Ouvrir le menu principal

Route des Petits-Ponts

ancienne route reliant Paris à Thieux, France
(Redirigé depuis Route des Petits Ponts)

Route des Petits-Ponts
Image illustrative de l’article Route des Petits-Ponts
Entrepôts Félix Potin à Pantin où passe la route des Petits-Ponts (début XXe siècle).
Caractéristiques
Longueur 16 (historiquement 20) km
Direction Sud-ouest / nord-est
Extrémité Sud-Ouest Paris (Avenue de la Porte-de-Pantin)
Intersections RN 3
A 86
A 3
Extrémité Nord-est Thieux (historiquement jusqu'à Dammartin-en-Goële)
Réseau Route départementale
Territoire traversé
1 région Île-de-France
3 départements Paris, Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne

La route des Petits-Ponts est une route reliant Paris (avenue de la Porte-de-Pantin) à Thieux, près de Mitry-Mory, en Seine-et-Marne.

HistoriqueModifier

 
Bobigny, route des Petits-Ponts, au niveau de l'ancienne gare de Bobigny

Historiquement, elle continuait jusqu'à Dammartin-en-Goële, mais la chaussée entre Thieux et Dammartin n'existe plus[1]. Depuis le début du XXe siècle, la plupart des communes qu'elle traverse ont renommé la route, le nom ne subsiste qu'à Paris (route des Petits-Ponts), à Aulnay-sous-Bois[2], à Sevran et à Tremblay-en-France[3].

Le , lors de la bataille de Paris, les troupes de Kleist, York et Woronzow empruntent la route des Petits-Ponts pour atteindre Pantin puis Paris.

En 1870, lors de la deuxième bataille du Bourget, Le Blanc-Mesnil est le siège de violents combats au nord de la commune. Un bataillon de francs-tireurs utilise alors la route des Petits-Ponts en vue d'atteindre Paris pour la défendre.

Origine du nomModifier

La route fut ainsi nommée parce que, tout au long de son parcours, elle franchissait de nombreux petits cours d’eau, comme le ru de Monfort ou le ru de Thieux par de petits ponts[4].

Via un itinéraire alternatif, elle permettait de rejoindre la RN 2 à Dammartin ou encore la grande route d'Allemagne (aujourd'hui la RN 3) à Meaux.

ParcoursModifier

 
L'avenue Henri-Barbusse à Bobigny devant l'ancienne gare de Bobigny.

Dans la Seine-Saint-Denis, la route est portée par la RD 115 qui traverse Pantin, Bobigny, Drancy, Le Blanc-Mesnil, Aulnay-sous-Bois, Sevran, Villepinte et Tremblay-en-France.

En Seine-et-Marne, la route est portée par la RD 9 qui traverse Mitry-Mory, Compans et Thieux où elle disparait au nord-est du village. Elle entrait à Dammartin-en-Goële par la rue de la Libération[1].

Seine-Saint-DenisModifier

 
Détail de la carte de Cassini (1750) : la route des Petits-Ponts est l'axe central, passant au sud du village d'Aulnay.

À la porte de Pantin, la route RD 115 se débranche de la RN 3 vers le nord, elle est bordée par la ligne du tramway T3b. Elle traverse alors le département :

Seine-et-MarneModifier

La route est numérotée RD 9 en Seine-et-Marne :

Tronçon disparu entre Thieux et DammartinModifier

 
Plan du bourg de Dammartin en 1769. Au centre-sud : la rue du Gué des Aulnois (aujourd'hui rue de la Libération) était l'arrivée de la route des Petits-Ponts dans le centre-ville.

À Thieux, la route continuait vers le nord-est par la rue Closme, le chemin encore existant conduit au lieu-dit Le Tempot. Le chemin disparait alors, auparavant il longeait et traversait les ruisseaux de Thieux qui lui permettaient de rejoindre le chemin qui prolonge la rue de la Libération à Dammartin-en-Goële.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Tracé visible sur les cartes de Cassini (XVIIIe siècle).
  2. déviée par la voie ferrée vers les rues Pierre Brossolette et Jean Charcot qui réalisent la continuité de la route des Petits-Ponts depuis la suppression du passage à niveau.
  3. Contribution au diagnostic du patrimoine de la ville de Pantin
  4. [PDF] « Les anciens cantons du nord-est de Paris », gilbert.joubert.free.fr, 2011.
  5. « La borne révolutionnaire de Tremblay-en-France », histoire-tremblay.org.