Rose d'or

ornement béni par le pape

La Rose d'or est un ornement béni par le pape, destiné à honorer des souverains ou des sanctuaires catholiques. Comme son nom l'indique, il représente une rose, un bouquet de roses ou un petit rosier en or massif. Il était attribué chaque année par le pape le quatrième dimanche de Carême à un souverain ou seigneur, puis plutôt à une reine ou épouse de roi (à partir du XVIIe siècle), et depuis la seconde moitié du XXe siècle, à des églises ou sanctuaires. Depuis le XXIe siècle, ce sont essentiellement des sanctuaires mariaux qui ont reçu cette distinction.

Rose d'Or
Golden Rose MNMA Cl2351 n1.jpg
Rose d'or commandée par le pape Jean XXII (1316-1334) et offerte à Rodolphe III de Nidau. Œuvre en or, argent doré, verre coloré, émail champlevé sur argent.
Artiste
Date
Depuis le XIIe siècle
Commanditaire
le pape
Type
oeuvre en or massif
Lieu de création
Hauteur
de 15 à 50 cm

La fleur d'or et sa splendeur éclatante symbolise le Christ et Sa Majesté Royale. Le rouge (et les épines) symbolise plus particulièrement sa Passion, différents éléments de la fleur et de l’œuvre (parfum, tige, fleurs), ont des interprétations symboliques et bibliques que le pape détaille et précise dans la lettre accompagnant le don de l’œuvre.

Au cours des siècles, l’œuvre, assez simple (une simple rose de 15 cm environ), s'est complexifiée pour devenir un bouquet, avec un pied ou un vase, pouvant représenter plusieurs kilos d'or, voire intégrer des pierres précieuses. Si une bonne partie des œuvres ont été refondues quelques années ou siècles plus tard (pour réutiliser l'or), quelques œuvres anciennes sont parvenues jusqu'à nous. La date de début de cette tradition (de remise d'une rose par le pape) est incertaine et évaluée au XIe siècle environ, mais elle pourrait être plus ancienne. La date de la première bénédiction de la rose fluctue aussi suivant les sources du XIIe siècle au XVe siècle.

Certains sanctuaires ont pu recevoir plusieurs roses au cours de leur histoire, et certains papes, ont pu offrir plusieurs roses la même année (essentiellement à partir du XXIe siècle). Ainsi le pape Benoît XVI, en 8 années de pontificat, a offert 18 roses.

Représentation et symboliqueModifier

DéfinitionModifier

La rose d'or est un ornement béni par le pape, cadeau destiné à honorer des souverains ou des sanctuaires catholiques. Comme son nom l'indique, il représente une rose, un bouquet de roses ou un petit rosier en or massif. Il était attribué principalement à un souverain, plus tard à une épouse de souverain ou une reine, et depuis le milieu du XXe siècle, uniquement à des sanctuaires ou des églises. Cette rose était offerte chaque année par le pape à l'occasion du quatrième dimanche de Carême[1].

SymboliqueModifier

 
Chasuble utilisée pour le dimanche de Lætare.

Les significations de la rose sont liées à celle du dimanche de Lætare (quatrième du carême), le jour où cette rose est traditionnellement bénie. Ce dimanche est souvent appelé « dimanche de rose », et la couleur des vêtements liturgiques utilisés est normalement le rose[2]. L’Église catholique, durant ce dimanche particulier invite les fidèles « à lever les yeux et au-delà du calvaire et voir dans les premiers rayons du soleil de Pâques, le Christ ressuscité, qui leur apporte la rédemption, et le message : Réjouis-toi »[3].

La rose d'or matérialise des éléments symboliques : la fleur d'or et sa splendeur éclatante symbolise le Christ et Sa Majesté Royale. Le rouge symbolise plus particulièrement sa Passion. On interprète en ce sens un verset du Cantique des cantiques : « Je suis la fleur des champs et le lis des vallées »[4], ou encore un verset du livre d'Isaïe : « et il sortira un rejeton de la souche de Jésée, et une branche de ses racines fructifiera »[5]. Le parfum de la rose, selon le pape Léon XIII, « montre la douce odeur du Christ qui devrait être largement diffusée par son fidèles disciples ». Innocent III a écrit pour sa part : « Comme le dimanche de Lætare, qui symbolise l'amour après la haine, la joie après le chagrin et la plénitude après la faim, la rose représente respectivement par sa couleur, son odeur et son goût, son amour, sa joie et sa satiété ». Cette signification mystique est présente dans les lettres accompagnant la rose, ou encore dans les sermons prononcés le dimanche de Lætare[3].

