roff (langage informatique)

langage de formatage de texte

roff est un langage de formatage de texte historiquement lié à UNIX et à ses dérivés (BSD, Linux…).

DescriptionModifier

Comme le langage LaTeX, roff est un langage de formatage de texte reposant sur un système de balises. Sa légèreté (il alourdit très peu les textes), le fait qu'il soit interprété (contrairement à LaTeX qui est compilé) font de roff un langage très populaire dans le monde UNIX et ses dérivés (*BSD, Linux, etc.). Il sert en particulier au formatage des pages de manuel. Il possède ses adeptes inconditionnels (tel Andrew Tanenbaum[réf. nécessaire]), qui le préfèrent :

HistoriqueModifier

roff a connu trois étapes majeures :

  • runoff, pour CTSS et Multics ;
  • roff, troff et nroff pour UNIX ;
  • groff, pour systèmes GNU.

CTSS et Multics : runoffModifier

CTSSModifier

L'ancêtre de la série des roff est le programme runoff qui fut conçu en 1961 par Jerry Saltzer sur le système d'exploitation CTSS ; ce programme était écrit en PL/I, puis en BCPL. Le nom du programme signifie « écrire à la va-vite », car son objectif est de permettre d'écrire rapidement et facilement des documents d'une bonne qualité typographique.

MulticsModifier

En 1963, lorsque CTSS évolua en Multics, runoff devint le principal programme de mise en page, servant en particulier pour les pages d'aide, fonction qui lui reste encore principalement attachée aujourd'hui.

UNIX : nroff, troff, ditroffModifier

Avec UNIX apparut un couple de programmes destiné à une grande popularité : nroff et troff. Au Massachusetts Institute of Technology, on ressentit le besoin de piloter depuis le PDP-11 une photocomposeuse, périphérique de sortie graphique ; or, runoff n'y suffisait pas.

Aussi Joseph Ossanna, l'un des principaux développeurs de MULTICS et programmeur de plusieurs ports de runoff, écrivit-il un ensemble de trois programmes, décrivant les fonctionnalités de base dont toute implémentation du langage est encore largement redevable aujourd'hui :

  • roff, abréviation de runoff ; ce programme reprend roff avec toutes ses limitations, mais fut rapidement abandonné : aujourd'hui, ce terme désigne le système troff/nroff dans son ensemble ;
  • troff (typesetting roff : roff de mise en page) servait à générer une sortie graphique ;
  • nroff (new roff : nouveau roff) servait à produire une sortie texte convenant aux terminaux et aux imprimantes en mode ligne.

Ces programmes furent écrits sous plusieurs langages successifs :

  • dans le langage d'assemblage du PDP-7 vers 1970 ;
  • dans le langage d'assemblage du PDP-11 en 1971 (selon la version anglaise de cette page) ou 1973 (selon la page de manuel de roff) ;
  • en langage C en 1975, lorsque Brian Kernighan a rejoint l'équipe de développement de roff.

Après le décès d'Ossanna en 1977, Kernighan continua le projet et écrivit le programme ditroff convertissant un fichier ASCII en un fichier binaire indépendant du périphérique (Device Independant).

troff dispose de plusieurs jeux de macro commandes[1] pour rédiger les pages de manuel (man) des lettres ou des articles. On peut citer

  • Les macros '-me' créées par Eric P. Allman à UC Berkeley pour rédiger des articles ou des livres[2].
  • Les macros '-ms' créées à Bell Labs pour rédiger des articles.[3],[4]
  • Les macros '-mm' créées aussi à Bell Labs, qui permettent de rédiger également des lettres[3],[4].
  • Les macros '-mv' créées à Bell Labs pour préparer des diapositives[4].
  • Les macros '-mom' créées par Peter Schaffter pour rédiger des livres.

Plusieurs préprocesseurs[4],[3] sont disponibles pour formater des tables (tbl) des équations (eqn), des formules chimiques (chem) ou insérer des références bibliographiques (refer). Le préprocesseur[4] pic permet d'insérer des graphiques décrits par un langage de commande, et grap permet d'insérer des graphiques[4].

On enchaîne les préprocesseurs en se servant des pipes Unix pour générer un fichier à partir du fichier source, comme dans cet exemple:

refer fichier.ms| tbl | eqn | groff-ms -Tpdf > fichier.pdf

GNU : groffModifier

Le programme groff (GNU roff), écrit par James Clark, est aujourd'hui le clone de roff/troff/ditroff le plus répandu. Il émule tous ces programmes et y ajoute quelques fonctionnalités originales.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Louis Roos, Le Traitement de texte avec UNIX : troff et nroff, Armand Colin, (ISBN 2-200-21259-3 et 978-2-200-21259-9, OCLC 27424276, lire en ligne)
  2. Eric P. Allman, « Writing Papers with NROFF using −me »
  3. a b et c Tim O'Reilly et Dale Dougherty, Unix Text Processing, Indianapolis, IN, USA, Hayden books, (ISBN 0-672-4629 1-5, lire en ligne)
  4. a b c d e et f American Telephone and Telegraph Company, UNIX System V documentor's workbench : reference manual., Prentice Hall, (ISBN 0-13-943580-8 et 978-0-13-943580-5, OCLC 19860970, lire en ligne)