Ouvrir le menu principal

18e arrt
Rue Norvins
Image illustrative de l’article Rue Norvins
La rue Norvins, surplombée par le dôme du Sacré-Cœur.
Situation
Arrondissement 18e
Quartier Clignancourt
Grandes-Carrières
Début Place du Tertre
Fin Rue Girardon et place Marcel-Aymé
Morphologie
Longueur 285 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 1868
Ancien nom Rue Traînée ou rue Trenette
Géocodification
Ville de Paris 6764
DGI 6823

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Norvins
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Norvins est une rue de Paris située sur la butte Montmartre, dans le quartier de Clignancourt et le quartier des Grandes-Carrières du 18e arrondissement de Paris.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue relie la place du Tertre à l'avenue Junot. Elle longe la place Marcel-Aymé. Elle croise le haut de la rue Lepic et de la rue des Saules, la rue Girardon et la rue de l'Abreuvoir.

Ce site est desservi par la station de métro Lamarck - Caulaincourt.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom de Jacques Marquet, baron de Montbreton de Norvins (1769-1854), auteur d'une Histoire de Napoléon Ier[1].

HistoriqueModifier

Cette voie est indiquée sur le plan d'Albert Jouvin de Rochefort de 1672.

Cette voie de l'ancienne commune de Montmartre était dénommée « rue Traînée », ou « rue Trenette », entre les rues du Mont-Cenis et des Saules et « rue des Moulins », entre les rues des Saules et Girardon.

Classée dans la voirie parisienne en vertu du décret du 23 mai 1863 elle prend sa dénomination actuelle par un décret du 10 août 1868 :

Décret du 10 août 1868 

« Napoléon, etc.,

Sur le rapport de notre ministre secrétaire d’État au département de l'Intérieur,
vu l'ordonnance du 10 juillet 1816 ;
vu les propositions de M. le préfet de la Seine ;
avons décrété et décrétons ce qui suit :
Article 14. — La rue des Moulins et la rue Traînée seront réunies sous la dénomination de rue Norvins.
etc.
Article 17. — Notre ministre secrétaire d'État au département de l'Intérieur est chargé de l'exécution du présent décret.
Fait au palais de Fontainebleau, le 10 août 1868[2]. »

Avec la rue Saint-Rustique, c'est la rue qui a le plus conservé l'image de l'ancien village de Montmartre. Aujourd'hui, cette rue historique est devenue un lieu touristique très animé.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Au no 2 bis se trouvait l'emplacement des culs de basse-fosse de la prison des Abbesses. Les Bénédictines de Montmartre avaient le droit de basse, moyenne et haute justice depuis 1133. Leur échelle de justice, comportant potence et carcan, se trouvait sur la place du Tertre. La dernière pendaison eut lieu le 28 juin 1775. Le bâtiment actuel abrita la seconde mairie de Montmartre ; la première se trouvait rue de La Tour-d’Auvergne. Félix Desportes fut le premier maire extra-muros en 1790. Il y eut conflit entre les deux mairies.
  • Au no 9 se trouve le reste de l'impasse Trainée qui est le reliquat d'une ruelle du XIVe siècle. Bar-crêperie, Le Tire-Bouchon, refuge de Jacques Brel à ses débuts[réf. nécessaire]. Arrivé à Paris en septembre 1953, Jacques Brel y joua à partir de novembre 1953 et résidait non loin de là, à Montmartre, no 3, rue des Trois-Frères. Encore aujourd'hui, des artistes s'y produisent : un pianiste les week-ends et mardis et, parfois, les jeudis et vendredis un chanteur belge et sa guitare : Ivan Aveki[3].
  • Au no 9 bis : un château d'eau de Montmartre et la fontaine de ce château datant de 1835, construits par Titeux de Fresnoy dans le style style néo-Renaissance[4]. Les sculptures sont de Bandeville.
  • Aux nos 22-22 bis : la folie Sandrin[5]. Une maison de campagne, appelée « folie Sandrin », est construite en 1774 par Sandrin sur un terrain d'un arpent et demi dans le village de Montmartre. La maison est revendue en 1795 à un marchand de vin. En 1806, elle appartient au docteur Prost qui la transforme en clinique pour traiter les malades mentaux. Disciple de Philippe Pinel, il peut y expérimenter des traitements novateurs suivant le principe que « le traitement moral est quelquefois plus efficace que les secours de l'art. Il faut être par caractère disposé à cette douce bienveillance, qui ne se démentant jamais, inspire et fixe la confiance du malade et l'amène à faire sans effort ce qui convient à son état »[réf. nécessaire]. Son succès lui amène une clientèle d'écrivains et d'artistes. La clinique est reprise en 1820 par Esprit Blanche. Il y fait mener à ses pensionnaires une paisible vie de famille. En 1841, il y a reçu Gérard de Nerval qui décrit son séjour : « […] il a commencé pour moi ce que j'appellerai l'épanchement du songe dans la vie réelle […]. »[réf. nécessaire] Jean Marais (1913-1998), acteur, metteur en scène, écrivain, peintre et sculpteur, y était propriétaire d'un appartement. Il y vécut à partir de la fin des années 1970 en se partageant entre Paris et sa résidence de Vallauris[réf. nécessaire].

En littératureModifier

Dans la nouvelle Le Passe-muraille (1941) de Marcel Aymé, le personnage de Dutilleul reste coincé dans un des murs d'une maison de la rue Norvins.

« Les noctambules qui descendent la rue Norvins à l'heure où la rumeur de Paris s'est apaisée, entendent une voix assourdie qui semble venir d'outre-tombe et qu'ils prennent pour la plainte du vent sifflant aux carrefours de la Butte. C'est Garou-Garou Dutilleul qui lamente la fin de sa glorieuse carrière et le regret des amours trop brèves. »

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne).
  2. MM. Alphand, A. Deville et Hochereau, Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques.
  3. [1] www.ivanaveki.be, site qui comporte de nombreuses informations sur Jacques Brel à Montmartre.
  4. « Montmartre. Réservoir et fontaine rue Lepic », montmartre-secret.com, (consulté le 16 août 2016).
  5. Jean-Marc Léri, Clément Lépidis, Montmartre, Paris, Éditions Henri Veyrier, 1983 (ISBN 2-85199-308-9), p. 170-177.