DescriptionModifier

La plus ancienne représentation connue d'une rose d'or (XIIIe siècle) est une rose seule portant en son cœur une petite coupe ajourée contenant du baume et du musc. Si la rose est toujours restée en or pur, sa forme, sa composition, la décoration, la taille, le poids et la valeur de l’œuvre d'art ont varié suivant les époques (la situation économique, et les ressources de la papauté). À l'origine, l’œuvre mesurait un peu plus de 15 cm de hauteur et elle était facilement transportée dans la main gauche du pape, tandis qu'avec sa droite, il bénissait la foule lors de la procession de la basilique Sainte-Croix-de-JérusalemRome) jusqu'au palais du Latran[M 1]. Par la suite, et surtout lorsqu'un vase et un grand piédestal sont devenus partie intégrante de l'ornement (ce qui portait le tout à plusieurs kilos), il a fallu un clerc robuste pour porter l’œuvre durant la procession[3].

Avec Sixte IV (XVe siècle), le dessin se complique : la rose d'or représente également des tiges épineuses, des feuilles ou encore des bourgeons ; des pierres précieuses sont serties dans le bijou. On ajoute ensuite un piédestal et un vase. Ainsi, en 1668, la rose d'or envoyée par Clément IX à Marie-Thérèse d'Autriche, épouse de Louis XIV, pesait 4 kilos, celle envoyée par Innocent XI ((XVIIe siècle) pesait environs 10 kilos d'or, elle mesurait presque 45 cm de haut, et avait la forme d'un bouquet[3].

Le piédestal pouvait être soit triangulaire, soit quadrangulaire voire octogonal. Le pied était richement orné de divers motifs et bas-reliefs. En plus de l'inscription habituelle, on ajoutait également les armoiries du pape (qui l'offrait), et parfois celles du prélat qui l'apportait à son destinataire[3].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HistoriqueModifier

Aux tout débuts, la rose d'or fut souvent offerte au préfet de Rome. Plus tard, l'usage prévalut de l'envoyer à un roi ou un prince qui s'était illustré par sa valeur, puis à une princesse renommée pour sa vertu ou sa charité envers les pauvres. Durant un certain temps, les empereurs d'Allemagne la reçurent à l'époque de leur couronnement. Lorsque le Saint-Siège fut établi à Avignon, on eut l'usage d'offrir la rose d'or à la personne la plus digne qui se trouvait présente à la cour pontificale durant l'époque du carême.

Au moyen âgeModifier

La date exacte de l'institution de la « rose d'or » est inconnue, et elle est l'objet de controverses. Selon certains, elle est antérieure à Charlemagne (742-814) et remonterait même au Ve siècle, ou bien daterait de la fin du VIIIe siècle. Selon d'autres, elle a son origine à la fin du XIIe siècle[M 2]. Il est cependant certain qu'elle est antérieure à l'an 1050, puisque le pape Léon IX (1051) parle de la rose comme d'une ancienne institution à son époque. La « bénédiction de la rose » est cependant postérieure à cette date. Elle a été mise en place pour rendre la cérémonie plus solennelle et induire une plus grande révérence du pape vis-à-vis du destinataire[M 3]. Selon le cardinal Petra[6], le pape Innocent IV (1245-54) fut le premier à pratiquer cette bénédiction. Mais d'autres personnes estiment que cet usage a été mis en place par Innocent III (1198-1216), ou Alexandre III (1159-81), ou Léon IX (1049-55). Il n'y a pas de consensus sur la question. Si la date de la première bénédiction fluctue suivant les sources du XIIe siècle au XVe siècle (d'après un écrit du pape Benoît XIV) (1758). Cependant, le pape n'utilisait pas une nouvelle rose chaque année : il pouvait réutiliser la rose de l'année précédente, jusqu'à ce qu'une nouvelle rose lui soit offerte (ou fabriquée)[3].

La rose d'or apparaît dès le début du Moyen Âge. La première mention attestée est une bulle de 1051, dans laquelle Léon IX exige des religieuses du couvent de Sainte-Croix de Woffenheim (Alsace), l'envoi d'une rose d'or à bénir et à porter par le pape le dimanche de Lætare[7],[3].

La chronique de saint Martin de Tours mentionne le plus ancien don connu d'une rose d'or par le pape : don d'Urbain II au comte Foulque IV d'Anjou, en 1096. Dès le bas Moyen Âge, le don d'une rose d'or pour honorer un souverain supplante le don des « clefs de Pierre », institué au VIIIe siècle.

La rose est traditionnellement portée en procession, de la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem jusqu'au palais du Latran, lors du dimanche de Lætare (quatrième dimanche de Carême), également appelé dimanche de la Rose pour cette raison. Elle est d'abord portée par le pape lui-même. Par la suite, quand le poids de la rose augmente, un clerc est chargé de cette tâche. C'est à cette occasion que le pape bénit, dans la sacristie de basilique Sainte-Croix, le baume et le musc destinés à la rose, avant que celle-ci ne soit portée par un ablégat à son destinataire, ou remise à un ambassadeur résident. En 1895, la charge de porter la rose d'or est confiée à un camérier secret de cape et d'épée[3].

Au XXe siècleModifier

À l'époque contemporaine, Jean-Paul II a remis des roses d'or à de nombreux sanctuaires dédiés à la Vierge Marie, comme celui de Lourdes en France, d'Aparecida au Brésil ou de Guadalupe au Mexique. Le pape Benoît XVI a notamment donné la rose d'or en 2006, au Sanctuaire de Jasna Góra (Vierge de Czestochowa (en)) en Pologne ; en 2007 à la basilique d'Aparecida (Brésil) ; en 2010 au sanctuaire de Fátima (Portugal) et en 2011 au sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu (Belgique).

Le pape François a offert à quatre reprises une rose d'or à un sanctuaire marial : à Notre-Dame de la Charité de Cobre (es) (Cuba), en  ; à Notre-Dame de Guadalupe (Mexique), en  ; à Notre-Dame de Czestochowa (en) (Pologne), en  ; et à Notre-Dame de Fátima (Portugal) pour le centenaire des apparitions, en .

Exemplaires connusModifier

La plupart des roses d'or anciennes ont été fondues par leur destinataire (ou leurs successeurs), afin de récupérer l'or à des fins monétaires (en période de crise). Les exemplaires subsistant des roses anciennes sont donc peu nombreux. On peut les retrouver :

Les destinataires de roses d'orModifier

Des roses d'or ont été décernées à des personnes - hommes, femmes et un couple marié - ainsi qu'à des États et des églises (ou sanctuaires).

Jusqu'au XVIe siècle, les roses d'or étaient généralement attribuées à des souverains (hommes). À partir du XVIe siècle, il est devenu plus courant de les attribuer à des femmes souveraines ou à des femmes de souverains. Francesco Loredan, Doge de Venise, fut le dernier homme à recevoir une rose d'or en 1759. La dernière femme (et dernière souveraine) à recevoir une rose d'or fut la grande-duchesse Charlotte de Luxembourg en 1956. A partir de cette date, seules des églises ou sanctuaires se sont vues remettre cette distinction. Toutes les roses offertes par le pape Benoît XVI (18 au total) ont été décernées (et uniquement) à des sanctuaires mariaux.

Parmi les principales églises auxquelles la rose a été offerte, citons :

Au XXe siècle, les papes Pie X, Benoît XV, Jean XXIII et Jean-Paul Ier n'ont pas décerné de rose d'or.

Du XIIe au XIVe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1096 Foulque IV le Réchin, comte d'Anjou Urbain II homme France [M 4]
1148 Alphonse VII de Castille Eugène III homme Espagne
1163 Louis VII de France Alexandre III homme France
1182 Guillaume le Lion Lucius III homme Écosse
1220 Alphonse IX de León Honorius III homme Espagne [M 5]
1227 Raimondo Orsini Grégoire IX homme Italie [M 5]
1244 Église Saint-Just de Lyon Innocent IV église France [M 5]
1244 Raimond Bérenger IV Innocent IV homme France dernier comte de Provence de la Maison de Barcelone, le pape donne deux roses cette année[M 5]
1304 Église Saint Dominique de Pérouse Benoît XI église Italie [M 5]
1323 Amédée V de Savoie Jean XXII homme Savoie [9]
1326 Bernard VIII de Comminges Jean XXII homme France [9]
1329 Bernard VIII de Comminges Jean XXII homme France pour la 2e fois[9]
1330 Rodolphe III de Nidau Jean XXII homme France
1348 Louis de Tarente Clément VI homme Italie
1348 Louis Ier de Hongrie Clément VI homme Hongrie [M 5]
1350 Niccolò Acciaiuoli Innocent VI homme Italie [M 5]
1362-70 Valdemar IV Urbain V homme Danemark [M 5]
1368 Jeanne Ire de Naples Urbain V femme Italie [M 5]
1369 Basilique Saint-Pierre Urbain V église Italie Première rose, celle-ci sera volée lors du sac de Rome en 1527[M 5]
1389 Raimond Del Balzo Orsini (it) Urbain V homme Italie [M 5]
1391 Alberto V d'Este Boniface IX homme Italie [M 5]
1393 Astorre I Manfredi da Bagnacavallo Boniface IX homme Italie [M 5]
1398 Ugolino III Trinci Boniface IX homme Italie [M 5]
1398 Martin Ier, roi d'Aragon Benoît XIII (antipape) homme Espagne La rose est donnée par l'antipape présent à Avignon[M 5]

XVe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1410 Nicolas III d'Este Alexandre V (antipape) homme Italie [M 6]
1411 Charles VI (roi de France) Jean XXIII (antipape) homme France [M 6]
1413 Ludovico Alidosi (it) Jean XXIII (antipape) homme Italie [M 6]
1415 Sigismond de Luxembourg Jean XXIII (antipape) homme Allemagne [M 6]
1419 République de Florence Martin V Etat Italie [M 6]
1420 Guidantonio da Montefeltro Martin V homme Italie [M 6]
1434 Ranuce Farnèse Eugène IV homme Italie
1435 Sigismond de Luxembourg Eugène IV homme Allemagne [M 6]
1444 Henri VI (roi d'Angleterre) Eugène IV homme Angleterre
1448 Casimir IV Jagellon Nicolas V homme Pologne
1452 Frédéric III (empereur du Saint-Empire), et Aliénor de Portugal Nicolas V couple Allemagne Rose reçue le lendemain de leur couronnement
1457 Charles VII de France Calixte III homme France
1460 Jean II d'Aragon Pie II homme Espagne ()[10]
1461 Thomas Paléologue Pie II homme Grèce [11]
1465 Frédéric Ier de Naples Paul II homme Italie
1474 Frédéric de Montefeltro Sixte IV homme Italie
1477 Louis III de Mantoue Sixte IV homme Italie [12]
1481 Louis XI Sixte IV homme France [13]
1482 Eberhard V de Wurtemberg Sixte IV homme Allemagne
1486 Jacques III (roi d'Écosse) Innocent VIII homme Écosse
1491 Jacques IV (roi d'Écosse) Innocent VIII homme Écosse
1493 Isabelle Ire de Castille Alexandre VI femme Espagne

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

XVIe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1505 Alexandre Ier Jagellon Jules II homme Pologne
1506 Manuel Ier du Portugal Jules II homme Portugal
1512 ? Henri VIII Jules II homme Angleterre
1514 Manuel Ier du Portugal Léon X homme Portugal Seconde rose
1518 Frédéric III de Saxe Léon X homme Allemagne
1521 ? Henri VIII d'Angleterre Léon X homme Angleterre
1524 Henri VIII d'Angleterre Clément VII homme Angleterre Seconde rose. Cependant le pape l'excommunie 10 ans plus tard suite à sa rupture avec l’Église de Rome[14]
1524 Jean III du Portugal) Clément VII homme Portugal
1537 Frédéric II de Mantoue Paul III nomme Italie Rose reçue en remerciement pour ses attentions et sa générosité lors du concile de Trente[M 7].
1543 Hercule II d'Este Paul III homme Italie [M 8]
1548 Catherine de Médicis Paul III femme France [M 8]
1550 Jean de Portugal Jules III homme Portugal [M 8]
1551 Basilique Sainte-Marie-Majeure Jules III église Italie [M 8]
1555 Marie Ire (reine d'Angleterre) Paul IV femme Angleterre [M 8]
1557 María Enríquez Álvarez de Toledo, Duchesse de Alba de Tormes Paul IV femme Espagne Épouse de Ferdinand Alvare de Tolède[M 8]
1560 Marie Stuart Pie IV femme Écosse
1561 Anne Jagellon Pie IV femme Bohème [M 8]
1564 République de Lucques Pie IV État Italie [M 8]
1572 Charles IX (roi de France) Grégoire XIII homme France Rose remise pour son intervention dans le Massacre de la Saint-Barthélemy[réf. nécessaire]
1574 Mars Juan d'Autriche Grégoire XIII homme Espagne et Allemagne Rose remise à l'église basilique Santa Chiara de Naples par le chamberlan du pape[15]. Don Juan d'Autriche est le vainqueur de la bataille de Lépante, le , contre la flotte turque
1592 Henri IV (roi de France) Clément VIII homme France
1597 Morosina Morosini (it) Clément VIII femme Venise Rose donnée lors de sa cérémonie de couronnement comme Dogaresse de Venise (épouse du Doge de Venise Marino Grimani)
1598 Marguerite d'Autriche-Styrie Clément VIII femme Espagne Rose remise le jour de son mariage avec le roi Philippe III (roi d'Espagne)

XVIIe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1607 Basilique de la Minerve Paul V église Italie [M 9]
1610 Sancta Sanctorum Paul V église Italie [M 9]
1625 Henriette-Marie, reine d'Angleterre et d’Écosse Urbain VIII femme Angleterre et Écosse Rose reçue à Amiens[M 9]
1626/7 Ferdinand II, grand duc de Toscane Urbain VIII homme Italie [M 9]
1628 Marie-Madeleine, archiduchesse de Toscane Urbain VIII femme Italie [M 9]
1630 Marie-Anne d'Autriche, reine de Hongrie Urbain VIII femme Allemagne Elle deviendra plus tard impératrice du Saint-Empire Germanique[M 9]
1631 Taddeo Barberini Urbain VIII homme Italie Préfet de Rome et neveu du pape[M 9]
1634 Basilique Saint-Pierre Urbain VIII église Italie Seconde rose[M 9]
1635 Marie-Anne d'Autriche (1610-1665) Urbain VIII femme Allemagne [M 10]
1649 Marie-Anne d'Autriche, reine d'Espagne Innocent X femme Espagne [M 11]
1651? Louise-Marie, reine de Pologne Innocent X femme Pologne [M 11]
1654 Lucrezia, duchesse de Modène Innocent X femme Italie [M 11]
1658 Cathédrale de Sienne Alexandre VII église Italie Cathédrale de la ville natale du pape[M 11]
1668 Marie-Thérèse d'Autriche, reine de France Alexandre VII femme France Pour son fils, le Dauphin, dont le pape était le parrain
1672 Éléonore d'Autriche, reine de Pologne Clément X femme Pologne
1684 Marie-Casimire-Louise, reine de Pologne Innocent XI femme Pologne
1699 Wilhelmina Amalia, Impératrice du Saint-Empire Innocent XII femme Allemagne

XVIIIe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1701 Marie-Louise Gabrielle, reine d'Espagne Clément XI femme Espagne
1726 Violante-Béatrice Princesse de Toscane Benoît XIII femme Italie [16] ou en 1727 d'après une autre source[M 12]
1736 Marie-Josèphe, reine de Pologne Clément XII femme Pologne [17]
1736 Marie Leszczynska, reine de France Clément XII femme France ? 2 roses cette année ?
1739 Marie-Thérèse, reine de Hongrie Clément XII femme Hongrie [M 12]
1759 Francesco Loredano, Doge de Venise Clément XIII homme Italie [M 12]
1770 Joseph Ier, roi du Portugal Clément XIV homme Portugal [M 12]
1776 Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche Pie VI femme Autriche [M 12]
1780 Ferdinand, gouverneur de Milan Pie VI homme Italie [M 12]
1784 Marie-Amélie, duchesse de Parme Pie VI femme Italie
1790 Marie-Caroline, reine de Naples Pie VI femme Italie

XIXe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1819 Caroline-Auguste, impératrice d'Autriche Léon XII femme Autriche [M 13]
1825 Marie-Thérèse d'Autriche-Este, reine de Sardaigne Léon XII femme Italie
1830 Cathédrale de Cingoli Pie VIII église Italie Cathédrale de la ville de naissance du pape[M 13]
1832 Marie-Anne, impératrice d'Autriche Grégoire XVI femme Autriche Elle devient ensuite Impératrice Consort d'Autriche[M 13]
1833 Basilique Saint-Marc Grégoire XVI église Italie [M 13]
1842 Marie II, reine de Portugal Grégoire XVI femme Portugal [M 14]
1849 Princesse Maria Pia de Savoie Pie IX femme Italie Rose donnée par son parrain le jour de son baptême ; elle devient plus tard reine consort du Portugal[M 14]
1856 Eugénie, impératrice des Français Pie IX femme France
1861 Marie-Sophie, reine des deux Siciles Pie IX femme Italie
1868 Élisabeth, impératrice d'Autriche Pie IX femme Autriche
1868 Isabelle II, reine d'Espagne Pie IX femme Espagne
1870 Église Sant'Antonio in Campo Marzio Pie IX église Italie [18]
1877 Sep. Sanctuaire de Lourdes Pie IX sanctuaire France Première rose[19]
1886 Marie-Christine, reine d'Espagne Léon XIII femme Espagne
1888 Isabelle, impératrice du Brésil Léon XIII femme Brésil Pour son rôle dans la Loi d'or (abolition de l'esclavage)
1892 Amélie, reine de Portugal Léon XIII femme Portugal
1893 Marie-Henriette, reine des Belges Léon XIII femme Belgique

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

XXe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
1923 Victoire-Eugénie, reine d'Espagne Pie XI femme Espagne
1926 Élisabeth, reine des Belges Pie XI femme Belgique
1927 Thérèse de Lisieux Pie XI femme France (décédée en 1897) rose remise à l'occasion de la 1re célébration de sa fête suivant sa canonisation
1930 Hélène, reine d'Italie Pie XI femme Italie [20]
1937 Hélène, reine d'Italie Pie XI femme Italie À l'occasion de son 40e anniversaire de mariage[21]
1953 Cathédrale Sainte-Catherine de Goa Pie XII église Inde Rose placée sur la tombe de saint François Xavier[22]
1956 Charlotte, grande-duchesse de Luxembourg Pie XII femme Luxembourg
1964 Basilique de la Nativité de Bethléem Paul VI église Palestine [23]
1965 Sanctuaire de Fátima Paul VI sanctuaire Portugal Première rose[24]
1966 Mars Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico Paul VI église Mexique Première rose[22]
1967 Basilique Notre-Dame d'Aparecida Paul VI église Brésil Première rose pour la statue de Notre-Dame d'Aparecida[22]
1979 June Notre-Dame de Czestochowa (en) Jean-Paul II église Pologne Première rose[25]
1979 Sept. Sanctuaire de Knock Jean-Paul II sanctuaire Irlande [26]
1982 Juin Basilique Notre-Dame de Luján Jean-Paul II église Argentine [27],[28],[29]
1987 Juin Sanctuaire de Kalwaria Zebrzydowska Jean-Paul II sanctuaire Pologne
1988 Mai Sanctuaire de Notre-Dame de l’Évangélisation Jean-Paul II sanctuaire Lima, Pérou [30]
2000 Déc. Sainte Maison de Lorette Jean-Paul II sanctuaire Italie [31]

XXIe siècleModifier

Année Récipiendaire Pape Type de récipiendaire Localisation géographique Notes
2004 août Sanctuaire de Lourdes Jean-Paul II sanctuaire France Seconde rose[32]
2004 Oct. Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal Jean-Paul II église Montréal, Canada [33]
2004 Déc. Santuaire de Sameiro (pt) Jean-Paul II sanctuaire Braga, Portugal [34]
2006 Notre-Dame de Czestochowa (en) Benoît XVI sanctuaire Pologne Seconde rose[35]
2007 Mai Basilique Notre-Dame d'Aparecida Benoît XVI sanctuaire Brésil Seconde rose pour la statue de Notre-Dame d'Aparecida. La première offerte en 1967 a été déposée dans « l'ancienne basilique », avant la consécration de la « nouvelle basilique » en 1980[35],[36].
2007 Sept. Basilique de Mariazell Benoît XVI sanctuaire Autriche [37]
2008 Avril Chapelle Notre-Dame de Altötting (de) Benoît XVI sanctuaire Altötting, Allemagne [38]
2008 Avril Basilique du sanctuaire national de l'Immaculée Conception Benoît XVI sanctuaire Washington D.C., États-Unis [35]
2008 Mai Sanctuaire Notre-Dame de la Miséricorde (it) Benoît XVI sanctuaire Savone, Italie [39]
2008 Mai Sanctuaire Nostra Signora della Guardia (Ceranesi) Benoît XVI sanctuaire Gêne, Italie [39]
2008 Sept. Basilique Notre-Dame de Bonaria Benoît XVI sanctuaire Cagliari, Italie [39],[35]
2008 Oct. Sanctuaire de Notre Dame du Rosaire de Pompéi Benoît XVI sanctuaire Pompéi, Italie [40]
2009 Avril Église Notre-Dame du Roio (it) Benoît XVI église Aquila, Italy Rose donnée après le tremblement de terre[41],[42]
2009 Mai Église Notre-Dame de l'Europe (it) Benoît XVI église Gibraltar Rose remise par le cardinal José Saraiva Martins, préfet émérite de la Congrégation pour les causes des saints , envoyé spécial du pape Benoît XVI lors des célébrations de clôture du jubilé pour marquer le 700e anniversaire de la vénération de « Notre-Dame de l'Europe »[43],[44]
2009 Nov. Notre-Dame de la Cabeza (es) Benoît XVI sanctuaire Jaén, Espagne [39],[35]
2010 Cathédrale de San Fernando del Valle de Catamarca Benoît XVI église Argentine [29],[45]
2010 Avril Sanctuaire national Ta' Pinu de Għarb Benoît XVI sanctuaire Malte [46]
2010 Mai Sanctuaire de Fátima Benoît XVI sanctuaire Portugal Seconde rose[47]
2010 Aug. Église Notre-Dame de la Vallée (es) Benoît XVI sanctuaire Catamarca, Argentine [48]
2010 Nov. Basilique Notre-Dame du Secours (Valencia) (es) Benoît XVI sanctuaire Valencia, Venezuela
2011 Mai Basilique Notre-Dame de Montaigu Benoît XVI sanctuaire Belgique [49]
2012 Mars Basilique Notre-Dame de la Charité de Cobre (es) Benoît XVI église Cobre, Cuba [50],[51]
2013 Nov. Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico François sanctuaire Mexique Seconde rose[52]
2016 Juil. Notre-Dame de Czestochowa (en) François sanctuaire Pologne Troisième rose[53]
2017 Mai Sanctuaire de Fátima François sanctuaire Portugal Troisième rose[54]
2017 Oct. Basilique Notre-Dame d'Aparecida François sanctuaire Brésil Cette troisième rose à la statue de Notre-Dame d'Aparecida a été remise dans la nouvelle basilique. Cette rose est offerte à l'occasion du 300e anniversaire de la découverte de la statue et de sa dévotion[55]
2019 Juin Notre-Dame de Csíksomlyó (en) François sanctuaire Transylvanie, Roumanie [56]

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Cdl Balthasar, « Rome, IVe dimanche de Carême: la rose d'or - Les carnets du Cardinal Balthasar », Les carnets du Cardinal Balthasar,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2017)
  2. Couleur de la chasuble utilisée par le prêtre pour célébrer l'Eucharistie. Cet usage s'est un peu perdu, d'autant que cette couleur n'est utilisée qu'un seul jour par an.
  3. a b c d e f g et h (en) Golden Rose, Catholic Encyclopedia, (lire en ligne).
  4. Cantique des cantiques 2,1
  5. Ésaïe 11,1
  6. Constitution apostolique, III, 2, col. 1.
  7. (la) Theophili Raynaudi, « Rosa Mediana a Pontifice Principibus dono missa », THEOPHILI RAYNAVDI SOCIETATIS IESV THEOLOGI, PONTIFICIA,‎ , p. 413 (lire en ligne, consulté le 15 mai 2020).
  8. Selon certaines sources, deux des quatre roses ont été données à la basilique proprement dite et deux à la chapelle appelée Sancta Sanctorum.
  9. a b et c Eugène Müntz, « Les Roses d'or pontificales », Revue de l'art chrétien, 5e série, vol. 12 (44),‎ , p. 8 (lire en ligne).
  10. Jaime Vicens Vives, « La politique européenne du royaume d'Aragon-Catalogne sous Jean II (1458-1479) », Annales du Midi, vol. 65, no 23,‎ , p. 408 (DOI 10.3406/anami.1953.5929, lire en ligne).
  11. (en) William Miller, Essays on the Latin Orient, Cambridge, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 500.
  12. (it) Isabella Lazzarini, « LUDOVICO III Gonzaga, marchese di Mantova », sur treccani.it, Treccani, (consulté le 9 mai 2020).
  13. Joseph Combet, Louis XI et le Saint-Siège: 1461-1483, Paris, Hachette, (lire en ligne), p. 186
  14. Winston Churchill, The New World, vol. 2, Cassell and Company, coll. « History of the English Speaking Peoples », , p. 51.
  15. (en) Luis Coloma et Lady Moreton, The story of Don John of Autria, Londres, John Lane, , 428 p. (lire en ligne).
  16. (en) Young, G. F., The Medicis, vol. 2, E. P. Dutton and Company, (ASIN B000SFTB70), p. 488.
  17. (en) Rożek, M., The Royal Cathedral at Wawel, Interpress, , 177 p. (ISBN 978-8322319239, lire en ligne), p. 158, 165.
  18. (it) Lodovico Antonio Muratori, Annali d'Italia dal principio dell'era volgare sino all'anno 1750, vol. XXXIII, Florence, Leonardo Marchini, , p. 33.
  19. (en) Hugh Caraher, A month at Lourdes and its neighbourhood in the summer of 1877, Londres, R. Washbourne, , 168 p. (lire en ligne), p. 147.
  20. (en) « Pontiff Will Bless Golden Rose Today », New York Times,‎ , p. 25.
  21. (en) « Pope Blesses Gift for Queen Elena », New York Times,‎ , p. 12.
  22. a b et c Bernard Berthod et Pierre Blanchard, Trésors inconnus du Vatican : cérémonial et liturgie, Paris, Editions de l'Amateur, , 350 p. (ISBN 978-2859173258), p. 300.
  23. (en) « Paul VI Starts Trip to the Holy Land », New York Times,‎ , p. 1.
  24. (en) « Pontiff Adjourns Vatican Council and Honors Mary », New York Times,‎ , p. 1.
  25. (en) « Monastery Jasna Góra, Pauline Monks in Czestochowa », sur Archive Web (consulté le 10 mai 2020).
  26. (en) « Knock Shrine », Mayo News,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  27. (en) « Papal Honors », sur Servants of the Lord and the Virgin of Matará (consulté le 10 mai 2020).
  28. (en) « Basílica Nacional Nuestra Señora de Luján », sur GC Catholic (consulté le 10 mai 2020).
  29. a et b (es) « La Rosa de Oro », sur Maria Rosa Mystica (consulté le 10 mai 2020).
  30. (es) « Fiesta de Nuestra Señora de la Evangelización », sur Archive Web (consulté le 10 mai 2020).
  31. (en) « Cardinal places Golden rose in mariam shrine at Loreto », Vatican Information Service,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  32. (it) « A Papal rose in tribute to the "Queen" of joy and sorrow », Asia News,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  33. (en) « Pope honors largest shrine to St. Joseph with Golden Rose », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  34. (en) « EUROPE/PORTUGAL - 150th anniversary of the dogma Immaculate Conception - Shrine of Sameiro receives the Golden Rose donated by Supreme Pontiff: from the Basilica of Our Lady of the Rosary in Fatima (Portugal) », Fides,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  35. a b c d et e (en) Rev. Robert A. Connor, « Benedict's 10 Golden Roses to Our Lady », sur robertaconnor.blogspot.nl, (consulté le 11 mai 2020).
  36. (es) « Rosario del Papa Benedicto XVI desde Aparecida », sur marana-tha.net, (consulté le 11 mai 2020).
