Roger A.B. Mynors

Roger A.B. Mynors
Portrait photograph of Rogers Mynors.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Balliol College
Collège d'Eton
Summer Fields School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Aubrey Baskerville Mynors (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Margery Musgrave Harvey (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Sir Humphrey Mynors, 1st Baronet (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Lavinia Sybil Alington (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Sir Roger Aubrey Baskerville Mynors FBA (28 juillet 1903 - 17 octobre 1989) était un classiciste et médiéviste anglais, qui fut professeurs de latin aux universités d'Oxford et de Cambridge. Critique textuel, il était un expert dans l'étude des manuscrits et leur rôle dans la reconstruction des textes classiques.

La carrière de Mynors s'est étendue sur la majeure partie du 20e siècle et a chevauché deux des plus grandes universités d'Angleterre, Oxford et Cambridge. Formé à ay collège d'Eton, il étudia la littérature humaine au collège de Balliol, à Oxford, et a passé les premières années de sa carrière comme membre de ce collège. Il a été "Kennedy Professor of Latin" (un poste prestigieux dans la hiérarchie des professeurs de Cambridge), à Cambridge de 1944 à 1953 et "Corpus Christi Professor of Latin" à Oxford de 1953 jusqu'à sa retraite en 1970. Il mourut dans un accident de voiture en 1989, à l'âge de 86 ans, alors qu'il se rendait à sa résidence de campagne, le château de Treago.

La réputation de Mynors est celle d'un des plus grands classicistes britanniques. Il était un expert en paléographie, et on lui attribue le mérite d'avoir démêlé un certain nombre de manuscrits très complexes dans ses catalogues des bibliothèques de Balliol et de la cathédrale de Durham. Ses publications sur des sujets classiques comprennent des éditions critiques de Vergil, Catulle et Pline le Jeune. La dernière réalisation de sa carrière d'érudit fut un commentaire complet sur les Géorgiques de Vergil, a été publié à titre posthume. En plus des diplômes honorifiques et des bourses de diverses institutions, Mynors fut également élevé au rang de Knight Bachelor en 1963.

Enfance et étudesModifier

Roger Aubrey Baskerville Mynors est né à Langley Burrell, dans le Wiltshire, dans une famille de la noblesse d'Herefordshire. La famille Mynors possédait le domaine du Château de Treago depuis le XVe siècle, et il y résida plus tard, notamment durant sa retraite. Sa mère était Margery Musgrave, et son père, Aubrey Baskerville Mynors, était un ecclésiastique anglican, recteur de Langley Burrell, qui avait été secrétaire du Congrès pan-anglican, tenu à Londres en 1908. Parmi ses quatre frères et sœurs se trouvait son frère jumeau identique Humphrey Mynors, qui devint par la suite gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre. Les frères partageaient une amitié forte et vécurent ensemble dans leur maison ancestrale après la retraite de Roger.

Mynors a fréquenté la Summer Fields School à Oxford et, en 1916, il est entré au collège d'Eton en tant que King's Scholar. À Eton, il fait partie d'une génération d'élèves comprenant l'historien Steven Runciman et l'écrivain George Orwell. Son intérêt précoce pour la littérature latine et sa désir de transmission de son savoir furent favorisés par les encouragements de deux de ses professeurs, Cyril Alington et M. R. James. Alington, qui devint pour lui un mentor et un ami important puisque, tout comme Mynors, il était fasciné par les traditions manuscrites de l'Europe médiévale.

Carrière AcadémiqueModifier

Balliol College, OxfordModifier

En 1922, Mynors remporte l'Exhibition Domus, une bourse pour étudier l'Antiquité et le classicisme au Balliol College d'Oxford. Il étudie en même temps que le critique littéraire Cyril Connolly, le musicologue Jack Westrup, le futur vice-chancelier de l'université d'Oxford, Walter Fraser Oakeshott, et l'historien Richard Pares, et il réussit très bien au cours de ses études universitaires. Diplômé d'un Bachelor en arts en 1926, il remporte les bourses Hertford (1924), Craven (1924) et Derby (1926), est élu membre de l'équipe de Balliol et devient professeur de lettres classiques. En 1935, il est élevé au rang de maître de conférences de l'université. À l'époque de sa nomination, une grande partie de l'enseignement de Mynors portait sur le poète Vergil, dont il a édité les œuvres complètes au cours des décennies suivantes.

Son mandat à l'Université d'Oxford marque le début de son travail approfondi sur les manuscrits médiévaux. À partir de la fin des années 1920, Mynors est davantage attiré par les questions de codicologie que par les questions purement classiques. Il prépare une édition de l'érudit du VIe siècle Cassiodore[, pour laquelle il voyage beaucoup en Europe continentale ; une édition critique est publiée en 1937. En 1929, il est nommé bibliothécaire du Balliol College. Ce poste lui donne l'impulsion nécessaire pour créer un catalogue des manuscrits médiévaux du collège. Un projet similaire, un catalogue des manuscrits conservés à la cathédrale de Durham, a été compilé dans les années 1930. L'intérêt de Mynors pour la codicologie a donné lieu à une étroite coopération avec les médiévistes Richard William Hunt et Neil Ripley Ker.

En 1936, vers la fin de son mandat à Balliol, Mynors rencontre Eduard Fraenkel, alors titulaire d'une chaire de latin à Oxford. Ayant déménagé en Angleterre en raison de la discrimination croissante à l'égard des Juifs allemands, Fraenkel était un représentant de premier plan de la tradition savante allemande. Son mentorat a contribué à faire passer Mynors du statut d'érudit amateur à celui de critique professionnel des textes latins. Ils entretinrent une étroite amitié, qui permit à Mynors de rencontrer d'autres philologues allemands, dont Rudolf Pfeiffer et Otto Skutsch.

Mynors passe l'hiver 1938 comme chercheur invité à l'université Harvard. En 1940, après un bref retour à Balliol, l'engagement de la Grande-Bretagne dans la Seconde Guerre mondiale lui vaut d'être employé au Département du contrôle des changes du Trésor de Sa Majesté, responsable de l'administration des transactions en devises étrangères. À Balliol, Mynors enseigne de 1926 à 1944, période pendant laquelle il sert de mentor à un certain nombre de futurs chercheurs, dont le spécialiste de Wittgenstein David Pears et le classiciste Donald Russell.


• la traduction de Bède le Vénérable : Histoire ecclésiastique du peuple anglais
• l'édition des derniers tomes des Codices Latini Antiquiores,
• la traduction de Walter Map : De nugis curialium (Bagatelles des courtisans)

Liens externesModifier