Ouvrir le menu principal

Rue Lagrange

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagrange.

5e arrt
Rue Lagrange
Image illustrative de l’article Rue Lagrange
La rue en 2018.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne
Début Quai de Montebello
Fin Rue Frédéric-Sauton
Morphologie
Longueur 225 m
Largeur 20 m
Historique
Création 1887
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 5189
DGI 5268

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Lagrange
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Lagrange est une voie située dans le quartier de la Sorbonne du 5e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

La rue Lagrange est desservie par la ligne    à la station Maubert - Mutualité, ainsi que par les lignes de bus RATP 47 63 87.

Origine du nomModifier

 
Joseph-Louis Lagrange.
 
Le no 9, avec ses bow-windows.

Elle porte le nom du mathématicien français Joseph Louis Lagrange (1736-1813) depuis 1890[1].

HistoriqueModifier

La rue est créée en 1887 pour prolonger la rue Monge jusqu'au quai de Montebello. Le percement de cette rue entraîne la disparition des rues des Lavandières-Place-Maubert et Jacinthe, ainsi que de la partie de la rue de la Bûcherie située entre la rue du Fouarre et la rue Saint-Julien-le-Pauvre. La rue du Fouarre et une partie de la rue Galande sont redressées et élargies[2]. L'axe ainsi formé prend le nom de « rue Lagrange ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No  9 : un des premiers immeubles parisiens avec bow-windows (décret du 22 juillet 1882).
  • No  12 : René Goscinny et sa famille s'y établissent en 1912, son grand-père maternel, Lazare Abraham Beresniak, y tenant une imprimerie à son nom.
  • No  15 : ici résida le compositeur Maurice Ravel (1875-1937) de 1896 à 1899 avec sa famille.
  • No 17 : ici habitait l'écrivain Marc Lambron au début des années 2000[3].

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 15.
  2. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Décret du 19 août 1887 », p. 78-79.
  3. « Sophie Missoffe Lambron », The International Who's Who 2004.