  37. (de) « Papst brachte "Goldene Rose" nach Mariazell », sur katholisch.at, (consulté le 11 mai 2020).
  38. (en) « Papal honor for German Marian shrine April 09, 2008 », Catholic and Culture (consulté le 11 mai 2020).
  39. a b c et d (en) « The Golden Rose — More Information Directly From The Vatican », sur Archive Web, (consulté le 11 mai 2020).
  40. (en) « Pastoral Visit of His Holiness Benedict XVI to the Pontifical shrine of Pompeii », sur Vatican, (consulté le 11 mai 2020).
  41. « Visite aux victimes du tremblement de terre dans les Abruzzes (Italie), Rencontre avec la population de l'Aquila », sur Vatican, Libreria Editrice Vaticana, (consulté le 12 mai 2020).
  42. (en) « Christian community's solidarity with earthquake victims », Vatican Information Service,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2020).
  43. (en) « Shrine of Our Lady of Europe », sur Visit Gibraltar (consulté le 12 mai 2020).
  44. (en) « Shrine of Our Lady of Europe », sur Catholic diocese of Gibraltar (consulté le 12 mai 2020).
  45. (en) « Cathedral Basilica of Our Lady of the Valley », sur gcatholic.org (consulté le 12 mai 2020).
  46. Benoît XVI, « Voyage apostolique à Malte à l'occasion du 1950ème anniversaire du nauffrage de Saint Paul », sur vatican.va, Libreria Editrice Vaticana, (consulté le 12 mai 2020).
  47. (en) « Fatima Shrine Receives Golden Rose », Zenit,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2020).
  48. (en) « Pope Sends Golden Rose to Our Lady in Argentina », Zenit,‎ 23 aût 2010 (lire en ligne, consulté le 12 mai 2020).
  49. (en) « Basilica of Our Lady of Scherpenheuvel », sur Catholic Community Forum (consulté le 12 mai 2020).
  50. (en) « Pope to place golden rose before patroness of Cuba », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020).
  51. (en) Randal C. Archibold et Rachel Donadio, « Cuban Official Rules Out Reforms Urged by Pope », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020).
  52. (en) « Pope Francis sends golden rose to Our Lady of Guadalupe », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020).
  53. (en) « Mass in the Jasna Góra shrine on the 1050th anniversary of the baptism of Poland: leave behind all past wrongs and wounds, and build fellowship with all, 28.07.2016 », Bureau de Presse du Saint-Siège,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020).
  54. (pt) Lusa, « Papa Francisco oferece a terceira Rosa de Ouro ao Santuário de Fátima », Publico,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020).
  55. (pt) « Papa Francisco concede terceira Rosa de Ouro ao Santuário Nacional », sur Santuario National Aparecida (consulté le 13 mai 2020).
  56. (en) Courtney Mares, « Pope Francis celebrates Mass at Transylvania’s Marian pilgrimage shrine », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2020).
  • (it) Gaetano Moroni, « Rosa d'Oro », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venezia: Tipografia Emiliana, vol. LIX,‎ , p. 111-148 (lire en ligne, consulté le 8 mai 2020).
  1. Gaetano Moroni 1852, p. 120 (en ligne).
  2. Gaetano Moroni 1852, p. 113-115 (en ligne).
  3. Gaetano Moroni 1852, p. 115-119 (en ligne).
  4. (it) Gaetano Moroni, « Rosa d'Oro », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venezia: Tipografia Emiliana, vol. LIX,‎ , p. 116 (lire en ligne, consulté le 8 mai 2020).
  5. a b c d e f g h i j k l m n et o Gaetano Moroni 1852, p. 125 (en ligne).
  6. a b c d e f et g Gaetano Moroni 1852, p. 126 (en ligne).
  7. Gaetano Moroni 1852, p. 130-131 (en ligne).
  8. a b c d e f g et h Gaetano Moroni 1852, p. 131 (en ligne).
  9. a b c d e f g et h Gaetano Moroni 1852, p. 135 (en ligne).
  10. Gaetano Moroni 1852, p. 135-136 (en ligne).
  11. a b c et d Gaetano Moroni 1852, p. 136 (en ligne).
  12. a b c d e et f Gaetano Moroni 1852, p. 140-143 (en ligne).
  13. a b c et d Gaetano Moroni 1852, p. 144 (en ligne).
  14. a et b Gaetano Moroni 1852, p. 147 (en ligne).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Eugène Müntz, « Les Roses d'or pontificales », Revue de l'art chrétien, 5e série, vol. 12 (44),‎ , p. 1-11 (lire en ligne).
  • (en) Golden Rose, Catholic Encyclopedia, (lire en ligne).
  • C. Burns, Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-618577).
  • (it) Gaetano Moroni, « Rosa d'Oro », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venezia: Tipografia Emiliana, vol. LIX,‎ , p. 111-148 (lire en ligne, consulté le 8 mai 2020).