Kings de Sacramento

équipe de basket-ball américaine
(Redirigé depuis Royals de Rochester)
Kings de Sacramento
Logo du Kings de Sacramento

Généralités
Noms précédents Seagrams de Rochester
1923–1942
Eber Seagrams de Rochester
1942–1943
Pros de Rochester
1943–1945
Royals de Rochester
1945–1957
Royals de Cincinnati
1957–1972
Kings de Kansas City-Omaha
1972–1975
Kings de Kansas City
1975–1985
Fondation 1923
Couleurs
Salle Golden 1 Center
17 500 places
Siège Flag of Sacramento, California.svg Sacramento
Drapeau de la Californie Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnat actuel NBA
Manager Vlade Divac
Entraîneur Luke Walton
Palmarès principal
National[1] 1
1951

Maillots

 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 des Kings de Sacramento
0

Les Kings de Sacramento (en anglais : Sacramento Kings, « les rois de Sacramento ») sont une franchise de basket-ball de la National Basketball Association (NBA) basée à Sacramento en Californie. La franchise a commencé avec les Seagrams de Rochester (équipe semi-professionnelle), en 1923. Ils se sont joints à la National Basketball League (NBL) en 1945 sous le nom des Royals de Rochester. Ils ont ensuite intégré, avec trois autres équipes de la NBL, la Basketball Association of America (BAA), précurseur de la NBA, en 1948. L’équipe a ensuite déménagé à Cincinnati en 1957, devenant les Royals de Cincinnati. En 1972, l’équipe a déménagé de nouveau, cette fois à Kansas City dans le Missouri, et a été rebaptisé Kings de Kansas City-Omaha parce que la franchise a d’abord partagé ses matchs à domicile entre Kansas City et Omaha dans le Nebraska. En 1975, les Kings ont cessé de jouer à Omaha et sont simplement devenus les Kings de Kansas City. L’équipe a encore une fois échoué à trouver le succès dans son marché et a déménagé à Sacramento en 1985, où ils continuent à résider aujourd’hui.

La franchise connait le succès dès sa création, remportant le titre NBL en 1946, puis le titre NBA en 1951 contre les Knicks de New York. Dans les années 1960, l'équipe est dominée par un trio composé de Jerry Lucas, Jack Twyman et du légendaire meneur Oscar Robertson, auteur d'un triple-double de moyenne durant la saison 1962-1963. Malgré l'arrivée de Nate Archibald en 1970, l'équipe ne retrouve pas les résultats de ses débuts et alterne qualifications en playoffs et bas de classement.

Depuis son installation à Sacramento en 1985, le club a vu évoluer plusieurs joueurs All-Stars comme Mitch Richmond, Vlade Divac, Chris Webber, Predrag Stojaković ou DeMarcus Cousins.

Historique de la franchiseModifier

Rochester Royals (1945-1957)Modifier

La franchise est fondée en 1945 à Rochester dans l'État de New York, sous le nom des Rochester Royals, après deux décennies en étant une équipe semi-professionnelle sponsorisée. Seagram était le principal commanditaire de l’équipe et a reçu la majeure partie de ce qui a été fait. L’une des premières vedettes de l’équipe était Lester Harrison, une vedette de l’école secondaire locale qui a fait de la publicité avant de se joindre à l’équipe. Plus tard, Harrison est devenu le capitaine, l’entraîneur, le manager général de l’équipe au cours des deux décennies suivantes.

Elle intègre la National Basketball League et remporte le titre NBL en 1946, mais la NBL est absorbée par la BAA qui deviendra la National Basketball Association (NBA). Les Royals sont devenus membres de la NBA nouvellement formée avec les Pistons de Fort Wayne, Lakers de Minneapolis, et Jets d'Indianapolis.

Les Royals ont remporté le titre de la NBA en 1951 en battant les Knicks de New York, 4-3. C'est justement à Rochester que la franchise remporta son seul titre NBA à ce jour. Le titre, cependant, ne s’est pas traduit en profit pour les Royals. En 1955, la formation est reprise, à l’exception de Bobby Wanzer, qui devient bientôt le nouvel entraîneur de l’équipe. L’équipe a déménagé au Rochester War Memorial en 1955 pour tenter d’améliorer son sort avec une arène beaucoup plus grande. La NBA a même accepté d’accueillir le All-Star Game en 1956. Mais les Royals étaient une équipe perdante remplie de jeunes joueurs, et n’a pas fait de profit. Pendant ce temps, la NBA faisait pression sur Harrison pour qu’il vende ou relocalise son équipe dans une plus grande ville. C’est dans cet esprit que la saison 1956-1957 fut la dernière des Royals à Rochester.

Le séjour des Royals à Rochester a mis en vedette les services de neuf futurs membres du Hall of Fame comme Al Cervi, Bob Davies, Alex Hannum, Lester Harrison, Red Holzman, Arnie Risen, Maurice Stokes, Jack Twyman, Bobby Wanzer.

Elle détient également avec les Olympians d'Indianapolis le record du match le plus long en NBA. En effet, le , les deux équipes se sont quittées sur le score de 75 à 73 pour Indianapolis après six prolongations soit 78 minutes de jeu au total[2].

Cincinnati Royals (1957-1972)Modifier

En avril 1957, les frères Harrison ont déménagé les Royals à Cincinnati, une ville qui tentait alors d’obtenir une franchise d’expansion en NBA. Cette décision fait suite à un match de saison régulière joué au Cincinnati Gardens le 1er février 1957. Cincinnati, qui avait une forte base de basket-ball universitaire à l’époque, mais pas de franchise NFL pour rivaliser avec, a été considéré comme le meilleur choix pour les Harrison, qui ont également considéré d’autres villes. Le nom Royals a persister à Cincinnati, souvent connu sous le nom de "Queen City".

Lors de la première draft NBA à Cincinnati, l’équipe a acquis Clyde Lovellette et George King. Ils ont fait équipe avec Maurice Stokes et Jack Twyman pour produire un concurrent sérieux dans la toute première saison de l’équipe à Queen City. Mais les blessures et la perte de Sihugo Green, le choix numéro 1 de la draft 1956, au service militaire a laissé l’équipe à égalité pour la deuxième place dans la division Ouest de la NBA au cours de la deuxième moitié de la saison 1957-1958.

Cependant, la star Maurice Stokes s'est gravement blessé à la tête quand il est tombé dessus après avoir poursuivi un rebond. Après le premier match des playoffs trois jours plus tard, la blessure de Stokes s'est aggravée par la pression de la cabine de l’avion pendant le vol de retour à Cincinnati pour le deuxième match. Il a subi une crise et a été hospitalisé, une tragédie qui a beaucoup ébranlé l’équipe. L’impact de la perte de Stokes a été telle que l’équipe a failli s'effondrer[3]. Six des joueurs de l’équipe ont simplement pris leur retraite suite à cet incident.

L'ère Oscar Robertson (1960-1970)Modifier

 
Oscar Robertson avec le maillot des Royals

En 1960, l’équipe a réussi à faire atterrir la superstar locale Oscar Robertson (la légende dit que l'équipe a déménagé à Cincinnati uniquement pour pouvoir sélectionner Robertson au titre du « Territorial Pick »). Robertson a mené une équipe qui comprenait Twyman, Wayne Embry, Bob Boozer, Bucky Bockhorn, Tom Hawkins et Adrian Smith au cours des trois saisons suivantes. Les Royals inversèrent leur sort avec Robertson et devinrent des prétendants au titre. Un conflit de propriété au début de l'année 1963 a anéanti les chances de l’équipe en playoffs lorsque le nouveau propriétaire, Louis Jacobs, a réservé un cirque pour le Cincinnati Gardens lors de la série contre le champion, les Celtics de Boston. Les matchs à domicile des Royals ont eu lieu au Schmidt Field House de l’Université Xavier.

À la fin de l'année 1963, une autre superstar locale, Jerry Lucas, s’est jointe à l’équipe. Les Royals ont égalé le deuxième meilleur bilan de la NBA. De 1963 à 1966, les Royals luttent vigoureusement contre Boston et les 76ers de Philadelphie, mais ne remportent aucun titre. Lors de la draft 1964, les Royals sélectionné George Wilson, Bill Chmielewski, Steve Courtin et Happy Hairston. Robertson a connu un succès individuel, obtenant même un triple-double de moyenne en 1961-1962 et le titre de MVP en 1964. Oscar Robertson était le meilleur scoreur et passeur de la ligue chaque saison. Jerry Lucas a été élu Rookie de l'année en 1964. Les deux ont été sélectionnés au sein de la All-NBA First Team à plusieurs reprises. L’équipe n’a pas réussi à garder quelques joueurs prometteurs, et a joué dans une division à l'Est, dominée par les Celtics de Boston.

En 1966, l’équipe est vendue à Max et Jeremy Jacobs. Cette même saison, les Royals ont commencé à jouer certains de leurs matchs à domicile dans des sites neutres tels que Cleveland (jusqu’à ce que les Cavaliers commencent à jouer en 1970), Dayton et Columbus. Cela n’a pas blessé leur base locale de fans à Cincinnati, cependant, les finances de l'équipe ont diminué progressivement.

Le nouvel entraîneur Bob Cousy a échangé Jerry Lucas en 1969. Oscar Robertson a été échangé aux Bucks de Milwaukee en 1970, où il a immédiatement remporté un titre NBA. Le déclin de la franchise a mené à un déménagement de Cincinnati vers Kansas City en 1972.

Kansas City-Omaha Kings et Kansas City Kings (1972-1985)Modifier

 
Nate Archibald sous le maillot des Kings en 1974.

Les Royals, avant de déménager à Kansas City, se sont rebaptisés Kings pour éviter toute confusion avec l’équipe de baseball des Royals. L’équipe a d’abord partagé ses matchs à domicile entre Kansas City et Omaha jusqu’en 1975, année où elle a abandonné le marché d’Omaha. Le déménagement d’Omaha a marqué l’ouverture de la Kemper Arena à Kansas City. Pendant leur séjour à Omaha, l’équipe a joué dans l’Omaha Civic Auditorium.

L’équipe a compté une nouvelle superstar dans leur rang, en la personne de Nate Archibald, qui a mené la ligue en points et en passes décisives au cours de la saison 1972-1973. Les Kings ont par la suite joué plusieurs matchs à domicile à Saint-Louis au début des années 1980 devant de grandes foules.

Les Kings ont eu quelques joueurs décents comme Tom Van Arsdale, Johnny Green, et Matt Guokas qui ont aidé Archibald dans la première année à Kansas City. Jimmy Walker a fait équipe avec Archibald lorsque les Kings ont fait les playoffs la deuxième année. Sam Lacey, est devenu tant à lui l’un des joueurs les plus fiables de la ligue. Cependant, la direction a décidé d'échanger Archibald aux Nets de New York en 1976, gaspillant des choix de draft. Bob Cousy a cédé la place à Phil Johnson, qui a été congédié au milieu de l'année 1977 et remplacé par Larry Staverman, un joueur de l’équipe à deux reprises quand il était à Cincinnati.

Les Kings ont finalement obtenu un certain succès dans leur nouvelle salle quand ils ont embauché Cotton Fitzsimmons comme entraîneur. L'équipe remporte la division Midwest en 1978-1979 avec le nouveau meneur Phil Ford, qui a été le rookie de l’année en 1979. Kansas City était mené par Otis Birdsong, fort à la fois en l’attaque et en défense, accompagné du tireur Scott Wedman, et le pivot Sam Lacey. Ils ont attiré une moyenne de 10 789 fans à la Kemper Arena cette saison-là, la seule fois pendant leur mandat que la fréquentation moyenne était de cinq chiffres (la fréquentation maximale était seulement aux deux tiers de la capacité de la salle). La plupart des amateurs de sport de Kansas City ont préféré dépenser leur argent pour les Royals de Kansas City, qui ont remporté le championnat de la division Ouest de la Ligue américaine quatre fois en cinq saisons et ont atteint les World Series en 1980.

Les Kings ont fait les playoffs en 1980 et 1981, atteignant même la finale de la conférence Ouest en 1981. Après avoir renversé les Suns de Phoenix en remportant le match 7 à Phoenix, en demi-finale de la conférence, ils se sont inclinés face aux Rockets de Houston en cinq matchs en finale de conférence. Lacey, le dernier membre des Royals de Cincinnati, a été complètement dominé dans la raquette par la superstar des Rockets, Moses Malone. Seul un titre de champion de division en 1979 et une finale de conférence perdue en 1981 marquent cette décennie bien terne.

Cependant, une série d’incidents de malchance ont empêché l’équipe de miser sur son succès. En 1979, le toit s’est littéralement effondré à la Kemper Arena en raison d’une violente tempête, ce qui a forcé l’équipe à jouer la majeure partie de la saison 1979-1980 dans une salle beaucoup plus petite. Le groupe de propriété a vendu l’équipe à Sacramento pour 11 millions de dollars. Lorsque les Kings ont réembauché Joe Axelson comme manager général, ils ont ramené l’homme qui avait précédemment échangé Oscar Robertson, Norm Van Lier, Nate Archibald et Jerry Lucas, et utilisé le troisième choix de la draft de dispersion ABA pour Ron Boone. Axelson est resté après que les Kings aient quittés Kansas City où, dans leur dernier match, les fans ont porté des masques de Joe Axelson.

Axelson est devenu le premier manager général de l’histoire du sport à échouer avec la même franchise dans quatre villes différentes : Cincinnati, Kansas City, Omaha et Sacramento. Il n’a pas été congédié jusqu’à ce qu’il réembauche l’entraîneur Phil Johnson, qu’il avait congédié dix ans plus tôt. Leur dernière saison 1984-1985 s’est soldée par un bilan de 31-51, les partisans étant restés loin de l'arène, avec une fréquentation moyenne de 6 410 spectateurs. Longtemps star de l’ABA et de la NBA, Don Buse, a joué sa dernière saison professionnelle pour les Kings.

Sacramento Kings (depuis 1985)Modifier

Les débuts difficiles à Sacramento (1985-1991)Modifier

Les Kings ont déménagé à Sacramento, en Californie, dans la saison 1985-1986, avec leur première saison se terminant au premier tour des playoffs. Le groupe de départ était composé de Reggie Theus, LaSalle Thompson, Mark Olberding, Terry Tyler et Mike Woodson, avec les joueurs de bancs comme Larry Drew, Eddie Johnson, Otis Thorpe et Joe Kleine. Cependant, malgré la fidélité des partisans, les Kings ont connu peu de succès au cours des saisons suivantes, et l’équipe n’a pas participé aux playoffs avant ceux de 1996 lors de la saison 1995-1996, soit une disette de 10 ans sans séries éliminatoires.

Néanmoins, ils ont acquis Ricky Berry en 18e choix de la draft 1988. Au cours de la saison 1988-1989, il a connu une année de rookie fulgurante, tirant à 40,6 % à trois points. Les Kings ont également acquis Vinny Del Negro et Rodney McCray des Rockets de Houston. Au cours de sa première année avec les Kings, McCray a été élu au sein de la All-Defensive First Team.

L'ère Mitch Richmond (1991-1998)Modifier

Mitch Richmond a joué un rôle clé dans l’ascension des Kings dans les années 1990, où le début de la décennie a été difficile pour l'équipe. Sacramento était connu pour avoir un fort soutien des partisans, et bien qu’ils aient remporté plus de 60% de leurs matchs à domicile, l’équipe a lutté à l'extérieur, remportant un match sur 41 à l'extérieur en une seule saison. Mais les prières furent exaucées lorsqu’ils acquirent Mitch Richmond, qui jouait auparavant pour les Warriors de Golden State. L'ancien rookie de l’année a été sélectionnée six fois en tant que All-Star. Garry St. Jean a été choisi comme nouvel entraîneur en 1992 et a entraîné l’équipe jusque 1997, où il a été remplacé par Eddie Jordan.

Au cours des années 1990, Sacramento a eu d’autres stars comme Spud Webb, Kurt Rambis, Wayman Tisdale, Walt Williams, Olden Polynice et Brian Grant, mais ils n’ont duré que quelques années avec l’équipe.

Lors du retour de la franchise en playoffs, la série s'est soldée par une défaite 3-1 contre les SuperSonics de Seattle qui, menés par Gary Payton et Shawn Kemp, ont terminé champions de la conférence Ouest cette année-là.

La franchise est vendue par son propriétaire John Thomas à la famille Maloof, propriétaire de casinos à Las Vegas, au début des années 1990, où l'équipe a reposé sur les épaules d'un seul homme, le All-star Mitch Richmond avec pour récompense une qualification pour les playoffs en 1996. Les Maloof injectent plus d'argent dans la franchise, changent la direction de l'équipe et engagent Geoff Petrie comme manager. Cela commence par des choix plus judicieux lors des tours draft, comme en 1996 avec Peja Stojakovic ou encore Jason Williams deux ans plus tard. Le recrutement est aussi beaucoup plus fin comme avec Vlade Divac et Chris Webber, échangé contre la star Mitch Richmond, le premier étant une valeur sûre et le second une star en devenir.

« The Greatest Show On Court » (1998-2004)Modifier

En quelques années l'équipe progresse et devient candidate aux playoffs. Sous les ordres de Rick Adelman, la franchise devient un candidat au titre. Avec Adelman, les Kings ont toujours participé aux playoffs.

L'équipe joue un basket-ball tourné vers l'attaque et spectaculaire mais au détriment de la défense, reproche souvent fait à Jason Williams pour ses pertes de balles et sa pauvre défense. Webber quant à lui a la fâcheuse tendance de manquer les shoots lors des matchs importants, alors qu'il est le leader des Kings. Mais c'est grâce à ce jeu « fun » et offensif que la franchise voit sa cote de popularité exploser, c'est ce même jeu qui les empêche d'aller plus loin en playoffs : bien jouer ne suffit pas, il faut gagner des matchs.

Pour pouvoir dépasser le premier tour des playoffs, il faut renforcer la défense, ainsi les Kings échangent Corliss Williamson contre Doug Christie des Raptors de Toronto, réputé pour être un des meilleurs défenseurs de la NBA. La franchise passe le premier tour des playoffs pour la première fois depuis 1980, mais ne résiste pas aux Lakers au tour suivant.

En 2001 le transfert de Jason Williams contre Mike Bibby des Grizzlies fait couler beaucoup d'encre. Bibby est vu comme un joueur moins spectaculaire mais beaucoup plus efficace, en outre c'est un vrai leader sur le parquet, à cela s'ajoute la prolongation du contrat de Chris Webber. Cette même saison, les Kings finissent avec le meilleur bilan de la ligue (61-21). Les deux premiers tour de playoffs se passent sans accroc mais ils perdent la finale de conférence face à leurs rivaux les Lakers lors d'une série en sept matchs considérée comme l'une des plus excitantes de la NBA. Cette série suscita la polémique à la suite d'un arbitrage très controversé en faveur des Lakers, notamment lors du sixième match, remporté par les Lakers[4].

La saison suivante, les Kings tiennent leur rang en remportant leur division mais une grave blessure de Webber au genou limite la franchise et ils sont éliminés en demi-finales de conférence face aux Mavericks de Dallas en sept matchs. L'année suivante, au même stade de la compétition, ce sont les Timberwolves du Minnesota du MVP Kevin Garnett qui les éliminent toujours en sept matchs.

La saison 2005 est marquée par les départs de joueurs. Divac signe aux Lakers, Christie est échangé contre Cuttino Mobley mais surtout le départ du franchise player Chris Webber aux 76ers de Philadelphie en échange de Corliss Williamson, Kenny Thomas et Brian Skinner. Sortie dès le premier tour des playoffs par les Supersonics de Seattle (4-1). Durant l'intersaison Bobby Jackson est à son tour échangé contre Bonzi Wells et la page est définitivement tournée lorsqu'en Peja Stojaković est échangé lui aussi contre Ron Artest.

Déclin et transition (2005-2009)Modifier

Une nouvelle ère commence ; à l'arrivée d'Artest la franchise est dans les profondeurs du classement de la conférence ouest. Artest, en véritable messie, promet qu'ils joueront les playoffs. En effet ils les jouent mais face à un favori : les Spurs de San Antonio, et font plus que se défendre mais s'inclinent logiquement en six matchs. Pendant l'intersaison Bonzi Wells est le seul à partir, l'équipe se renforce en signant notamment John Salmons et quelques autres joueurs. Et pour tourner la page définitivement, Rick Adelman n'est pas reconduit dans ses fonctions, c'est Eric Musselman qui le remplacera.

 
Kevin Martin sous le maillot des Kings en 2005.

Malheureusement, la saison des Kings est très décevante, manquant les playoffs pour la première fois en huit ans. En plus des déboires d'Artest et Musselman avec la justice, ajoutés à une saison ratée de Bibby, qui a bien failli être transféré, la seule lumière vient de Kevin Martin qui confirme un grand potentiel, ratant même de très peu le titre de NBA Most Improved Player (MIP). L'entraîneur Musselman est licencié (remplacé par Reggie Theus) avec de nombreux départs à prévoir durant l'été.

Finalement, les Kings ne démarrent pas la saison 2007-2008 comme ils le souhaitent à cause des blessures de leurs stars Bibby, Artest et Martin. De plus, l'entente entre Mike Bibby et Ron Artest n'est pas au mieux. Les 3 stars reviennent au début de l'année 2008, redonnant une dynamique de victoire aux Kings. Mais Mike Bibby se retrouve transféré aux Hawks d'Atlanta en échange de quatre joueurs mineurs de ces mêmes Hawks. L'équipe termine finalement à une triste dixième place, loin derrière les ténors de la conférence Ouest, n'atteignant même pas les 50 % de victoires (38v-44d).

Les Kings commencent la saison 2008-2009 avec une ambition modérée, due notamment au transfert de Ron Artest à Houston durant l'intersaison[5] (Sacramento récupère en échange Bobby Jackson, qui effectue son retour dans la capitale de la Californie, le prometteur rookie Donté Greene et un premier tour de draft). Le début de saison voit l'émergence de Spencer Hawes pour sa deuxième saison. Toutefois, cet exercice s'apparente à un calvaire, aux faiblesses évidentes de l'équipe s'ajoute la blessure de Kevin Martin, la star de l'équipe (il manque au total 31 matchs durant la saison), ce qui va entraîner la chute de l'équipe vers les profondeurs de la conférence Ouest, ce qui est fatal à l'entraîneur Reggie Theus, remercié et remplacé par l'intérimaire Kenny Natt. L'équipe dirigeante se résout à repenser totalement l'effectif en vue des prochaines saisons, ainsi Brad Miller et John Salmons sont expédiés vers les Bulls de Chicago contre notamment Andres Nocioni et Drew Gooden le , de même Mikki Moore est laissé libre et s'engage avec les Celtics de Boston le . La franchise récupère également Ike Diogu et Rashad McCants, toujours dans une optique de rajeunissement de l'effectif.

Période "Here we rise" (2009-2012)Modifier

 
Tyreke Evans, rookie de la saison 2009-2010.

Toutefois, ces changements n'empêcheront pas l'équipe de finir la saison régulière avec le plus mauvais bilan de la NBA (17v-65d), ce qui lui donne toutefois le plus de probabilité d'obtenir le numéro 1 de la prochaine draft. Natt est remercié à la fin de la saison, les Kings sont en quête d'un nouvel entraîneur. Après avoir sondé Eddie Jordan et Kurt Rambis notamment, les Kings portent leur choix le sur Paul Westphal. Les Kings subissent un revers le en n'obtenant que le numéro 4 de la Draft 2009 de la NBA lors de la traditionnelle loterie, mais ne désespèrent pas d'acquérir le phénomène espagnol Ricky Rubio. Finalement, le Sacramento jette son dévolu sur Tyreke Evans, le tonique arrière en provenance de l'université de Memphis et choisit également Omri Casspi et Jon Brockman. Le même jour, les Kings finalisent le transfert du meneur des Trail Blazers de Portland Sergio Rodríguez, en quête de temps de jeu et de reconnaissance au sein de la franchise nord-californienne. L'équipe est désormais prête pour un nouveau départ avec un effectif sensiblement rajeuni et une ligne arrière explosive Evans-Martin.

La saison 2009-2010 de Sacramento va se révéler prometteuse à défaut d'être satisfaisante sur le plan sportif. En effet, malgré une très bonne première partie de saison (marquée par un retour historique face aux Bulls de Chicago après avoir été menés de 35 points le ), les Kings terminent finalement avec un bilan décevant (25v-57d). Toutefois, cet exercice a permis à la franchise d'opérer un sérieux réajustement de son effectif autour de ses deux rookies, Omri Casspi et surtout le Rookie de l'année Tyreke Evans, auteur d'une saison statistique exceptionnelle. Ainsi, Kevin Martin est parti du côté de Houston en échange du rugueux Carl Landry, appelé à muscler une raquette un peu tendre. Sacramento profite de l'intersaison pour se renforcer à l'intérieur avec l'arrivée de Samuel Dalembert mais surtout le choix en 5e position de la draft du talentueux mais instable DeMarcus Cousins, en provenance de l'université de Kentucky.

Le début de saison 2010-2011 est très décevant; l'équipe stagne par rapport aux années passées et en coulisse les problèmes se multiplient, DeMarcus Cousins aurait eu plusieurs altercations avec le staff mais aussi avec Tyreke Evans qu'il accuse de prendre tous les shoots dans le money time. Les rumeurs de déménagement de la franchise à Anaheim fragilisent aussi le collectif.

Le , les Kings envoient Carl Landry aux Hornets en échange de Marcus Thornton.

La saison 2011-2012 s'annonce prometteuse, avec les recrutements de John Salmons et Travis Outlaw ainsi que les deux rookie draftés en juin, le meilleur joueur NCAA 2010-2011 Jimmer Fredette en provenance de BYU et Tyler Honeycutt la star de UCLA. Mais la grande nouvelle de cette saison est sans doute l'annonce faite par la NBA : la franchise des Kings reste à Sacramento grâce aux financements de la mairie de Sacramento, de la NBA et de AEG. Une de leurs rares satisfactions était le rookie Isaiah Thomas. En raison des critiques sur sa taille (1,75m) et son habileté à jouer, Thomas a été sélectionné en 60e et dernier choix de la draft. Malgré cela, et la présence de Fredette, Thomas a gagné la place au sein du cinq majeur, terminant la saison avec une moyenne de 11 points et 4 passes décisives par match et a obtenu une sélection au NBA All-Rookie Team.

Nouvelle reconstruction (2012-2015)Modifier

Lors de la draft 2012 de la NBA, ils ont choisi Thomas Robinson du Kansas. Néanmoins, en raison d’une saison rookie improductive, il a été échangé avec Francisco Garcia et Tyler Honeycutt aux Rockets de Houston en échange de Patrick Patterson, Toney Douglas et Cole Aldrich.

 
DeMarcus Cousins sous le maillot des Kings en 2012.

En , des rumeurs évoquent le départ des Kings vers la ville de Seattle qui a amorcé la mise en chantier d'une nouvelle salle. Au printemps 2013, la NBA rejette le transfert des Kings vers Seattle par une forte majorité de la part des propriétaires des autres franchises de la ligue. Le 31 mai 2013, les Kings ont conclu la vente au groupe Ranadivé à une valeur record de 534 millions de dollars, ce qui a marqué le début d’une nouvelle ère pour la franchise[6]. Une fois la vente conclue, les Kings ont commencé à apporter des changements à la direction et au staff technique. Geoff Petrie et Keith Smart ont été libérés, Mike Malone et Pete D'Alessandro ont été amenés pour les remplacer[7]. Le 10 juillet, le dirigeant de la NBA, Chris Granger, a été embauché comme président de l’équipe[8].

