.

En 1865, la rue disparait pour devenir une partie de la rue Cujas.

Dans la littératureModifier

La rue des Grès est citée dans La Peau de chagrin, de Balzac. Raphaël de Valentin raconte que, lorsqu'il était pauvre, c'est « à la fontaine Saint-Michel, au coin de la rue des Grès », qu'il allait chercher de l'eau.

RéférencesModifier

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 45e quartier « Saint-Jacques », îlot no 10, cote F/31/96/34.

BibliographieModifier

  • Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.