Royaume du prêtre Jean

état chrétien mythique d'Orient

Le royaume du prêtre Jean était un État chrétien nestorien situé en Orient, attesté par plusieurs voyageurs européens des XIIe et XIIIe siècles (dont Hugues de Gabala, Guillaume de Rubrouck et Marco Polo).

Représentation du prêtre Jean sur un dessin datant de 1800.

Néanmoins, les recherches ultérieures des Européens pour le situer précisément (Inde, Empire mongol, Asie centrale, Afrique de l'Est) s'avéreront toutes infructueuses et vont progressivement transformer le royaume en contrée mythique. Au XIVe siècle, certains situaient ce royaume en Éthiopie.

La naissance de la rumeurModifier

La première mention du prêtre Jean apparaît au milieu du XIIe siècle dans la Chronique de l'évêque allemand Otton de Freising. Il y est fait mention d'un évêque syrien nommé Hugues de Gabala, arrivé en Occident pour y annoncer la chute de la ville d'Édesse, tombée aux mains des musulmans. Il s'agit du premier revers sérieux des Croisés en Terre Sainte. Hugues raconte également que :

« … un certain prêtre Jean habitant en Extrême-Orient, au-delà de la Perse et de l'Arménie, roi et prêtre, chrétien mais nestorien, aurait fait la guerre aux rois perses et mèdes appelés Sarmiades et les aurait chassés de leur capitale, Ecbatane. »

— Marie-Paule Caire-Jabinet, Le Royaume du prêtre Jean, p. 37.

Vers 1165, commence à circuler dans l'entourage des rois chrétiens, une lettre en latin adressée à l'empereur Manuel Ier Comnène de Byzance. Rédigée par un certain « prêtre Jean », elle décrit l'existence d'un royaume chrétien tout à l'est :

« Au-delà de la Perse et de l'Arménie, s'étend un merveilleux royaume dirigé par le prêtre Jean. Cette terre est traversée par un fleuve provenant du Paradis, charriant émeraudes, saphirs et rubis. Toutes les valeurs chrétiennes sont respectées à la lettre. Le vol, la cupidité, le mensonge sont inconnus. Il n'y a pas de pauvres. Surtout pas le prêtre Jean, dont le palais sans fenêtres est éclairé de l'intérieur par toutes les pierres précieuses dont il est paré… »

 
Prêtre Jean, illustration de La Chronique de Nuremberg par Hartmann Schedel 1493 (manuscrit original en collection privée)

À l'époque des croisades, le mythe du prêtre Jean prend de l'ampleur. Il pourrait devenir un soutien potentiel de l'Europe contre les musulmans. Au cours des dernières croisades, des écrivains considèrent son existence comme certaine.

Une lettre reçue par Saint Louis en 1248 (d'après les Grandes Chroniques de France conservées en l'église Saint Denis) mentionne que le Prêtre Jean aurait eu une fille :

Si ont une ancienne coustume que quant le grant roy Cham est mort, les princes et les chevetains ont povoir d'establir nouvel roy; mais il convient qu'il soit fils ou nepveu de celluy qui devant est roy, et qui derrenièrement est mort, ou qu'il luy appartiengne de bien près. Et si disoient les messages que le roy qui les avoit envoiés, estoit issu de femme crestienne, et avoit esté fille de prestre Jehan, le roy d'Ynde; et par l'amonnestement de celle bonne dame et d'un évesque qui estoit nommé Thalassias, le roy des Tartarins et dix-huit autres princes avoient receu baptesme; et sont encore entr'eux mains haus princes et mains autres qui ne se veullent crestienner. «Et sachiez que le prince Eschartay par qui nous sommes ça venus est religieux de long temps, et n'est point du royal ligniée né, mais haut homme et puissant, et est en la contrée de Perse.»

Guillaume de Rubrouck, dont le voyage en Asie date de 1253-1254, rapporte (on peut lire en ligne Deux voyages en Asie dans l'édition de 1888, pp. 59-61) :

« Du temps que les Français prirent Antioche (1097), il y avait pour monarque, en ces parties septentrionales (Rubrouck vient de traverser la Volga), un prince nommé Ken-Khan. […] Au-dedans de certaines montagnes par où j'ai passé était un seigneur d'un peuple nommé Nayman, tous chrétiens nestoriens. Ce Ken-Khan étant mort, ce prêtre nestorien s'éleva et se fit roi. Tous les nestoriens l'appelaient le Prêtre-Jean, et disaient de lui des choses merveilleuses, mais beaucoup plus qu'il n'y avait en effet. […] Le roi Prêtre-Jean étant mort sans enfants, son frère Vut lui succéda et se fit appeler khan. […] Gengis le vainquit en bataille. Gengis prit une des filles de Vut qu'il donna pour femme à un de ses fils, qui devint ainsi père du grand khan Mangu, qui règne aujourd'hui. »

Marco Polo, dans ses souvenirs, dictés entre 1296 et 1299 à un certain Rusta de Pise alors qu'il était incarcéré à Gênes, mentionne l'existence de communautés nestoriennes en de multiples régions de Chine. Il situe sa capitale (sans doute en raison d'une confusion linguistique le conduisant à assimiler la légende à un potentat local[1]) en une ville qu'il appelle Ciorcia (qui serait en chinois Iou-Tchi, Mongolie-extérieure[2]). Enfin, il le précise comme vassal de Genghis Khan. Jean de Joinville est convaincu que le royaume du prêtre Jean a existé, mais qu'il a été vaincu récemment par les peuples tatares (mongols) environnants.

