Roland Irolla

peintre français

Roland Irolla, né le à Philippeville (Algérie), est un peintre, illustrateur, sculpteur, médailleur et dessinateur de timbres français.

Roland Irolla
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nom de naissance
Roland Raphaël Michel Irolla
Nationalité
Activité

BiographieModifier

 
Paris, rue du Mont-Cenis (le no 9 au milieu).

Né à Philippeville du mariage de Raphaël Irolla (1903-1952), charpentier de marine, et de Vincente Féola (1906-1991) et attiré par le dessin et la peinture dès son enfance — il parcourt les rues de sa ville natale avec son chevalet et y connaît sa première exposition personnelle au magasin Meubles Grosso en 1952[1] — Roland Irolla, qui effectue ses études secondaires à l'école Fernand-Buisson de Philippeville, quitte l'Algérie après la mort de son père pour rejoindre en son oncle Charles Féola (Philippeville 1917 - Argentat 1994), artiste peintre de Montmartre. Si le premier maître de ce dernier est Fernand Herbo, il est surtout fidèle ami de Maurice Utrillo qu'il a rencontré pour la première fois sur la place du Tertre en 1945, ayant séjourné plusieurs mois chez lui au Vésinet et ayant su mettre à profit ses conseils tout en développant son propre style[2],[3],[4]. Charles Féola prend son neveu sous sa protection[5], l'hébergeant au 9, rue du Mont-Cenis, et le partage de sa vie entre Montmartre et Argentat en Corrèze vaut au jeune Roland d'exposer avec lui en la mairie d'Argentat en 1954.

En , Roland Irolla part à Nice, y demeurant jusqu'à son appel sous les drapeaux en à l'École d'application de l'artillerie de Châlons-sur-Marne où, restitue Jean-Pierre Ravaux, c'est « cet homme étonnant qu'est le père Jean Dhyvert », aumônier militaire et curé de la collégiale Notre-Dame-en-Vaux, qui « découvre le talent du jeune appelé et le fait connaître autour de lui »[6], le faisant invité d'honneur du 1er Salon des peintres militaires en mai 1957 et lui consacrant un article dans le catalogue de l'exposition[7].

Le service militaire de Roland Irolla se poursuit jusqu'en 1958 en tant que sous-officier du 59e régiment d'artillerie en Algérie, successivement à Mondovi, Bir el-Ater (d'où une brève expédition saharienne le mène à El Oued, Touggourt et Biskra dont il peint des vues à l'aquarelle) et finalement Philippeville, sa ville natale qu'il voit pour la dernière fois et qui lui organise alors une exposition personnelle[6]. Il est dès lors illustrateur de documents philatéliques officiels, de cartes postales et d'enveloppes premier jour qui seront évalués à plus de 600 pièces ainsi créées[1]. « Il saura montrer, évoque encore Jean-Pierre Ravaux, son talent dans de multiples domaines : la philatélie, la médaille, l'illustration de livres, la fresque… Mais le regard porté sur le patrimoine restera un axe majeur de son art »[6].

Il épouse Marsha Steng, d'origine américaine, en 1959. Le couple s'installe à Champigny-sur-Marne en 1959 puis rue Laforêt à Châlons-sur-Marne en 1960. Roland Irolla est de 1960 à 1964 artiste permanent à Montmartre de la galerie La Chignole qui appartient à Jean Billon, premier mari de Patachou, et ses toiles sont alors également accrochées dans deux cabarets proches, Le Poulailler (rue Norvins) et Chez Geneviève (55, rue du Chevalier-de-La-Barre)[6].

C'est à Montmartre qu'il se lie d'amitié avec le peintre allemand Heinrich Deege (1920-2007) et, après un séjour à New York avec Marsha en mai 1964, il va retrouver celui-ci à Neustadt an der Weinstraße où il peignent ensemble sur le motif des paysages du Palatinat[6]. Un séjour approfondi en Auvergne est ensuite énoncé, outre son exposition à Clermont-Ferrand en juin 1965, par sa toile Le Christ de la basilique Saint-Julien de Brioude, datée 1966, que conserve le musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Châlons-en-Champagne[6].

À partir de 1971, l'atelier de Roland Irolla est situé à Matougues (48, Grande rue), de même dans le département de la Marne. Participant en 1985 au Congrès international de la médaille à Stockholm, il étend son voyage jusqu'au Cercle arctique[6].

En 2008 il s'installe à Niort dans les Deux-Sèvres[8].

ŒuvresModifier

Illustrations d'ouvragesModifier

  • Michel Martin (préface), En flânant dans Châlons, 50 dessins de Roland Irolla, Châlons-sur-Marne, 1965.
  • Charles Eggermann, Il était une fois, 12 dessins de Roland Irolla, Imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc, 1965.
  • Charles Eggermann, Toi qui as des mains, dessins de Roland Irolla, Imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc, 1965.
  • Charles Eggermann, Le Peau rouge, 12 dessins de Roland Irolla, Imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc, 1966.
  • Sous la direction de Pierre Weil, Prestige de Paris, dessins d'Yves Brayer, Bernard Buffet, Jean Carzou, Roland Irolla (dont couverture) et Louis Touchagues, éditions de la ville de Paris, 1966.
  • François Veillerette (préfaces de Geneviève Dévignes et Gaston Gréco), Le bréviaire de porcelaine, illustrations de Roland Irolla, éditions Patrimoine 52, Chaumont-en-Bassigny, 1970.
  • Gilbert Foret (préfaces de Jean Taittinger et Geneviève Dévignes), J'aurai toujours un mot - Poèmes, illustrations de Roland Irolla, Société alsacienne d'expansion photographique, Colmar-Ingersheim, 1972.
  • Dom Jean-Marie Berland, L'Épine en Champagne, dessins de Roland Irolla, Société alsacienne d'expansion photographique, Colmar-Ingersheim, 1972.
  • Michel Ménard (préface) et André Guyot (commentaires historiques), Promenade dans Châlons, 62 dessins de Roland Irolla, 1973.
  • Suzanne Morin, Les fils d'or - Poèmes, illustrations de Roland Irolla, éditions Suzanne Morin, 1974.
  • Alain Peyrefitte (préface) et Charles Thiriot (commentaires historiques), En flânant dans Provins, 54 dessins de Roland Irolla, 1975.
  • Marcel Turon (préface), Découverte de la Champagne-Ardenne, 70 dessins de Roland Irolla, 1.100 exemplaires numérotés, Imprimerie Rive-Gauche, Fagnières, Châlons-sur-Marne, 1976.
  • François Villon, Œuvres, 18 planches hors-texte par Roland Irolla, 180 exemplaires numérotés, Librairie Anavoizard, Montceaux-les-Mines, 1977.
  • Abbé Jean Fagnier, Robert Pannet et Jean-Pierre Ravaux, La basilique Notre-Dame de L'Épine, dessins de Roland Irolla, éditions Jean Fagnier, L'Épine, 1977.
  • Robert Galley (préface) et André Beury (commentaires historiques), En flânant dans Troyes, 61 dessins de Roland Irolla, 1978 (1er tirage : 700 exemplaires numérotés), 1980 (2e tirage : 1.500 exemplaires numérotés).
  • Adrienne Henry, Pierres de flamme, dessins de Roland Irolla, La Française d'édition et d'imprimerie, Rochefort-Montagne, 1978.
  • André Bettencourt (préface) et Marie-Lucie Guimard (commentaires historiques), Abbayes normandes, 63 dessins de Roland Irolla, 700 exemplaires numérotés, Imprimerie Rive-Gauche, Châlons-sur-Marne, 1979.
  • Geneviève Dévignes (préface de Gabriel Groley), Écoute s'il pleut ? - Nouvelles provoquées par la Champagne, illustrations de Roland Irolla, éditions Geneviève Dévignes, 1980.
  • Jean Rocard (préface) et Jean-Louis Brizard (commentaires historiques), En flânant dans Reims, 80 dessins de Roland Irolla, 1981.
  • Robert Pannet, Marie au buisson ardent, illustrations de Roland Irolla, éditions SOS, 1982.
  • La route des abbayes normandes - 1. Pays de Caux - 2. Basse Normandie - 3. Mont-Saint-Michel, 36 dessins de Roland Irolla répartis en 3 pochettes, Art Publicité Éditions, 1986.
  • Christian Lantenois, Henri Guillaumet, 1902-1940, dessins de Roland Irolla, éditions de l'Association des Amis de Henri Guillaumet, 2006.
  • Hervé Paul, Le comte Louis de Chevigné, 1793-1876, dessins de Roland Irolla, ABM éditions, Courtomer, 2008.
  • Claude Hérique, À la rencontre du comté de Vaudémont, illustrations de Roland Irolla, Imprimerie Apache Color, Nancy, 2014.
  • Monique Colin, À la découverte de la seigneurie de Frolois, illustrations de Roland Irolla, Véoprint, Courbevoie, 2015.
  • À la découverte du vignoble de Champagne, 150 illustrations par Roland Irolla, éditions Roland Irolla, Niort, 2016[9],[10].

MédaillesModifier

Roland Irolla réalise plus de 80 médailles pour la Monnaie de Paris. Parmi elles, les effigies nationales de Nicolas Appert, René Cassin, Marcel Cerdan, Pierre Dac ou Étienne Œhmichen et les médailles des villes de Charleville-Mézières, Montmirail, Reims, Sedan, Vitry-le-François[5],[11].

  • Champagne Ardenne, édition bronze et argent frappée par la Monnaie de Paris pour la préfecture de région, 1977, diamètre 90 mm.
  • Châlons-sur-Marne - Cloître de Notre-Dame-en-Vaux, médaille marquant l'inauguration du musée du Cloître éditée par la Monnaie de Paris, 1978.
  • Provins, ville du Moyen Âge, Saint-Quiriace, Thibaut IV le chansonnier, médaille en bronze, Monnaie de Paris, 1979, diamètre 68 mm, 177 gr.
  • Bicentenaire de la Caisse départementale des incendiés - Préfecture de la Marne, 1979.
  • Troyes, 1979 ; avers : la basilique Saint-Urbain (à gauche) rattachée à la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul sous un arc brisé de style flamboyant, signature de Roland Irolla à gauche ; revers : ensemble de maisons du XVIe siècle dont la maison du boulanger et la tourelle de l'orfèvre. Bronze et argent, diamètre 68 mm, 216,7 gr.
  • Étienne Œhmichen, inventeur de l'hélicoptère, éditée en cuivre rouge par la Monnaie de Paris pour le Club français de la médaille, 1980, diamètre 72 mm.
  • Adelbert von Chamisso, écrivain, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1980, diamètre 68 mm.
  • Château de Moyen, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1982, diamètre 68 mm.
  • Vitry-le-François - La porte du Pont, éditée en bronze et argent par la Monnaie de Paris pour l'association « Pour la reconstruction de la porte du Pont », 1982, diamètre 68 mm.
  • Centenaire de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, éditée en bronze et argent par la Monnaie de Paris pour le congrès de la Fédération à Reims, 1982, diamètre 68 mm.
  • La Comète, Union de brasseries, Châlons-sur-Marne, centenaire, 1882-1982, 1982 ; avers : vue sur les bâtiments de La Comète et signature de l'artiste ; revers : logo de la marque "33" export dans un médaillon à droite d'une allégorie féminine drapée, couronnée d'une étoile, tenant une lance dans la main gauche levée. Bronze, diamètre 68 mm, 182,5 gr.
  • Transfert de l'église de Nuisement-aux-Bois, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1983, diamètre 68 mm.
  • Chatillon-sur-Seine - Le cratère de Vix, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1983, diamètre 68 mm.
  • Charleville-Mézières - La place Ducale, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1984, diamètre 68 mm.
  • Ministère des Territoires d'Outre-Mer, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1984, diamètre 82 mm.
  • Centenaire de l'École nationale des ingénieurs des eaux et forêts, éditée en bronze et argent par la Monnaie de Paris pour l'École des Barres, Nogent-sur-Vernisson, 1984, diamètre 68 mm.
  • René Cassin, président de l'Union fédérale des anciens combattants, éditée en bronze et argent par la Monnaie de Paris pour l'Union fédérale des anciens combattants, 1984, diamètre 68 mm.
  • Société coopérative agricole marnaise, 1984.
  • Nautique Entente Châlonnaise - 35e anniversaire, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1985, diamètre 68 mm.
  • Foire-exposition de Châlons-sur-Marne, éditée en bronze et argent par la Monnaie de Paris pour l'Union des commerçants de Châlons-sur-Marne, 1985, diamètre 68 mm.
  • Abbaye de Trois-Fontaines, médaille biface taillée directement dans l'acier, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1985, diamètre 74 mm.
