Ouvrir le menu principal

Roger Lallemand

politicien belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lallemand.

Roger Lallemand
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Quevaucamps (Belœil)
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Saint-Gilles
Sépulture cimetière d'Ixelles[1]
Nationalité belge
Parti politique Parti socialiste
Conjoint Ida Cukierman[1]
Diplômé de Université libre de Bruxelles
Profession avocat

Roger Lallemand ( à Quevaucamps (Belœil) - (à 84 ans)[2] à Saint-Gilles[1]), est un avocat et homme d'État socialiste belge. Il a été sénateur entre 1979 et 1999, et reçu le titre de ministre d'État en 2002.

BiographieModifier

Licencié en philologie romane et docteur en droit de l’Université libre de Bruxelles, Roger Lallemand occupe pendant ses études la fonction de Président du Cercle du Libre Examen de l’université.

Avocat, Roger Lallemand est président de la Conférence du jeune barreau de Bruxelles pour l'année judiciaire 1971-1972.

Il est l'ami de Jean-Paul Sartre[3] et de Simone de Beauvoir[4].

Jean-Paul Sartre est invité par Roger Lallemand à donner une conférence à la tribune de la Conférence du jeune barreau de Bruxelles le 24 février 1972.

Roger Lallemand est connu pour être allé défendre Régis Debray, alors détenu en Bolivie pour avoir soutenu Che Guevara en 1967[5] et le militant libertaire Roger Noël, alias « Babar », emprisonné en Pologne pour son soutien à Solidarność[5] (1982).

Il a également été l'avocat du gynécologue Willy Peers arrêté sur dénonciation anonyme, en , pour avoir procédé à l'avortement d'une jeune femme de 27 ans, débile mentale[6] (mis en détention, il sera accusé d'avoir pratiqué plus de trois cents avortements).

Au niveau politique, Roger Lallemand est coauteur de la loi sur la dépénalisation de l’avortement en Belgique. Il s’implique dans de nombreux débats éthiques en Belgique.

Une phrase que Roger Lallemand cite résume son action politique « La politique ne se réduit pas à la gestion de la société. Elle est une morale de la responsabilité et de la solidarité, une éthique de la générosité. »

Proche d'André Delvaux et de Jacques Brel, il est à l'origine de la loi du relative aux droits d'auteurs et droits voisins.

Roger Lallemand a été, depuis de nombreuses années et jusqu'en 2010, alternativement président ou vice-président du conseil d'administration du Théâtre royal de la Monnaie.

Il est Docteur honoris causa de l'université de Liège et de l'université de Mons.

Roger Lallemand a été fait Commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur par le Président français François Mitterrand, le .

DistinctionModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Avis nécrologique publié dans Le Soir, le
  2. « Décès de Roger Lallemand, père de la loi dépénalisant partiellement l'avortement », sur La Libre.be, (consulté le 20 octobre 2016).
  3. [Où ?]William Bourton, Sartre, d'un siècle l'autre,  éd. Labor, 2004.
  4. Simone de Beauvoir mentionne Roger Lallemand dans ses livres La Force des choses et La Cérémonie des adieux[Où ?].
  5. a et b Hommage lors de la séance extraordinaire du Senat, 11 mars 1999.
  6. Willy Peers, médecin, défenseur de la dépénalisation de l'avortement Institut Destrée.

Liens externesModifier