Rue Galande

rue de Paris, France

5e arrt
Rue Galande
Image illustrative de l’article Rue Galande
Vue de la rue Galande.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne
Début Rue des Anglais
Fin Rue Saint-Jacques
Morphologie
Longueur 165 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1202
Ancien nom Rue Garlande
Rue de Gallande
Géocodification
Ville de Paris 3926
DGI 3921
Géolocalisation sur la carte : 5e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 5e arrondissement de Paris)
Rue Galande
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Galande
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Galande est une voie située dans le quartier de la Sorbonne du 5e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Cette rue de presque 200 mètres de long garde de nos jours un aspect médiéval par son tracé en courbe, ses trottoirs étroits, sa voie pavée et un bâti parfois très ancien. Située dans le quartier Saint-Michel, endroit très touristique, cette voie comporte en 2016 de nombreux petits restaurants.

La rue Galande est accessible par la ligne de métro    à la station Maubert - Mutualité située à proximité.

Origine du nomModifier

L'origine de son nom renvoie à l'ancien clos dit de Garlande, qu'elle longeait, propriété de la famille d'Étienne de Garlande, favori du roi Louis VI le Gros, qui y possédait un clos de vigne[1].

HistoriqueModifier

La rue à l'époque gallo-romaine était sur le tracé de la route reliant Lutèce à Fontainebleau.

Elle fut réellement ouverte en 1202 sur l'emplacement du clos dit de Garlande, un fief loti en 1127 après la disgrâce de la famille Garlande et elle devint très commerçante. Les registres d'imposition de 1292 mentionnent que la rue comporte cinquante notables imposés, représentant seize métiers différents. Au XIIIe siècle, la rue est bordée par un cimetière juif.

Au XIVe siècle, la quasi totalité de la rue appartenait au Chapitre de Notre-Dame de Paris[2]

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme « rue de Gallande ».

Au début du XIXe siècle, elle devint le repère d'une population marginale se terrant dans des bouges sordides, tels Le Château rouge ou La Crèmerie d'Alexandre, décrits par Joris-Karl Huysmans dans La Bièvre et Saint-Séverin[3].

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, cette rue commençait place Maubert et rue des Lavandières-Place-Maubert et finissait rue Saint-Jacques et rue du Petit-Pont[1]. Les numéros de la rue étaient noirs. Le dernier numéro impair était le no 79 et le dernier numéro pair était le no 60[4].

Elle était située dans l'ancien 12e arrondissement[1], puis dans le 5e arrondissement après la création de ce dernier en 1859.

La rue était longue de 230 m[1] (contre 165 m aujourd'hui). La partie de la rue vers la place Maubert a en effet été supprimée par l'ouverture de la rue Lagrange[5].

De nos jours, il demeure toujours quelques maisons à pans de bois et des lambeaux de la chapelle Saint-Blaise qui était le siège de la confrérie des maçons charpentiers.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Nos 31, 33, 35, 37 : maisons médiévales datant des XVe et XVIe siècles.
  • No 48 : immeuble au dernier étage duquel le peintre Pierre Soulages vécut et installa son atelier de 1957 à 1973. À cet emplacement se trouvait l'ancienne chapelle Saint-Blaise-Saint-Louis construite vers 1200 et démolie en 1770.
  • No 56 : club de jazz et de danse Aux Trois Mailletz, à côté duquel se trouve un panneau Histoire de Paris expliquant l'histoire de la rue.
  • No 79 : l'ecclésiastique syrien Joseph Nasrallah y vécut de 1964 à 1993. Une plaque lui rend hommage.
  • non localisé

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 243 [lire en ligne].
  2. Robert Gane, Claudine Billot, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle, université de Saint-Étienne, 1999, p. 71.
  3. Panneau Histoire de Paris au croisement avec la rue Saint-Jacques.
  4. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1816.
  5. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).
  6. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 1, 1997, p. 565.
  7. Anne Bernet 2004, p. 146.
  8. Rodolphe Trouilleux, Paris secret et insolite, Éditions Parigramme (ISBN 9782840969693), p. 55.
  9. Joris-Karl Huysmans, La Bièvre et Saint-Séverin, Paris, 1898.
  10. La vie des Saints dans ce qui nous est resté de plus authentiques…, 10 vol., Paris, 1739. Fils du libraire parisien Étienne Chardon. Reçu maître le 9 décembre 1712, il se démet de son imprimerie en juin 1762 mais semble avoir continué à exercer la librairie jusqu'à son décès (22 novembre 1766). La vente de son fonds eu lieu peu avant, le 6 novembre 1766 (BnF, ms. fr. 21823). Père des libraires Jacques-Charles et Jean-François-Louis Chardon.
  11. Balthazar Martinot (Biographical details) dans la base de donnés du British Museum, en ligne.
  12. François Courboin, L'Estampe française, Bruxelles et Paris, Librairie d'art et d'histoire, G. van Oest, 1914.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier