Rudolf Lange
Naissance
Weißwasser
Décès
Nationalité Allemagne Drapeau de l'Allemagne

Rudolf Lange () était un fonctionnaire allemand et un nazi de haut rang, atteignant le grade de Standartenführer SS (colonel).

BiographieModifier

Rudolph Lange naquit à Weißwasser en 1910 ; il était le fils d'un inspecteur des chemins de fer impériaux . Après avoir passé son abitur en 1928, il commença des études de droit et il fut greffier à Staßfurt et à Naumburg. Il obtint son doctorat à l'université d'Iéna en 1936.

Il devint membre des SA en novembre 1933, puis membre de la Gestapo de Berlin en septembre 1936. Il rejoignit les SS et le NSDAP en 1937. Il servit alors comme chef de la police pour Berlin, à Vienne entre 1938 et 1939. Il passa ensuite aux bureaux de la Gestapo de Stuttgart, Weimar, Erfurt avant de retourner à Berlin en 1940.

Il fut chef de la Sécurité pour la Lettonie, représentant du Commandant en chef de la police de sûreté et du service de sécurité au Reichskommissariat Ostland. Il participa à la conférence de Wannsee.

Il est en grande partie responsable de la mise en œuvre de l'extermination de la population juive de la Lettonie (le Einsatzgruppe A tua plus de 250 000 personnes en un peu moins de 6 mois). En 1941, il était Sturmbannführer dans les SS (Major). Son peloton de la mort d'Einsatzgruppe A Einsatzkommando 2 dans la région baltique, la plupart du temps en Lettonie (Riga), était responsable et y participa personnellement lors des massacres de masse de la région de Riga qui tuèrent 35 000 personnes en deux jours. Le 10 janvier 1942, Lange fut nommé commandant de la Sipo et du SD dans le district général de Lettonie. En raison de son rôle en Lettonie, il fut convié à la conférence de Wannsee. En 1942, Lange fut nommé Obersturmbannführer au siège central de Riga jusqu'en 1945. Il fut promu Standartenführer dans les SS en 1945.

Il fut peut-être tué au combat à Poznań (Pologne) en février 1945 ou s'est peut-être suicidé, les archives sont peu claires. Il était l'un des quelques dirigeants de la SS à avoir reçu la Croix allemande, en or.

Il fut décrit par des témoignages comme violent et ayant assassiné de sang froid et pour des raisons triviales[1].

Notes et référencesModifier

  1. Gedenk- und Bildungsstätte Haus der Wannsee-Konferenz (dir.), Die Wannsee-Konferenz und der Völkermord an den europäischen Juden (Katalog), Berlin, 2006, p. 104.

Liens externesModifier