Roger Boisjoly

ingénieur en aérospatiale américain
Roger Boisjoly
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
NephiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université du Massachusetts à Lowell (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Distinction

Roger Boisjoly, né à Lowell, Massachusetts, le , mort le à Nephi, dans l'Utah[1], est un ingénieur américain en aéronautique qui a travaillé pour Morton Thiokol, le fabricant des propulseurs d'appoint à poudre de la navette spatiale américaine.

En , il est à l'origine d'une note à sa hiérarchie concernant un défaut de conception des joints des propulseurs d'appoint à poudre de la navette spatiale, qui si elle était laissée sans réponse, pourrait conduire à une catastrophe au cours d'un décollage.

Une telle catastrophe s'est produite en 1986 lors de l'accident de la navette spatiale Challenger, tuant les sept membres de l'équipage.

Boisjoly avait tenté de faire annuler le lancement la veille, sans succès.[2] Il est à ce titre considéré comme un lanceur d'alerte[3],[4],[5].

Notes et référencesModifier

  1. New York Times
  2. (en) « Leatherby Libraries », sur www1.chapman.edu (consulté le )
  3. « Cas de Challenger : le premier Whistleblower ? », sur Techniques de l'Ingénieur (consulté le )
  4. Un collectif, « Coronavirus : faire taire les lanceurs d’alerte nuit gravement à la santé publique », sur Libération.fr, (consulté le )
  5. (en) « Category:American whistleblowers », dans Wikipedia, (lire en ligne)