Ouvrir le menu principal

Rue Danielle-Casanova (Paris)

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danielle Casanova (homonymie).

1er, 2e arrts
Rue Danielle-Casanova
Image illustrative de l’article Rue Danielle-Casanova (Paris)
La rue Danielle-Casanova vue de l'avenue de l'Opéra.
Situation
Arrondissements 1er, 2e
Quartiers Place-Vendôme, Gaillon
Début 31 avenue de l'Opéra
Fin 28, place Vendôme et rue de la Paix
Morphologie
Longueur 230 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 18 décembre 1944
Géocodification
Ville de Paris 2540
DGI 2543

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Danielle-Casanova

La rue Danielle-Casanova, précédemment partie de la rue des Petits-Champs (1881-1944), antérieurement de la rue Neuve-des-Petits-Champs (1634), est une voie des 1er et 2e arrondissements de Paris, en France.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue Danielle-Casanova est orientée globalement est-ouest et forme une partie de la limite entre les 1er et 2e arrondissements de Paris, en France. Elle débute à l'est au niveau du 31, avenue de l'Opéra et se termine 230 m à l'ouest à l'intersection de la place Vendôme et de la rue de la Paix. Elle est prolongée à l'ouest par la rue des Capucines et à l'est par la rue des Petits-Champs.

Sur son côté nord, la voie reçoit la rue Louis-le-Grand entre les nos 16 et 18 et la rue d'Antin entre les nos 12 et 14. Cette dernière est poursuivie du côté sud, entre les nos 15 et 17, par la rue du Marché-Saint-Honoré.

Origine du nomModifier

 
Danielle Casanova.

Cette rue porte le nom de Danielle Casanova, résistante française morte en déportation à Auschwitz en 1943.

HistoriqueModifier

La voie fait à l'origine partie de la rue des Petits-Champs, ouverte en 1634[1].

Au XVIIIe siècle, lors de la création de la place Louis-le-Grand (actuelle place Vendôme), certains terrains adjacents sont proposés à des officiers de la finance ou des architectes. Les terrains correspondants aux nos 17 à 27 sont acquis en 1699 par l'architecte Jules Hardouin-Mansart et lotis jusqu'en 1715[2].

La voie devient une rue à part entière le , et prend le nom de « rue Danielle-Casanova ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 21 : immeuble construit par Jacques Mazière, partiellement inscrit aux monuments historiques en 1998[2].
  • No 23 (et 2, impasse Gomboust) : immeuble partiellement inscrit aux monuments historiques en 1994[5].
  • Nos 25 et 27 : immeubles partiellement inscrits aux monuments historiques en 1994[6]. Le rez-de-chaussée du no 25 hébergeait une ancienne crèmerie dont la devanture et le décor intérieur, datant des années 1930, sont inscrits en 1984[7].
  • No 29 : immeuble construit en 1715, partiellement inscrit aux monuments historiques en 1998[8].
  • No 33 : immeuble construit par Germain Boffrand[2].
  • Nos 37 et 28, à l'angle avec la place Vendôme : hôtel Gaillard de la Bouëxière, partiellement inscrit aux monuments historiques en 1994[9].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier