Ronin (film)

film sorti en 1998
Ronin
Description de cette image, également commentée ci-après
La rue Drevet dans le 18e arrondissement de Paris a servi pour la scène d'ouverture du film[1].

Réalisation John Frankenheimer
Scénario J. D. Zeik
David Mamet
Musique Elia Cmíral
Acteurs principaux
Sociétés de production FGM Entertainment
United Artists
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 121 minutes
Sortie 1998


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ronin est un film britannico-américain réalisé par John Frankenheimer et sorti en 1998.

Il est présenté à la Mostra de Venise 1998[2].

SynopsisModifier

Six mercenaires recrutés pour former une équipe d'élite se retrouvent à Paris, où ils apprennent la mission qui leur est confiée : récupérer intacte une mallette très bien défendue. Mais les informations sur le contrat s'ébruitent, et la mission devient très trouble et périlleuse.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

David Mamet officie sur le film comme script doctor. En raison d'un conflit avec la Writers Guild of America, David Mamet sera crédité sous un pseudonyme au générique[3].

Le tournage a lieu entièrement en France[1], c'est ainsi le quatrième film que John Frankenheimer a tourné en France après Le train, Grand Prix et French Connection 2 (French Connection II). Il se déroule de à mars 1998 :

Skipp Sudduth a demandé à John Frankenheimer à réaliser ses propres cascades lors des courses-poursuites en voiture. Le réalisateur a accepté[3].

Le tournage a été marqué par l'arrestation de Robert De Niro dans la nuit du 16 au dans une affaire de réseau de prostitution. Après enquête, il a été relâché[4],[5].

Le réalisateur voulait des cascades sans trucages : la vitesse des caméras n'a pas été accélérée pour les poursuites en voitures. Des pilotes professionnels (dont Jean-Pierre Jarier) ont été engagés notamment pour la scène sur le boulevard périphérique où ils roulent à plus de 160 km/h dans le tunnel des Halles, parfois même à contresens. Plus de 300 véhicules ont été utilisés dans cette scène[4],[3].

MusiqueModifier

Jerry Goldsmith était initialement choisi pour la musique de Ronin avant de finalement quitter le projet[6],[7]. Pour le remplacer, les exécutifs de la MGM choisissent plusieurs compositeurs[6]. Dans cette liste, John Frankenheimer choisit le Tchèque Elia Cmíral[8],[6].

AccueilModifier

Le film reçoit des critiques assez positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 68% d'opinions favorables pour 68 critiques et une note moyenne de 6,2910[9]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 67100 pour 23 critiques[10].

Produit pour environ 55 millions de dollars, le film récolte plus de 70 millions de dollars au box-office mondial[11]. En France, il attire 983 024 spectateurs dans les salles[12].

Signification du titreModifier

Dans le Japon médiéval, les rōnin (浪人?) étaient des samouraïs déshonorés parce que leur seigneur avait été tué sans qu'ils aient pu le défendre. N'ayant pas été à la hauteur de leur mission, ils sont condamnés à l'errance. La vengeance est leur seule raison de vivre : ils doivent tuer le meurtrier de leur seigneur, puis se donner la mort par seppuku (en se tranchant le ventre). Le film débute par une explication moins développée.

Michael Lonsdale raconte la légende des 47 rōnin à Robert de Niro au cours du film, incitant par là à la réflexion sur les motivations et les mobiles d'(anciens ?) agents secrets.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  2. « Ronin (1998) Plus sur IMDb.com » [archive du ], sur imdb.fr.
  3. a b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. a et b « Secrets de tournage de Ronin », sur Allociné.
  5. Samy Mouhoubi, « L’ex-photographe de charme soupçonné d’être au centre d’un réseau de prostitution international » [archive du ], sur francesoir.fr, .
  6. a b et c Dan Goldwasser, « A Look at Ronin with Elia Cmiral », Soundtrack.Net,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 27 septembre 2017)
  7. Kenneth Plume, « Interview with Composer Elia Cmiral », IGN,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 27 septembre 2017)
  8. Commentaire audio de John Frankenheimer, inclus sur le DVD de Ronin - MGM Home Entertainment
  9. (en) « Ronin (1998) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 10 novembre 2020)
  10. (en) « Ronin Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 10 novembre 2020)
  11. (en) « Ronin (1998) » [archive du ], sur The Numbers (consulté le 28 septembre 2017)
  12. « Ronin », sur JP's Box-office (consulté le 10 novembre 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier