Roesbrugge-Haringe

section de Poperinge, Belgique

Roesbrugge-Haringe
Blason de Roesbrugge-Haringe
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale
Arrondissement Ypres
Commune Poperinge
Code postal 8972
Zone téléphonique 057
Démographie
Population 1 068 hab. (01/01/2007)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 55′ nord, 2° 37′ est
Superficie 1 160 ha = 11,60 km2
Localisation
Localisation de Roesbrugge-Haringe
Localisation de Roesbrugge-Haringe au sein de Poperinge
Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale
Voir sur la carte administrative de Flandre-Occidentale
City locator 14.svg
Roesbrugge-Haringe
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Roesbrugge-Haringe
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Roesbrugge-Haringe

Roesbrugge-Haringe est une section de la ville belge de Poperinge située en Région flamande dans la province de Flandre-Occidentale.

GéographieModifier

Voici une vue panoramique de l'ancien village de Roesbrugge.

 
Roesbrugge

HistoireModifier

PatrimoineModifier

  • Abbaye de la Nouvelle-Plante
    Elle existe sous le patronage de Notre-Dame. Établie à l'origine à Roesbrugge, l'abbaye a été transférée à Ypres en 1588[1].
  • L'église et la paroisse de Roesbrugge portent le nom de Saint-Martin (en néerlandais : Sint-Martinus). L'église est construite entre 1806 et 1837. L'église Saint-Martin etait à l'origine une église romane dont il reste des arcs, sa tour et sa crypte, découverte lors de la restauration de 1976.  L'orgue (1778) a été construit par le célèbre facteur d'orgue de Peteghem de Gand avec des sculptures d'Elshoecht de Bergues.  Située à la frontière franco-belge, cette zone était le champ de contrebande pour les passeurs, « blauwers ». Le Karel de Blauwermonument (R. Ryon, 1980) rend hommage à cette épopée, au cours de laquelle les habitants ont tenté de adoucir leur dure existence quotidienne à travers cette profession en marge.

Notes et référencesModifier

  1. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, p. 30.