  • La Ciotat, berceau du cinéma, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1985, diamètre 68 mm (également : édition en cuivre rouge pour le Club français de la médaille, diamètre 72 mm.
  • Centenaire de la statue de la Liberté, 1986[5].
  • Centenaire de la statue du pape Urbain II à Chatillon-sur-Marne, 1987.
  • Médaille du Conseil général de la Marne, 1988 ; avers : grande rosace de la cathédrale de Reims avec gros plan sur la grande porte centrale et le couronnement de la Vierge par le Christ. Sur la gauche, le moulin de Valmy est entouré des trois symboles de l'agriculture champenoise (le blé, le maïs, le tournesol) et, en pendant à droite, est évoqué le vignoble, l'ensemble de la composition suggérant la forme du coupe de Champagne ; revers : les méandes de la Marne se dirigeant vers un horizon suggérant le cadre industriel du département[12].
  • La Grange Batelière ou Musée Georges-Clemenceau, Moret-sur-Loing, 1988. Bronze, Monnaie de Paris, diamètre 72 mm, 188gr.
  • Département de la Marne, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour le Conseil général de la Marne, 1988, diamètre 74 mm.
  • Ville de Montmirail, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la ville de Montmirail, 1988, diamètre 68 mm.
  • Château de Sedan, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1989, diamètre 68 mm.
  • Bicentenaire de la bataille de Valmy, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la S.N.A.G., 1989, diamètre 68 mm.
  • Caisse régionale de Crédit agricole mutuel de Châlons-sur-Marne, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la S.N.A.G., 1990, diamètre 82 mm.
  • Le saxophone, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1990, diamètre 68 mm.
  • Service régional de la Police judiciaire de Reims, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la S.N.A.G., 1990, diamètre 68 mm.
  • Centenaire de La Retraite mutualiste de la Marne, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la S.N.A.G., 1991, diamètre 68 mm.
  • 75e anniversaire du Lions-Club international, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la S.N.A.G., 1991, diamètre 68 mm.
  • Résistance Fer - Bataille du rail, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour la S.N.A.G., 1992, diamètre 68 mm.
  • Tonnerre (Yonne) - 700e anniversaire de l'hôpital des Fontenilles, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1992, diamètre 72 mm.
  • Général Marcel Bigeard, bronze et argent, éditée par la Monnaie de Paris pour l'Association des parachutistes de la Marne, 1994, diamètre 68 mm.
  • Saint-Martin-sur-le-Pré, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1997, diamètre 68 mm.
  • La France mutualiste, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1997, diamètre 68 mm.
  • Centenaire de la Caisse régionale du Crédit agricole mutuel du Nord-Est, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1999, diamètre 81 mm.
  • Fagnières, bronze et argent, Monnaie de Paris, 1999, diamètre 68 mm.
  • Communauté d'agglomération de communes de Châlons-en-Champagne, bronze et argent, Monnaie de Paris, 2006, diamètre 81 mm.
  • Centenaire de l'Automobile Club des Deux-Sèvres, 1911-2011, tirage limité à 100 exemplaires, Monnaie de Paris, 2011.
  • Vingt-cinquième anniversaire du Musée du terrain d'aviation militaire de Condé-Vraux, 2019[13].

MonumentsModifier

  • Stèle à la mémoire des morts d'AFN et d'outre-mer, Châlons en Champagne, 1969.
  • Monument de l'Armée d'Afrique, plaque en bronze à l'effigie du maréchal Alphonse Juin, Chambéry.
  • Stèle À ceux d'Indochine, La Ciotat, place d'honneur de l'hôtel de ville, 2005.

PhilatélieModifier

Timbres-postesModifier

  • 42e congrès de la Fédération des sociétés philatéliques françaises - Châlons-sur-Marne, timbre-poste dessiné par Roland Irolla, gravé par Jean Pheulpin, 27 mai 1969[14].
  • Région Champagne-Ardenne série « Les régions administratives », timbre-poste dessiné par Roland Irolla, gravé par Claude Haley, 16 avril 1977[15].
  • 51e congrès de la Fédération des sociétés philatéliques de France - Hôtel de Mauroy, Troyes, timbre-poste dessiné par Roland Irolla, gravé par Jacques Combert, 13 mai 1978[16].
  • Croix-Rouge française - Les Fables de La Fontaine : Le lièvre et la tortue, Le rat des villes et le rat des champs, timbres dessinés et gravés par Claude Andreotto, couverture du carnet dessinée par Roland Irolla, 650 000 exemplaires, 4 décembre 1978[17].
  • Soixante cinq ans du jumelage des villes d'Épernay et Ettlingen, 2018[18].
  • Abbaye de Trois-Fontaines, timbre-poste dessiné par Roland Irolla, mis en page par Marion Favreau, 15 juin 2018[19].
  • La Saint-Vincent tournante, Gevrey-Chambertin, dessin de Roland Irolla, édition du Cercle philatélique varois Saint-Apollinaire, 2 500 exemplaires, 2020[20].

Cartes postales philatéliques (estampes)Modifier

 
Église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus, Châlons-en-Champagne.

VitrauxModifier

AffichesModifier

  • Championnats de France d'escrime, Châlons-sur-Marne, 1985[6].
  • 3e Salon du jardinage, parc des expositions de Châlons-en-Champagne, 8-11 avril 1988.
  • 150e anniversaire de l'ouverture de la ligne Paris-Strasbourg, 1849-1999, S.N.C.F., 1999[6].
  • Meeting aérien de Vatry, aéroport de Vatry, juin 2003[6].

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

  • Meubles Grosso, Philippeville, 1952[1].
  • Roland Irolla - Les adieux à l'Algérie, théâtre municipal de Philippeville, août-septembre 1958.
  • École d'application de l'artillerie, mess des officiers, Châlons-sur-Marne, 1959.
  • Roland Irolla - Haguenau, Strasbourg et villages d'Alsace, Musée historique de Haguenau, 1960.
  • Poitiers vu par Roland Irolla, Hôtel de France, Poitiers, juin 1961.
  • Tours vu par Roland Irolla, Hôtel de L'Univers, Tours, décembre 1961.
  • Chinon vu par les peintres, salle du Liberty Hall du camp américain de Chinon, juin-juillet 1962.
  • Abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle, Rives-en-Seine, été 1962.
  • Sarlat vu par Rolans Irolla, La Crémaillère, Sarlat, juillet-août 1963.
  • Roland Irolla - Promenade dans Châlons, musée de Châlons-sur-Marne, octobre-novembre 1963.
  • Zurich vu par Roland Irolla, Hôtel Carlton-Élite, Zurich, octobre 1963.
  • Clermont-Ferrand vu par Roland Irolla, Galerie des artistes d'Auvergne, Clermont-Ferrand, juin 1965.
  • Sainte-Menehould vue par Roland Irolla, hôtel de ville de Sainte-Menehould, mars 1966.
  • Musée de Châlons-sur-Marne, 1967 (Œuvres régionales), 1968 (Œuvres récentes).
  • Auxerre vu par Roland Irolla, Galerie de L'Yonne républicaine, Auxerre, mai 1970.
  • Reims vu par Roland Irolla, Cercle des officiers de l'air Marin-la-Meslée, Reims, mai 1973.
  • Hommage à Roland Irolla, hôtel de ville de Châlons sur Marne, février 1974, avril 1996.
  • Provins vu par Roland Irolla, hôtel de Savigny, Provins, juin 1975, juin 1984, 1995.
  • Roland Irolla - Abbaye de Trois-Fontaines, château de l'abbaye, Trois-Fontaines-l'Abbaye, juin-juillet 1975, été 1985.
  • Vitry-le-François vu par Roland Irolla, Crédit lyonnais, Vitry-le-François, octobre 1977.
  • Caisse régionale de Crédit Agricole, Châlons-sur-Marne, 1980, 1981[6].
  • La région du Der et ses environs vus par Roland Irolla, village-musée de Sainte-Marie-du-Lac, juin-Juillet 1983.
  • Metz la belle vue par Roland Irolla, salle de La Poudrière, Metz, novembre 1993.
  • Roland Irolla - 1957-2007, cinquante ans de souvenirs philatéliques, Bezannes, septembre 2007[24].
  • Roland Irolla - Souvenirs philatéliques, médailles, affiches, Office de tourisme de Châlons-en-Champagne, janvier-mars 2008[25].

Expositions collectivesModifier

  • Charles Féola, Roland Irolla, mairie d'Argentat, 1954.
  • 1er Salon des peintres militaires, Châlons-sur-Marne, mai 1957[7].
  • Roland Irolla, Georges Trincot, Galerie Marie Benedetti, Zurich, 1964.
  • Galerie Spray-Home Art, New York, 1964.
  • Galerie de Paris, New York, 1964.
  • Un dessein au dessin, Roland Irolla invité d'honneur, couvent de Vinetz, Châlons-en-Champagne, novembre 2008.
  • Fête du timbre, Beauvoir-sur-Niort, octobre 2015[26] ; château de Thouars, octobre 2016[27] ; Saint-Aignan, 2018 ; Crancey, 2019.
  • La Meuse vue par les peintres, Musée Barrois, Bar-le-Duc, mai-septembre 2018[28].

CitationsModifier

Dits de Roland IrollaModifier

« Plus d'une centaine de médailles, majoritairement frappées par la Monnaie de Paris, portent ma griffe. J'ai également dessiné un millier de souvenirs pour les philatélistes. C'est vrai que j'aime particulièrement les vieilles pierres, mais tout m'intéresse dans la création. Je ne voulais pas que le nom d'Irolla soit attaché à un style en particulier. Par exemple, j'ai dessiné 70m2 de vitraux pour la première école d'infirmières de Châlons-en-Champagne. » - Roland Irolla[8]

Réception critiqueModifier

  • « Sa peinture figurative reste traditionnelle, décrivant les ciels de Champagne, ses vallons, vignobles, églises et rues de villages. » - Dictionnaire Bénézit[29]
  • « Les fresques de Roland Irolla délivrent une force d'expression très soutenue en raison de la clarté de leur composition et de la fermeté de leur coloris. Elles manifestent son don à l'observation et sa capacité à agencer harmonieusement, dans un espace de grandes dimensions, des éléments figuratifs ou vivants… Lorsqu'il se tourne vers les portraits, il s'accorde une liberté totale et suit ses penchants sans contrainte. C'est alors qu'il rêve, qu'il s'évade et fait entrer en scène des êtres secrets et marginaux, des gitans aux visages mélancoliques, des clochards s'abritant sous les ponts, des mendiants réfugiés sous un lampadaire, des gosses angoissés dans des cités inhumaines. Il nous insuffle son émotion, sa sensibilité vis-à-vis d'un monde où règne l'injustice sociale. Une légère contraction du visage, une silhouette caricaturée suffisent à produire un effet sensible. » - Claude Hérique[6]

ConservationModifier

Collections publiquesModifier

  AlgérieModifier

  FranceModifier

 
Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne
 
Matougues, le château d'eau.
 
Hôtel de ville de Wiesloch

  AllemagneModifier

Collections particulières référencéesModifier

DistinctionsModifier

  • Médaille de la Ville de Paris, 1966.
  • Médaille d'argent d la Ville de Châlons-sur-Marne, 1974.
  • Lauréat (Rose d'or) des Rosati de France, 1974.
  • Médaille d'argent de la Ville de Joinville (Haute-Marne), 1977.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Épernay : rencontre avec Roland Irolla », Art du timbre gravé, 5 avril 2012
  2. André Roussard, « Charles Féola », in: Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  3. « Charles Féola et les envoûtements de Montmartre », Guide officiel du Syndicat d'initiative de Montmartre, .
  4. Jacques Bachellerie, « Charles Féola », Géoculture. Le Limousin vu par les artistes.
  5. a b et c Sébastien Acker, « Roland Irolla, timbre de voix de la liberté absolue », La Nouvelle République, 12 octobre 2014
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y Claude Hérique (préface de Jean-Pierre Ravaux), À la rencontre de Roland Irolla, imprimerie Leducq, Fagnières, 2007.
  7. a et b Père Dhyvert, aumônier militaire, « Roland Irolla », catalogue du 1er Salon des peintres militaires, Châlons-sur-Marne, 1957.
  8. a b et c Gauthier Hénon, « Roland Irolla : le cœur à Châlons et le talent au bout du crayon », L'Union, 9 décembre 2013
  9. Jean Rouziès, « Le Niortais Roland Irolla fait pétiller la Champagne », La Nouvelle République, 11 août 2016
  10. « Rencontre avec Roland Irolla, peintre du vignoble de Champagne », La Champagne viticole, 10 décembre 2016]
  11. « Le peintre-graveur Roland Irolla », Catalogue du 32e Congrès philatélique régional Champagne-Ardenne, octobre 2005.
  12. Hervé Chabaud, « Portrait - Roland Irolla : de Matougues à Colorado Springs », L'Union, 9 novembre 1988.
  13. « Le musée d'aviation de Vraux fête ses 25 ans ce week-end », L'Union, 31 mai 2019
  14. Phil-Ouest, le timbre "Châlons-sur-Marne", 1969
  15. Phil-Ouest, le timbre "Champagne-Ardenne", 1977
  16. Phil-Ouest, le timbre "Hôtel de Mauroy, Troyes", 1978
  17. Phil-Ouest, les timbres "Croix-Rouge française - Fables de la Fontaine, 1978
  18. « Épernay - Entretien avec Roland Irolla, le peintre de vos lettres », L'Ardennais, 16 mai 2018
  19. Phil-Ouest, le timbre "Abbaye de Trois-Fontaines", 2018
  20. K6FM, Un timbre spécial édité à l'occasion de la Saint-Vincent tournante à Gevrey-Chambertin, 22 janvier 2020
  21. Club philatélique rémois, "La chapelle Foujita" par Roland Irolla
  22. Mes vitraux favoris, église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus de Châlons-en-Champagne
  23. Ateliers Loire, Roland Irolla
  24. Club philatélique brico-corcellien, Club philatélique rémois et Association philatélique champenoise, Roland Irolla - 1957-2007, cinquante ans de souvenirs philatéliques, présentation de l'exposition, 15 septembre 2007
  25. Association philatélique de Champagne, Exposition Irolla, 2008
  26. Jean Rouziès, « Roland Irolla : la signature du monde philatélique », La Nouvelle République, 9 octobre 2015
  27. « Thouars : la médaille de la ville pour Roland Irolla », La Nouvelle République, 20 décembre 2016
  28. Musée Barrois, La Meuse vue par les peintres, dossier de presse, 2018
  29. a b c d et e Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.7, p. 365.
  30. Willy Dimeglio, Les peintures de l'hôtel de ville de Skikda
  31. Musée Barrois, Roland Irolla dans les collections
  32. Petit patrimoine, le château d'eau de Matougues
  33. Musée Carnavalet, "La place du Tertre" dans les collections
  34. Musée Carnavalet, "La rue Saint-Vincent" dans les collections
  35. À la découverte des vignobles de Champagne, éditions Roland Irolla, 2016.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Collectif, Le patrimoine du timbre-poste français, Flohic édition, 1999.
  • Alain Girod, Roland Irolla et la philatélie - Répertoire des documents philatéliques créés de 1957 à 2003, éditions du Club philatélique rémois, 2003.
  • Claude Hérique (préface de Jean-Pierre Ravaux), À la rencontre de Roland Irolla, Fagnières, Imprimerie Leducq, 2007.
  • Francine Roze, La Meuse vue par les peintres, Éditions Serge Domini, 2018.
  • Stéphane Bern, Châteaux et patrimoine. Des timbres au cœur de l'histoire, Cherche-Midi éditeur, 2020.

Liens externesModifier