Lors de la draft en 2013, le 27 juin, les Kings ont choisi Ben McLemore avec le septième choix. Ils ont également choisi le meneur Ray McCallum, Jr. avec le 36e choix. Une semaine plus tard, le 5 juillet, les Kings ont envoyé l’ancien rookie de l’année, Tyreke Evans, aux Pelicans de La Nouvelle-Orléans dans un accord de trois équipes impliquant Robin Lopez, Greivis Vásquez, Jeff Withey, Terrel Harris, et des choix de draft[9].

La saison 2013-2014 était largement attendue par les fans des Kings. Lors de leur premier match le 30 octobre, contre les Nuggets de Denver, les Kings ont gagné 90-88, malgré le fait qu’ils n’avaient pas Carl Landry, ni Mbah a Moute. Ils ont été menés par une performance de 30 points, 14 rebonds de DeMarcus Cousins. Après le mauvais début de saison des ailiers John Salmons et Patrick Patterson jusqu’en novembre, les Kings ont cherché un changement. Le 26 novembre, Luc Mbah a Moute, nouvellement acquis, a été échangé contre Derrick Williams. Près de deux semaines plus tard, le 8 décembre, ils acquièrent Rudy Gay dans le cadre d’un échange à sept joueurs qui envoya Patterson et Salmons à Toronto avec Chuck Hayes et Greivis Vásquez[10]. Quincy Acy et Aaron Gray ont également été envoyés aux Kings.

L’organisation a cherché à ajouter de la profondeur pendant l'intersaison 2014 pour compléter le duo vedette des Kings, DeMarcus Cousins et Rudy Gay. Sacramento a signé Darren Collison, Ryan Hollins et Ramon Sessions, ainsi que la sélection de Nik Stauskas à la draft 2014 avant le début de la saison 2014-2015. Le , les Kings signent Sim Bhullar, qui est le premier joueur d'origine indienne à signer un contrat avec une équipe NBA[11].

Après un début de saison de 11-13, l’entraîneur Michael Malone a été congédié par l’organisation des Kings. Tyrone Corbin a assuré l'intérim jusqu’à ce que George Karl le remplace en février 2015[12].

Le 30 janvier 2015, DeMarcus Cousins a été nommé pour remplacer Kobe Bryant, blessé, en tant que All-Star dans le All-Star Game 2015 de la NBA[13]. La sélection de Cousins a marqué la première sélection pour un joueur des Kings depuis Brad Miller et Peja Stojaković en 2004.

Arrivée de Vlade Divac comme manager général (2015-2017)Modifier

 
Vlade Divac, à la tête de la reconstruction.

Le 3 mars 2015, les Kings ont promu l’ancien pivot de Sacramento, Vlade Divac, comme nouveau vice-président des opérations basket-ball[14]. Après la fin de la saison, avec un bilan de 29-53, les Kings ont effectué des mouvements agressifs hors saison en sélectionnant Willie Cauley-Stein à la draft, et en acquérant Rajon Rondo, Kosta Koufos, Marco Belinelli et Caron Butler en vue de la saison 2015-2016. Pour libérer de l’espace, Divac a échangé Nik Stauskas, Carl Landry, Jason Thompson, un futur top 10 de draft au premier tour contre les 76ers de Philadelphie pour les droits d'Artūras Gudaitis et Luka Mitrović.

Le 14 avril 2016, après une saison de 33 victoires pour 49 défaites, les Kings ont congédié l’entraîneur, George Karl[15]. Karl a compilé un bilan de 44-68 avec les Kings.

La saison 2016-2017 a apporté plusieurs changements. Les Kings ont emménagé dans leur nouvelle salle, le Golden 1 Center[16]. Le 9 mai 2016, les Kings ont embauché l’ancien entraîneur des Grizzlies de Memphis, Dave Joerger[17]. Lors de la draft NBA 2016, les Kings ont échangé le 8e choix contre les Suns de Phoenix pour le 13e et le 28e choix, ainsi que les droits du joueur serbe, Bogdan Bogdanović[18]. Plus tard dans la soirée, les Kings échangent Marco Belinelli contre les Hornets de Charlotte en échange du 22e choix[19]. Les Kings ont alors sélectionné quatre joueurs, le pivot grec Georgios Papagiannis, le shooteur Malachi Richardson, l'ailier fort Skal Labissiere et le meneur Isaiah Cousins. Durant la période d'agents libres, les Kings ont signé Anthony Tolliver, Garrett Temple, Arron Afflalo, Matt Barnes et Ty Lawson.

Départ de DeMarcus Cousins et reconstruction (depuis 2017)Modifier

Le , les Kings transfèrent leur star DeMarcus Cousins chez les Pelicans de La Nouvelle-Orléans, enregistrent le retour de Tyreke Evans et l'arrivée de Buddy Hield, qui marque le début de la reconstruction de l'équipe par le general manager Vlade Divac[20]. Les Kings ont tout de même terminé la saison 2016-2017 avec un bilan de 32-50, une nouvelle fois hors des playoffs.

Lors de la draft 2017 de la NBA, l’équipe a sélectionné le meneur De'Aaron Fox avec le 5e choix[21]. Ils ont également sélectionné l'ailier Justin Jackson avec le 15e choix, le pivot Harry Giles avec le 20e choix, et le meneur Frank Mason III avec le 34e. Avec quatre rookies, Divac voulait ajouter des vétérans au sein de l'effectif. Le 10 juillet 2017, l’équipe a signé trois joueurs d'expérience : Vince Carter, Zach Randolph et George Hill[22].

L’équipe a terminé la saison 2017-2018 avec un bilan de 27-55, se classant 12e dans la Conférence Ouest. Giles n'a pas joué un match de la saison en raison d’une blessure à la jambe. Hill fut échangé aux Cavaliers de Cleveland[23].

Lors de la draft 2018, les Kings ont choisi Marvin Bagley. L’équipe a été critiquée après la draft pour ne pas avoir choisi Luka Dončić, tandis que Divac allait dire qu’il avait confiance en Bagley. Lors du premier match de la saison 2018-2019, les Kings ont perdu contre le Jazz de l'Utah 123-117. Malgré le début de la saison à 1-3, y compris une défaite aux Pelicans dans laquelle ils ont encaissés 149 points, l’équipe allait gagner leurs cinq prochains matchs pour détenir un bilan positif. Au 30 décembre, l’équipe détenait un bilan de 19-16. En fin de compte, les Kings ont terminé la saison en neuvième place de la Conférence Ouest, affichant un bilan de 39-43,après avoir balayé toute la saison pour obtenir une place en playoffs, malheureusement ils échouent encore[24]. Toutefois, il s’agissait du meilleur bilan de saison régulière de l’équipe depuis sa dernière apparition en séries éliminatoires de la saison 2005-2006. Malgré cela, l’entraîneur, Dave Joerger, a été congédié à la fin de la saison et Luke Walton a été embauché comme remplaçant trois jours plus tard[25].

Rivalité Kings-LakersModifier

Il y a rivalité entre ces deux équipes NBA qui sont d'ailleurs dans la même division (Pacific Division), ce qui implique au minimum quatre confrontations par saison. Cette rivalité est récente, elle commence en 2000. L'opposition nord de la Californie (Sacramento) et sud de la Californie (Los Angeles) ainsi que le fait que Sacramento soit la capitale californienne et Los Angeles la plus grande ville de l'État.

Sur plan sportif, dans les années 2000 les deux franchises luttent pour les premières places de la ligue et par quelques déclarations, comme celle de Shaquille O'Neal qui surnommait les Kings les « Sacramento Queens » (Reines de Sacramento par opposition aux rois, kings en anglais). L'entraîneur, Phil Jackson, quant à lui surnommait la ville « Cow Town » littéralement la « ville des vaches » à ces provocations les fans des Kings répondirent par des concerts de cloches à vaches lors des matchs. En outre, un scandale éclate lorsque l'opinion public apprend que Phil Jackson fait préparer à ses Lakers les confrontations contre les Kings en leur projetant des images d'Adolf Hitler, au prétexte que Rick Adelman lui ressemble vaguement : « Ils voient le type sur la vidéo, et puis ils partent jouer contre l'équipe du type sur la vidéo », déclare l'entraîneur angelino pour se justifier.

La rivalité atteint son paroxysme en 2002 lors de la finale de conférence ouest. Lors du match 4, Robert Horry marque un panier à trois points à la dernière seconde et donne la victoire au Lakers. Après une polémique sur l'arbitrage lors du match 6, les Lakers sortent finalement les Kings en sept matchs 4-3. L'altercation entre Doug Christie (Kings) et Rick Fox (Lakers) d'abord en match puis dans les coulisses sera sanctionnée par des matchs de suspensions.

Aujourd'hui la rivalité est dormante. Cela est dû aux départs de joueurs majeurs des deux côtés comme le Shaq, Fox, Chris Webber ou Christie, auxquels il faut ajouter que les Kings et les Lakers sont en reconstruction. La rivalité est donc moins forte mais les confrontations sont toujours attendues.

PalmarèsModifier

  • Champion NBL (1) : 1946.
  • Champion NBA (1) : 1951 (sous le nom des Royals de Rochester).
  • Champion de Conférence (2) : 1946 et 1951.
  • Champion de Division (2) : 1949 et 1952.
  • Champion de la Division Pacifique (3) : 1979, 2002 et 2003.
  • 5 titres de champion de division au total.

Records diversModifier

Les Kings sont l'équipe ayant (à la fin 2009) remporté un match après avoir eu le second plus fort retard : malgré 35 points de débours (44-79), ils ont battu Chicago (102-98) le ; seul le Jazz en 1996 avait fait mieux avec 36 points de retard compensés[26].

Effectif actuelModifier

Kings de Sacramento
Effectif actuel
Entraîneur :   Luke Walton
Ailier fort 35   Marvin Bagley Duke
Ailier / Ailier fort 40   Harrison Barnes North Carolina
Arrière / Ailier 26   Kent Bazemore Old Dominion
Ailier fort 88   Nemanja Bjelica Fenerbahçe SK
Arrière 8   Bogdan Bogdanovic Fenerbahçe SK
Ailier -   Corey Brewer Florida
Meneur 3   Yogi Ferrell Indiana
Meneur 5   De'Aaron Fox Kentucky
Ailier fort / Pivot 20   Harry Giles Duke
Arrière 7   Kyle Guy (R) (TW) Virginia
Arrière 24   Buddy Hield Oklahoma
Ailier fort / Pivot 22   Richaun Holmes Bowling Green
Arrière / Ailier 10   Justin James (R) Wyoming
Arrière / Ailier 19   DaQuan Jeffries (R) (TW) Tulsa
Meneur / Arrière 9   Cory Joseph Texas
Pivot 25   Alex Len Maryland
Ailier / Ailier fort 33   Jabari Parker Duke
(C) - Capitaine, (R) - Rookie, (TW) - Two-way contract,   Blessé

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchiseModifier

Place Nom du joueur Pays Points
1er Oscar Robertson 1960 - 1970   États-Unis 22 009
2e Jack Twyman 1955 - 1966   États-Unis 15 840
3e Mitch Richmond 1991 - 1998   États-Unis 12 070
4e Nate Archibald 1970 - 1976   États-Unis 10 894
5e Sam Lacey 1970 - 1981   États-Unis 9 895
6e DeMarcus Cousins 2010 - 2017   États-Unis 9 894
7e Peja Stojakovic 1998 - 2006   Serbie 9 498
8e Jerry Lucas 1963 - 1969   États-Unis 9 107
9e Eddie Johnson1981 - 1987   États-Unis 9 027
10e Scott Wedman 1974 - 1981   États-Unis 9 002
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records individuels de la franchiseModifier

Records individuels
Statistique Nom du joueur Nombre
Meilleur marqueur Oscar Robertson 22 009 points
Meilleure moyenne Points/Match Oscar Robertson 29.3 points/match
Meilleur passeur Oscar Robertson 7 731 passes décisives
Meilleure moyenne Passes/Match Oscar Robertson 10.3 passes/match
Meilleur rebondeur Sam Lacey 9 353 rebonds
Meilleure moyenne Rebonds/Match Jerry Lucas 19.1 rebonds/match
Meilleur contreur Sam Lacey 1 098 contres
Meilleur intercepteur Sam Lacey 950 interceptions
Meilleur pourcentage au tir Steve Johnson 60.4 %
3 points marqués Peja Stojakovic 1 070 tirs
Meilleur pourcentage à 3 points Buddy Hield 43.8 %
Lancers-francs marqués Oscar Robertson 6 583 tirs
Meilleur pourcentage au lancer-franc Peja Stojakovic 89.3 %
Matchs joués Sam Lacey 888 matchs
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

JoueursModifier

Maillots retirésModifier

Hall of FamersModifier

Joueurs célèbresModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (fr) « Indianapolis vs Rochester, le match à 6 prolongations du 6 janvier 1951 », sur basketretro.com, (consulté le 6 janvier 2016)
  3. « NBA - L'émouvante histoire de Twyman et Stokes, à l'origine du titre de meilleur coéquipier », sur Parlons Basket, (consulté le 7 mai 2020)
  4. Alexandre Martin, « Et si les Kings ne s'étaient pas fait voler en 2002 ? Les enquêtes de TrashTalk », sur TrashTalk, (consulté le 7 mai 2020)
  5. (fr) « Ron Artest aux Houston Rockets », sur www.lequipe.fr, (consulté le 3 septembre 2010)
  6. (en-US) « Sacramento Kings sale to Vivek Ranadive group complete », sur USA TODAY (consulté le 24 avril 2020)
  7. « Mike Malone nouveau coach des Sacramento Kings », (consulté le 24 avril 2020)
  8. (en) « NBA Exec VP Chris Granger Leaving League Office To Become Kings President », sur www.sportsbusinessdaily.com (consulté le 24 avril 2020)
  9. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Tyreke Evans expédié aux Pelicans dans un deal à trois équipes ! », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 24 avril 2020)
  10. Bastien Fontanieu, « Transfert avant Noël : Rudy Gay quitte les Raptors et rejoint DeMarcus Cousins à Sacramento ! », sur TrashTalk, (consulté le 24 avril 2020)
  11. « Le géant Sim Bhullar vers les Kings », (consulté le 24 avril 2020)
  12. Rondo_PierceFan, « George Karl officiellement coach des Kings ! », sur Inside Basket (consulté le 24 avril 2020)
  13. « ASG : DeMarcus Cousins remplace Kobe Bryant ! », sur Eurosport, (consulté le 24 avril 2020)
  14. « Vlade Divac nommé vice-président des Kings ! », (consulté le 24 avril 2020)
  15. Bastien Fontanieu, « George Karl officiellement viré des Kings : une page se tourne, pour l'asile comme pour l'homme », sur TrashTalk, (consulté le 24 avril 2020)
  16. « Le « Golden 1 Center », nouvelle salle des Sacramento Kings », (consulté le 24 avril 2020)
  17. « Dave Joerger, nouveau coach de Sacramento ! », sur Basket USA (consulté le 24 avril 2020)
  18. mosdehuh, « Bogdan Bogdanovic signe pour 3 ans aux Kings », sur Inside Basket (consulté le 24 avril 2020)
  19. InsideBasket, « Marco Belinelli à Charlotte », sur Inside Basket (consulté le 24 avril 2020)
  20. Jeremy Le Bescont, « DeMarcus Cousins envoyé chez les Pelicans ! », Basket USA, (consulté le 20 février 2017)
  21. « NBA - Insolite : Grâce aux Kings et De'Aaron Fox, il obtient un rendez vous avec son crush », sur Parlons Basket, (consulté le 24 avril 2020)
  22. (en) Official release, « Sacramento Kings sign veterans Vince Carter, George Hill, Zach Randolph », sur NBA.com (consulté le 24 avril 2020)
  23. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Les Cavs récupèrent Rodney Hood et George Hill dans un trade à trois ! », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 24 avril 2020)
  24. SunsOnISB, « Bilan 2018-2019 : Les Kings sont passés tout proche du Graal », sur Inside Basket (consulté le 24 avril 2020)
  25. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Luke Walton va rebondir aux Sacramento Kings », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 24 avril 2020)
  26. « Le come-back de la décennie », L'Équipe, (consulté le 23 décembre 2009)