Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morin.
Rosaire Morin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Rosaire Morin est un journaliste nationaliste québécois né à Saint-Honoré-de-Témiscouata[1] en 1923 et décédé le .

BiographieModifier

Il a commencé à militer dans les Jeunesses laurentiennes, une organisation nationaliste canadienne-française en 1939. Il devient président de cette organisation, jusqu'à sa dissolution en 1950. Il s'implique aussi dans le Comité de propagande du drapeau, une organisation faisant pression sur le gouvernement québécois pour exiger d'adoption d'un drapeau québécois[2], en tant que président. Par la suite, Rosaire Morin milite dans l'Ordre de Jacques-Cartier, organisme dans lequel il parvient à devenir président de la région de Montréal. Avec Jacques-Yvan Morin, il dirige les États généraux du Canada français. Au cours des années 1970, il œuvre comme directeur-général du Conseil d'expansion économique, puis, à partir de 1982, il est rédacteur en chef de la revue L'Action nationale jusqu'à son décès[1].

Auteur prolifique, Morin a publié près de 2 000 articles, entre autres, dans L'Action nationale, mais aussi dans le Journal de Montréal. Il a écrit plusieurs livres dont L'immigration du Canada, Demain que sera le Québec?, Le Statut particulier: une illusion.

Rosaire Morin est décédé en 1999. Le premier ministre d'alors Lucien Bouchard affirma que Morin était un « grand brasseur d’idées, homme d’action et de conviction, monsieur Morin a consacré sa vie à défendre les intérêts du Québec. Travailleur acharné, doté d’un solide esprit critique et talentueux communicateur, il avait à cœur de faire bouger les choses. Il a profondément marqué l’évolution du nationalisme québécois. »[3]

Le fonds d'archives Rosaire Morin est conservé au centre d’archives de Montréal de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[4].

Voir aussiModifier