Rue Contrescarpe

voie de Nantes, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de la Contrescarpe.

Rue Contrescarpe
Image illustrative de l’article Rue Contrescarpe
Rue Contrescarpe vue depuis la rue de Guérande
Situation
Coordonnées 47° 12′ 53″ nord, 1° 33′ 34″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Début Rue Crébillon
Fin Place du Bon-Pasteur
Morphologie
Type Rue
Histoire
Création Moyen Âge
Anciens noms Rue de Guérande
Rue de la Glacière
Rue Basse-Motte-Saint-Nicolas
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue Contrescarpe
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue Contrescarpe

La rue Contrescarpe est une rue du centre-ville de Nantes, en France.

DescriptionModifier

La rue Contrescarpe, qui relie la rue Crébillon à la place du Bon-Pasteur, est pavée et fait partie d'un secteur piétonnier. Sur son côté ouest, elle rencontre les rues Rubens et du Chapeau-Rouge.

DénominationModifier

Après le percement de la rue Crébillon, la partie nord de la rue de Guérande prend, jusqu'en 1816, le nom de « rue de la Glacière », en raison de l'existence dans la rue d'une glacière fondée en 1687, et d'une taverne proche baptisée ainsi peu après[1]. Puis, elle est baptisée « rue Basse-Motte-Saint-Nicolas »[2],[3] ou « Basse-rue-Saint-Nicolas »[1], pour enfin s'appeler définitivement rue Contrescarpe[2], intégrant l'actuelle rue Guépin dans son tracé avant que cette dernière n'en soit dissociée en 1875[4]. Ce nom lui vient d'une contrescarpe, un muret défensif surplombant la rive extérieure de l'ancien fossé (voir l'article Rue des Vieilles-Douves) au pied des remparts de la ville. Cet élément de fortification a été détruit en 1743, mais le nom est resté[1] ; en français, le mot contrescarpe désigne également la pente extérieure d'un fossé défensif, même s'il est dépourvu de mur.

HistoriqueModifier

La rue Contrescarpe est une partie de l'ancienne rue de Guérande, coupée en deux à la fin du XVIIIe siècle, et dont le tracé suit les fortifications et joint le Marchix (devenu place de Bretagne) au quai de la Fosse[2].

Entre 1822 et 1832, le poète Leconte de Lisle aurait vécu au numéro 38[5]. Au numéro 2 de la rue se trouvait le siège social de la Société bretonne de navigation.

Ange Guépin a demeuré dans la rue. Le , l'annonce de la Révolution est faite, par une « Commission démocratique » dont il fait partie. Une foule enthousiaste se retrouve place Royale, avant de partir en manifestation dans les rues de Nantes. En passant devant la fenêtre de Guépin, celui-ci est réclamé, et il apparaît à son balcon pour appeler les manifestants au calme (il sera nommé préfet deux jours plus tard)[6].

Le peintre et illustrateur George Barbier (1882-1925) est né dans la rue Contrescarpe, le [7].

Dans les années 1920, la rue est marquée par une présence relativement importantes de logeurs permettant la pratique de la prostitution[8].

Éléments remarquablesModifier

Au no 8 de la rue se trouve la devanture d'une fromagerie datant du tout début du XXe siècle. La façade du 1er étage est recouverte d'une enseigne en carreaux de céramique, sur un thème champêtre, dans un style Art nouveau. Les feuillages géométriques correspondent au style naturaliste de l'époque[9].

Au no 9 s'élève un immeuble fait de tuffeau et granit. Ses quatre ailes entourent une cour rectangulaire, qui est desservie par deux escaliers. Ils permettent d'accéder à des galeries conduisant aux appartements. Au niveau des paliers, la coursive et la cage d'escalier sont séparés par des grilles ouvragées en fer forgé. Sur la façade, la décoration est dans le style rocaille nantais, avec des coquilles et agrafes aux clés de linteaux[10].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Pajot 2010, p. 62.
  2. a b et c Université de Nantes, 1984, p. 39.
  3. Pied 1906, p. 76
  4. « Guépin (rue) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 6 juin 2013).
  5. Christophe Carrère, Leconte de Lisle ou la passion du beau, Fayard, , 674 p. (ISBN 978-2-213-63451-7), p. 98.
  6. Michel Aussel, Nantes sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848 : du mouvement mutualiste aux doctrines politiques, Nantes, Ouest éditions, , 256 p. (ISBN 2-908261-78-2), p. 182-183.
  7. Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7), p. 25.
  8. Kahn et Landais 1995, p. 103.
  9. Flohic 1999, p. 754.
  10. Flohic 1999, p. 704-705.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).
  • Claude Kahn et Jean Landais (préf. Marcel Launay), Les « Années folles » à Nantes - 1920-1930, Ouest éditions et Université inter-âges de Nantes, , 264 p. (ISBN 2-908261-34-0).
  • Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4).
  • Édouard Pied, Notices sur les rues de Nantes, , p. 76.
  • Université de Nantes. Service formation continue dont université permanente, Çà et là par les rues de Nantes, Nantes, Reflets du passé, , 207 p. (ISBN 2-86507-016-6).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :