Romane Bohringer

actrice française

Romane Bohringer est une actrice française, née le à Pont-Sainte-Maxence (Oise). Elle est la fille de Richard Bohringer.

Romane Bohringer
Image dans Infobox.
Romane Bohringer en 2014
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

BiographieModifier

Enfance et débutsModifier

Romane Bohringer naît le à Pont-Sainte-Maxence, en Oise. Sa mère — Marguerite Bourry, dite Maggy Bohringer, née à Saïgon d'un père corse et d'une mère vietnamienne — abandonne le foyer lorsqu’elle a neuf mois : Romane grandit à Deuil-la-Barre avec son père Richard[1], qu'elle accompagne sur les plateaux de tournage. Son grand père paternel originaire de la région Bade-Wurtemberg, était officier dans la Wermacht, pendant la seconde guerre mondiale. Elle s'imagine alors devenir scripte ou cadreuse[2].

À 13 ans, elle fait ses débuts de comédienne aux côtés de son père dans le film Kamikaze. Mais c'est au théâtre qu'elle est réellement découverte en interprétant le personnage de Miranda dans La Tempête de Shakespeare, avec pour partenaire Kên Higelin, dans une mise en scène de Peter Brook[2].

CarrièreModifier

 
Romane Bohringer, lors de la 18e cérémonie des César, en 1993.

En 1992, Romane Bohringer est consacrée par le film Les Nuits fauves de et avec Cyril Collard, qui lui vaut le César du meilleur espoir féminin et le prix Georges de Beauregard. Depuis, elle apparaît au grand écran dans L'Accompagnatrice de Claude Miller, Mina Tannenbaum de Martine Dugowson (1994), Rimbaud Verlaine (Total Eclipse) d'Agnieszka Holland (1995).

En 2003, elle est dans Nos enfants chéris de Benoît Cohen.

En 2006, elle apparaît dans C'est beau une ville la nuit de son père Richard Bohringer, d'après son propre livre éponyme (1988).

En 2009, elle interprète son propre rôle dans le faux documentaire Le Bal des actrices de Maïwenn.

En 2017, pour France 3, elle incarne le rôle de la femme politique Arlette Laguiller dans Le Viol d'Alain Tasma, adapté du livre Et le viol devint un crime de Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti, sur l’affaire Tonglet-Castellano ayant lieu en 1974.

En 2018, elle présente son premier long métrage L'Amour flou, co-réalisé avec Philippe Rebbot, dont l'histoire est tirée de leur expérience personnelle, qui ont rompu amoureusement mais continuent de vivre avec leurs enfants sous le même toit, dans deux espaces séparés[3].

En 2020, elle tient le rôle de Victoria Deshotel dans Ils étaient dix, mini-série adaptée du roman Dix Petits Nègres de Agatha Christie (1939)[4].

Vie privéeModifier

En 2004, Romane Bohringer rencontre l'acteur et scénariste Philippe Rebbot sur le tournage du téléfilm Le Triporteur de Belleville où il est assistant régisseur adjoint[5]. Le , elle donne naissance à son premier enfant, une petite fille prénommée Rose[6], et, le , à son fils Raoul[7].

Si le couple a rompu, ils vivent avec leurs enfants sous le même toit, dans deux espaces séparés, un « sépartement », à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Cette histoire leur inspire le film L'Amour flou[8] (2018). La reconnaissance qui en découle leur permet de prolonger le film par une série de même titre en 2021.[9]

ControverseModifier

En 2012, lors de l'appel à projet organisé par La Collection de Canal +, Romane Bohringer et son père Richard Bohringer choisissent, parmi toutes les candidatures qui leur ont été adressées, le projet de Lou Bohringer, elle aussi fille de l'acteur, et n'ayant jamais tourné de films. Ce choix provoque un tollé auprès des participants et des articles acerbes dans plusieurs médias[10],[11],[12].

Le , plus de 70 célébrités se mobilisent à l'appel de l'association Urgence Homophobie. Bohringer est l'une d'elles et apparaît dans le clip de la chanson De l'amour[13],[14],[15].

FilmographieModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Courts métragesModifier

TélévisionModifier

TéléfilmsModifier

Séries téléviséesModifier

ThéâtreModifier

En tant que comédienneModifier

En tant que metteur en scèneModifier

MusiqueModifier

  • 1994 : participation au spectacle des Enfoirés intitulé Les Enfoirés au Grand Rex.
  • 1996 : enregistrement d’un single intitulé D'une rive à l'autre avec Jacno.
  • 2009 : interprétation de la chanson Mille et une femmes composée par Holden dans le film Le Bal des actrices.

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Jury de festivalModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Biographie Romane Bohringer »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Nostalgie.fr.
  2. a et b Romane Bohringer, sur le site de la Cinémathèque française.
  3. Charlotte Leloup, « Romane Bohringer, séparation mode d'emploi », Paris Match, semaine du 11 au 17 octobre 2018, p. 94-97.
  4. Nicolas Bellet, « Ils étaient dix réinvente Agatha Christie dans un slasher insulaire », Première,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Nelka Films et Mazel Productions, Philippe Rebbot dans Le Triporteur de Belleville.
  6. Romane Bohringer est maman, Actustar.com, 29 décembre 2008.
  7. Romane Bohringer maman d'un petit garçon, Actustar.com, 18 août 2011.
  8. Charlotte Leloup, « Romane Bohringer, séparation mode d'emploi », Paris Match, semaine du 11 au 17 octobre 2018, p. 94-97.
  9. « L'AMOUR FLOU - Teaser » (consulté le )
  10. Une Bohringer pour le prix de trois, et le web s'enflamme sur lexpress.fr du 2 octobre 2012
  11. La famille Bohringer crée la polémique sur lefigaro.fr du 3 octobre 2012
  12. L'"affaire" famille Bohringer : scandale, clin d'œil ou routine du cinéma français ? sur premiere.fr du 5 octobre 2012
  13. « 70 personnalités françaises s'unissent dans un clip contre l'homophobie », RTBF, (consulté le )
  14. Auriane Guerithault, « Muriel Robin, Elise Lucet, Vincent Dedienne… 70 personnalités se mobilisent pour lutter contre les violences homophobes », France Info, (consulté le )
  15. « Pierre Lapointe chante contre l'homophobie dans un vidéoclip français », Société Radio-Canada, (consulté le )
  16. Sur un scénario d'Alain Moreau, le film retrace la vie le combat de Blanche jouée par Romane, épouse de Théophile Maupas (Thierry Frémont), pour la réhabilitation des soldats fusillés pour l'exemple (Le Point du  : « Blanche Maupas se bat pour "les fusillés pour l'exemple" de la Grande Guerre »). Diffusé le 11 novembre 2009 sur France 2.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier