Rosa Lee

mathématicienne britannique
Rosa Lee
Rosa Mabel Lee while working in Lowestoft.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Université de Bangor (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Rosa Mabel Lee, née en 1884 à Conwy et morte en 1976 à Londres, est une mathématicienne britannique, la première femme du Royaume-Uni scientifique et fonctionnaire d'État auprès du Conseil de l'agriculture et des pêches. Elle a étudié la croissance des poissons sur la base de l'évolution des anneaux de leurs écailles et a découvert ce que l'on appelle le « phénomène Rosa Lee ».

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

Rosa Mabel Lee naît en 1884, à Conwy, de George Henry Payne Lee, fonctionnaire et inspecteur du télégraphe postal, et sa femme, Maria Agnes. Elle a quatre frères et sœurs : Amy, Florence, Harold et Albert[1].

Elle étudie les mathématiques à l'Université de Bangor et obtient son diplôme en 1904[2].

CarrièreModifier

Lee est employée dans le laboratoire de Lowestoft de l'Association de biologie marine du Royaume-Uni. Elle est la première femme à y travailler en tant que naturaliste assistante en 1905[3]. Quand son équipe est transférée au sein du Conseil de l'agriculture et des pêches, à Westminster, le Conseil refuse d'employer une femme et ne lui offre pas de travail[4]. Après des protestations de la part de la direction de l'Association de biologie marine, Lee est finalement autorisée à rejoindre ses collègues. Elle continue ses recherches et reste en poste jusqu'en 1919.

Elle publie plusieurs articles scientifiques durant sa carrière[5],[6], l'un d'eux, Age and Growth Determination in Fishes, sera publié dans la revue Nature[7]. Son travail le plus cité est le rapport qu'elle écrit pour le Ministère de l'agriculture et de la pêche : A review of methods of age and growth determination in fishes by mean of scale fisheries[8].

En 1917, Lee épouse Thomas Lewis Williams et doit quitter son travail comme le prévoyaient les usages de l'époque[9]. Le couple s'installe à Abergavenny jusqu'au décès de Thomas. Rosa Lee meurt dans le quartier londonien de Greenwich en 1976, à l'âge de 92 ans.

Le phénomène Rosa LeeModifier

Les scientifiques mesurent l'âge des poissons en se basant sur les anneaux de leurs écailles, comme on mesurerait l'âge d'un arbre. Ceci permet de mesurer l'influence des variables environnementales et d'estimer les stocks futurs pour gérer la pêche[10]. Lee observe que l'on obtient des résultats de croissance différents lorsqu'on calcule la vitesse de croissance d'un poisson en partant d'un sujet jeune ou lorsque le calcul se fait rétroactivement sur un sujet âgé. Ce phénomène se produit quand les individus d'une population ayant un taux de croissance plus lent ont subi une plus faible mortalité dans leur jeunesse. La population plus âgée est faussée par des poissons à croissance plus lente, car les poissons à croissance plus rapide meurent à un plus jeune âge. Lorsque la pêche sélective par la taille élimine des individus à croissance plus rapide à des taux plus élevés que les poissons à croissance plus lente, les populations survivantes deviendront dominées par des individus à croissance plus lente. On appelle encore aujourd'hui ce résultat le « phénomène Rosa Lee »[11],[12],[13].

RéférencesModifier

  1. Census Returns of England and Wales. Kew, Surrey, England: The National Archives of the UK (TNA): Public Record Office (PRO)Public Record Office. 1891.
  2. Davis historical archive of female mathematicians. The Data Archive , University of Essex, Wivenhoe Park, Colchester, CO4 3SQ, U.K.https://mathshistory.st-andrews.ac.uk/Davis/Indexes/alphname_L.html
  3. (en) Southward, A.J.; Roberts, E.K, « One Hundred Years of Marine Research at Plymouth », Journal of the Marine Biological Association of the UK. 67 (3),‎ , p. 465–506 (DOI 10.1017/s0025315400027259.)
  4. A.J. Southward, « The Marine Biological Association and Fishery Research, 1884–1924: Scientific and political conflicts that changed the course of marine research in the United Kingdom. », Buckland Occasional Papers, vol. 2,‎ , p. 61–80
  5. R.M Lee, « An investigation into the methods of growth determination in fishes by means of scales », Journal du Conseil International pour l'Exploration de la Mer, vol. 1, no 63,‎ , p. 3–34 (DOI 10.1093/icesjms/s1.63.3, lire en ligne)
  6. « Rosa M Lee - Google Scholar », sur scholar.google.co.uk (consulté le )
  7. R.M. Lee, « Age and Growth Determination in Fishes », Nature, vol. 106, no 2654,‎ , p. 49–51 (DOI 10.1038/106049a0)
  8. R.M. Lee, « A review of methods of age and growth determination in fishes by mean of scale fisheries », Ministry of Agriculture and Fisheries. Fishery Investigations, vol. 2, no 4,‎ , p. 32
  9. (en) « “A perfect nuisance”: The history of women in the Civil Service - History of government », sur history.blog.gov.uk (consulté le )
  10. W.E. Ricker, « Effects of size-selective mortality and sampling bias on estimates of growth, mortality, production, and yield », Journal of the Fisheries Board of Canada, vol. 26, no 3,‎ , p. 479–541 (DOI 10.1139/f69-051)
  11. (en) Sarah B. M. Kraak, Stefanie Haase, Cóilín Minto et Juan Santos, « The Rosa Lee phenomenon and its consequences for fisheries advice on changes in fishing mortality or gear selectivity », ICES Journal of Marine Science, vol. 76, no 7,‎ , p. 2179–2192 (ISSN 1054-3139, DOI 10.1093/icesjms/fsz107, lire en ligne, consulté le )
  12. (en) Terence I. Walker, Bruce L. Taylor, Russell J. Hudson et Jason P. Cottier, « The phenomenon of apparent change of growth rate in gummy shark (Mustelus antarcticus) harvested off southern Australia », Fisheries Research, vol. 39, no 2,‎ , p. 139–163 (ISSN 0165-7836, DOI 10.1016/S0165-7836(98)00180-5, lire en ligne, consulté le )
  13. (en) K. W. Duncan, « On the back-calculation of fish lengths; modifications and extensions to the Fraser-Lee equation », Journal of Fish Biology, vol. 16, no 6,‎ , p. 725–730 (ISSN 1095-8649, DOI 10.1111/j.1095-8649.1980.tb03751.x, lire en ligne, consulté le )