Ouvrir le menu principal

Rue Pierre-Nicole

rue de Paris, France

5e arrt
Rue Pierre-Nicole
Image illustrative de l’article Rue Pierre-Nicole
Vue de la rue depuis le boulevard de Port-Royal.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Val-de-Grâce
Début 27, rue des Feuillantines
Fin 88, boulevard de Port-Royal
Morphologie
Longueur 370 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1864
Dénomination
Ancien nom Rue Nicole
Rue Pierre-Nicole prolongée
Géocodification
Ville de Paris 7425
DGI 7467

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Pierre-Nicole
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Pierre-Nicole est une voie située dans le quartier du Val-de-Grâce du 5e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

La rue Pierre-Nicole est desservie à proximité par le RER B à la gare de Port-Royal, ainsi que par les lignes de bus RATP 38 91 83.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom du théologien de l'abbaye de Port-Royal Pierre Nicole (1625-1695)[1].

HistoriqueModifier

Une première partie de la rue, entre la rue du Val-de-Grâce et le boulevard de Port-Royal, est ouverte à partir 1864 sous le nom de « rue Nicole » :

Décret du 10 août 1868 

« Napoléon, etc.,

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d’État au département de l'Intérieur,
Vu l'ordonnance du 10 juillet 1816 ;
vu les propositions de M. le préfet de la Seine ;
Avons décrété et décrétons ce qui suit :
Article 2. — La voie en cours d'exécution entre la rue Saint-Jacques et le boulevard de Port-Royal prendra le nom de rue Nicole,
etc.
Article 17. — Notre ministre secrétaire d'État au département de l'Intérieur est chargé de l'exécution du présent décret.
Fait au palais de Fontainebleau, le 10 août 1868[2]. »

Cette partie prend le nom de « rue Pierre-Nicole » par un arrêté du 5 avril 1904.

Elle est prolongée en 1908, entre la rue des Feuillantines et la rue du Val-de-Grâce sous le nom de « rue Pierre-Nicole prolongée » avant de prendre la dénomination « rue Pierre-Nicole » par un arrêté du 5 avril 1904.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • La rue longe l'arrière du lycée Lavoisier.
  • Au no 11 bis se trouvent des fausses ruines, réalisées par la plasticienne Ngoc Duong (1979). Aux nos 12-13, se trouvent des vestiges de la première cathédrale de Paris[3].
  • Sous le parking souterrain de l'immeuble du no 14 (datant des années 1960), sur les anciens terrains de l'église Notre-Dame-des-Champs, se trouvent les vestiges d'une chapelle souterraine qui aurait été la première cathédrale de Paris[réf. nécessaire]. saint Denis y aurait fait ses premières conversions et c'est de là que partaient dès le IVe siècle les processions en hommage à Saint Denis[4]. Il y baptisa ses convertis qui venaient participer clandestinement à la liturgie. Cette crypte sert aussi de tombeau à saint Réginald. Encore au début du XXe siècle, des religieuses venaient prier en ce lieu[5]. En 2018, la Ville de Paris négocie pour acquérir le lieu auprès de deux copropriétés[4].
  • L'église évangélique Saint-Marcel de culte luthérien au no 24.
  • Le collège Sévigné, fondé le 3 novembre 1880 par Mlle Marchef-Girard et dirigé, un temps, par Mathilde Salomon, au no 28.

Par ailleurs, plusieurs personnalités ont habité la rue :

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 273.
  2. MM. Alphand, A. Deville et Hochereau, Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques.
  3. « Fausses ruines rue Pierre Nicole », breves-histoire.fr (consulté le 16 juillet 2018).
  4. a et b Marie-Anne Gairaud, « Paris : la crypte secrète bientôt ouverte au public ? », sur www.leparisien.fr, (consulté le 24 novembre 2018).
  5. Lorànt Deutsch, Métronome. L'histoire de France au rythme du métro parisien, Michel Lafon, 2009, 379 p. (ISBN 978-2-7499-1011-6), p. 36 et 37 et épisode 1 du reportage télévisé.
  6. « Rue Pierre-Nicole », www.parisrues.com.
  7. D'après la plaque commémorative apposée sur la façade de l'immeuble.