Le prêtre Jean et son royaume sont longuement évoqués par Jean de Mandeville dans son ouvrage géographique Livre des merveilles du monde, écrit entre 1355 et 1357. Pour en parler, l'auteur s'est essentiellement basé sur des textes déjà existants, tels que les écrits de Otton de Freising et d'Odoric de Pordenone, ainsi que la lettre à l'empereur Manuel Ier Comnène évoquée plus haut. Toutefois, Mandeville ajoute des informations inédites, tel que l'origine du prénom du prêtre, anecdote qu'il a peut-être connue en Égypte. Il explique qu'autrefois, un empereur très vaillant avait pour compagnon des chevaliers chrétiens. Ce souverain voulut voir comment se passent les offices chrétiens. Il entra donc avec un de ces chevaliers dans une église égyptienne, le jour samedi après la Pentecôte, alors que l'évêque faisait les ordinations. L'empereur interrogea alors son compagnon sur ce qu'il voyait, en particulier les prêtres. Alors, il ne voulût plus être empereur mais prêtre. Il demanda à prendre le nom du premier qui sortirait de l'église : l'homme en question s'appelant Jean, l'empereur se fit appeler Prêtre Jean[3].

Par la suite, les conquêtes ottomanes, notamment la chute de Constantinople en 1453, ravivèrent en Europe un instinct de défense. La perspective d'une terre chrétienne au-delà des terres musulmanes permettait d'envisager de prendre les infidèles en tenaille. La recherche de ce royaume poussa les Européens à s'avancer vers les Indes, persuadés d'y trouver un soutien chrétien.[réf. nécessaire]

Les Portugais, en particulier, n'auront de cesse de le chercher, et leurs missions atteindront finalement l’Éthiopie chrétienne du Négus.

L’Éthiopie chrétienne du negusModifier

 
Carte de l'Éthiopie, Royaume du prêtre Jean (vers 1570)
 
Preste Juan de las Indias, carte espagnole de l'Afrique de L'Est, XVIe siècle.

En 1323, dans ses Mirabilia, Jourdain de Séverac, identifie le prêtre Jean au Négus, empereur de la lointaine Éthiopie et souverain des monophysites. Vers la fin du XVe siècle, des missions portugaises atteignent l'Éthiopie. Parmi les membres de ces expéditions se trouve notamment Pêro da Covilhã qui arrive en Éthiopie en 1490 et présente au Negusse Negest chrétien une lettre du roi du Portugal, adressée au prêtre Jean.

Auparavant, les Européens avaient également cru reconnaître le mythique royaume du prêtre Jean dans l'Empire mongol dirigé par un petit-fils de Gengis Khan dont l'épouse, Börte, était une fervente chrétienne qui se rendait à la messe tous les jours.

Il existait d'autres communautés chrétiennes sans lien avec l’Occident, dont :

Le prêtre Jean dans la littérature, la culture et les artsModifier

LittératureModifier

Bande dessinéeModifier

TélévisionModifier

  • Dans la série Marco Polo produite par Netflix, des allusions au prêtre Jean sont faites dans la saison 2 (2016).

Notes et référencesModifier

  1. Le Livre de Marco Polo ou le Devisement du monde, p. 144.
  2. Note de A.t'Serstevens in Le Livre de Marco Polo ou le devisement du monde, p. 144.
  3. Jean de Mandeville, Livre des merveilles du monde, ʽLes Belles Lettresʽ, coll. « La Roue à livres »,
    Traduit et commenté par Christiane Deluz
  4. Pages 814 à 903 de l'édition parue chez Presses Pocket.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Le Livre de Marco Polo, ou le devisement du monde (1319), texte intégral mis en français moderne par Albert t'Serstevens, collection le Livre de Poche, Albin Michel, 1955, pp. 144-150, et anecdote pp. 227-230.
  • Édith et François-Bernard Huyghe, La Route de la soie ou les empires du mirage, Petite Bibliothèque Payot, Paris, 2006.
  • Marie-Paule Caire-Jabinet, « Le Royaume du Prêtre Jean », dans : L'Histoire, no 22, , pp. 36-43.
  • Hervé Pennec, Des jésuites au royaume du Prêtre Jean (Éthiopie), Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2003, 372 p.
  • Danny Mienski, « Le fabuleux royaume du prêtre Jean », nouvelle issue de l'anthologie Ex Machina, Paris, Elenya éditions, 2014, réédité dans la revue Galaxies no 47, .
  • (en) Matteo Salvadore, « The Ethiopian Age of Exploration : Prester John's Discovery of Europe (1306-1458) », Journal of World History, vol. 21, no 4, , pp. 593-629.
  • Revue Galaxies, no 47, , « Dossier : le prêtre Jean » par Jean-Pierre Fontana
  • Umberto Eco, « Le royaume du Prêtre Jean », paru dans Alliage, no 45-46 - , Le royaume du Prêtre Jean, mis en ligne le , URL : http://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=3842.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier