Ouvrir le menu principal

Rodica Ojog-Brașoveanu

écrivaine roumaine
Rodica
Ojog-Brașoveanu
Naissance
Bucarest, Drapeau de la Roumanie Roumanie
Décès (à 63 ans)
Bucarest, Drapeau de la Roumanie Roumanie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Roumain
Genres

Rodica Ojog-Braşoveanu, née le à Bucarest et morte le (à 63 ans) à Bucarest, est une romancière roumaine. Elle est considérée comme l’« Agatha Christie de Roumanie », son œuvre étant principalement composée de romans policiers.

Sommaire

BiographieModifier

Fille d’Ana et de Victor Ojog, elle naît dans une famille d’intellectuels aisés. Sa mère est professeure et son père est avocat et député libéral. Dès leur arrivée au pouvoir après la Seconde Guerre mondiale, les communistes s’en prennent rapidement à eux et l’enfance de Rodica Ojog-Braşoveanu connaît de nombreuses privations.

Inscrite dès l’âge de six ans à l’école « La maison du français », elle y révèle un goût et un remarquable talent pour la langue française à laquelle elle restera profondément attachée. Elle entre au lycée en 1948, puis, en 1955, elle devient étudiante à la Faculté de Droit de Bucarest. Toutefois, elle en est expulsée en 1956, accusée de soutenir la révolte anticommuniste de Budapest. Elle ne sera réhabilitée qu’en 1962, à la suite d'une année de travail comme ouvrière non qualifiée dans une usine de médicaments. Elle épouse l’acteur Cosma Braşoveanu en 1963 et reprend ses études de Droit, cette fois-ci à Iaşi, et les termine en 1967, à Bucarest. Dès 1968, elle commence une carrière d’avocate.

Elle meurt en 2002, à la suite de graves problèmes pulmonaires[1].

Son œuvreModifier

Ses romansModifier

Après un premier début en 1969 avec un scénario pour la télévision, Rodica Ojog-Braşoveanu commence l’écriture d’un roman policier sur les insistances de son mari. Il est publié en 1971 sous le titre Moartea semnează indescifrabil (La Mort a une signature indéchiffrable), aux Éditions Albatros. À la suite du succès retentissant de ce premier roman, elle choisit de se consacrer à l’écriture et finit progressivement par cesser son activité d’avocate.

Sont souvent considérés comme ses romans les plus réussis : Un sourire au cyanure (1975), dans lequel, comme dans Bonsoir, Melania ! (1975) qui lui fait suite, s’enchaîne des situations cocasses autour du vol de deux tableaux célèbres ; Un plan diabolique, dont la parfaite construction et le rythme alerte égalent les grands rebondissements que l’on retrouve chez les maîtres du genre ; ses romans historiques loués pour l’utilisation très habile de la langue de l’époque…

Ses romans sont très appréciés pour leur humour et, tout particulièrement, leur ironie, leurs personnages atypiques, la description fine et amusante de la société roumaine (quelle que soit l’époque de l’action), le rythme alerte du récit et de la phrase[2].

Personnages célèbresModifier

Le personnage le plus connu de l’œuvre de Rodica Ojog-Braşoveanu est très certainement Melania Lupu, une espiègle grand-mère, mi-détective mi-délinquante, à qui l’auteur donne un confident – le matou Mirciulica. L’autre personnage le plus célèbre est très certainement Minerva Tutovan, une ancienne professeure de mathématiques devenue commissaire, particulièrement rigoureuse dans ses enquêtes et disposant d’un talent remarquable pour les déguisements. Elle a pour compagnon le caniche Spiridon mais elle travaille surtout avec le jeune inspecteur Dobrescu, qui est aussi un de ses anciens élèves.

InfluencesModifier

Ses auteurs favoris sont Edgar Wallace, Georges Simenon, Karl May, et parmi les auteurs roumains Theodor Constantin et Haralamb Zinca. Elle fut surnommée par la critique l’« Agatha Christie de Roumanie », la romancière britannique étant d’ailleurs l’une des sources d’inspiration les plus évidentes de ses livres. En outre, à l’instar de l’auteur britannique, Rodica Ojog-Braşoveanu a pu vivre de son écriture pendant toute sa carrière, ses romans se vendant à des tirages fabuleux[3].

RayonnementModifier

Aujourd’hui encore, ses romans sont fréquemment réédités. En 2012, à l’occasion des dix ans de sa disparition, toute son œuvre a été republiée dans une collection de luxe aux éditions Nemira.

ŒuvreModifier

(Titres en roumain)

RomansModifier

Série policière Minerva TutovanModifier

  • 1972 – Spionaj la mânăstire
  • 1973 – Omul de la capătul firului
  • 1974 – Minerva se dezlăntuie
  • 1974 – Plan diabolic
  • 1982 – Nopti albe pentru Minerva
  • 1977 – Panica la căsuta cu zorele (réédité en 1999 sous le titre Stilet cu șampanie)
  • 1986 – Violeta din safe

Série policière Melania LupuModifier

  • 1975 – Cianură pentru un surâs
  • 1975 – Bună seara, Melania !
  • 1979 – 320 de pisici negre
  • 1984 – Anonima de miercuri
  • 1987 – Disparitia statuii din parc
  • 1992 – O crima à la Liz Taylor

Autres romansModifier

  • 1971 – Moartea semnează indescifrabil (policier)
  • 1971 – Enigmă la mansardă (policier)
  • 1973 – Cocoşatul are alibi (policier)
  • 1976 – Agentul secret al lui Altân-bey (historique)
  • 1977 – Ancheta în infern (policier)
  • 1978 – Al cincelea as (espionnage historique)
  • 1978 – Logofîtul de taina (historique)
  • 1980 – Ochii jupânitei (historique)
  • 1981 – Stafeta (réédité sous le titre O bombă pentru revelion en 1999) (policier)
  • 1981 – Letopisetul de argint (historique)
  • 1983 – Intalnire la Élysée (policier historique)
  • 1985 – Apel din necunoscut (policier)
  • 1988 – Vulturl dincolo de cornul lunii (historique)
  • 1990 – Sa nu ne uitam la ceas (espionnage historique)
  • 1990 – A inflorit liliacul (policier historique)
  • 1991 – Crimă prin mica publicitate (policier)
  • 1992 – Coşmar (policier)
  • 1994 – Cutia cu nasturi (policier)
  • 1998 – Poveste imorală (policier)
  • 1998 – Un blestem cu domiciliul stabil (policier)
  • 1999 – Telefonul din bikini (policier)
  • 2001 – Răzbunarea sluţilor (policier)
  • 2002 – Necunoscuta din congelator (policier)

Recueils de nouvellesModifier

  • 2000 – Grasa si proasta (recueil de nouvelles)
  • 2000 – Barbaţii sunt niste porci (recueil de nouvelles)

Scénarios ou adaptations pour la télévision et le cinémaModifier

  • 1969 – Crima din Cismigiu (TV)
  • 1981 – Santaj
  • 1984 – A doua varianta (TV)
  • 1995-1996 – Douasprezece (douze scénarios), Enigma (TV)
  • 1998 - Poveste imorala (série TV)

Notes et référencesModifier

  1. Cet article s'appuie essentiellement sur la biographie publiée par la nièce de Rodica Ojog-Braşoveanu : Elle a été l’« Agatha Christie de Roumanie » (A fost Agatha Christie a României) publiée en 2003, aux Éditions Kullusys, Bucarest
  2. http://www.crispedia.ro/Rodica_Ojog-Brasoveanu
  3. Interview de Rodica Ojog-Brașoveanu sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=rBZr1D0a_FU

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Madalina Ojog-Pascu, A fost Agatha Christie a României, Bucarest, Éditions Kullusys, 2003.

Article connexeModifier

Liens externesModifier