Roger Bourderon

historien et militant politique français

Roger Bourderon, né le à Boucau (Pyrénées-Atlantiques) et mort le à Paris[1], est un historien français, spécialiste de l'histoire du communisme et de la Seconde Guerre mondiale. Il fut également un militant et un élu du Parti communiste français.

Roger Bourderon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Conseiller municipal de Saint-Denis (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Henri Roger BourderonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Historien, militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Parti politique

BiographieModifier

Né dans une famille modeste, Henri Roger Bourderon passe sa jeunesse à Paris, dans le 14e arrondissement[2].

Agrégé d'histoire (1955)[3], ancien élève[4] de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (promotion 1950)[5], il est d'abord en poste à Nîmes, où il appartient à la direction de la section locale du Parti communiste français dans les années 1960[6]. Dans le même temps, il préside l'Université nouvelle de Nîmes, et est secrétaire de la Fédération de l'Éducation nationale du Gard[6]. Il passe un DES consacrés à des Recherches sur les troubles de subsistance dans la généralité du Languedoc au XVIIIe siècle[7], puis prépare une thèse sur la Compagnie des mines de La Grand-Combe, finalement non soutenue[2].

Il est maître de conférences honoraire de l'Université Paris-VIII-Saint-Denis (maître-assistant en 1979, puis maître de conférences en 1985 jusqu'à sa retraite en 1989[2]), où il a enseigné l'Histoire contemporaine.

Spécialiste de la Deuxième Guerre mondiale, son premier ouvrage, sous la direction d'Henri Michel, est consacré à la Libération du Languedoc[8]. Il s'est particulièrement attaché ensuite à l'histoire des communistes français entre 1939 et 1945. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème, et notamment d'une biographie sur le colonel Rol-Tanguy, acteur majeur de la Libération de Paris.

Inséré dans le réseau des historiens communistes, il participe à des ouvrages collectifs, renouvelant les approches sur l'histoire du mouvement ouvrier et du PCF, publiés aux Éditions sociales à la fin des années 1970 et durant les années 1980.

D’ à , il assure la responsabilité de la rubrique « Histoire » de L'Humanité[2].

Pendant quinze ans, de 1981 à 1995, il est rédacteur en chef des Cahiers d'histoire de l'Institut de recherches marxistes[9].

ŒuvresModifier

Ouvrages collectifsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Disparition Roger Bourderon, L'Humanité, 8 novembre 2019.
  2. a b c et d Jacques Girault, « BOURDERON Roger [BOURDERON Henri, Roger] », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 25 septembre 2018).
  3. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 27 juillet 2019).
  4. Présentation de l'auteur par les Éditions sociales en 4e de couverture de Détruire le PCF, 1988.
  5. http://www.lyon-normalesup.org/Annuaire/frame.php
  6. a et b Deschamps 2002.
  7. http://www.sudoc.fr/013031945
  8. Roger Martelli, préface à 1940-1943 le PCF à l'épreuve de la guerre, éditions Syllepse, 2012
  9. Site de la revue et sommaires des numéros parus

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier