Rockets de Houston

équipe de basket-ball américaine
(Redirigé depuis Rockets de San Diego)
Rockets de Houston
Logo du Rockets de Houston

Généralités
Noms précédents Rockets de San Diego
1967–1971
Fondation 1967
Couleurs
Salle Toyota Center
18 300 places
Siège Flag of Houston, Texas.svg Houston
Drapeau du Texas Texas
Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnat actuel NBA
Manager Daryl Morey
Entraîneur Mike d'Antoni
Palmarès principal
National[1] 2
1994, 1995

Maillots

 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 des Rockets de Houston
0

Le club des Rockets de Houston (en anglais : Houston Rockets, « les fusées de Houston ») est une franchise de basket-ball de la National Basketball Association (NBA) basée à Houston dans l'État du Texas. Ils concourent dans la NBA en tant qu’équipe membre de la conférence Ouest, au sein la division Sud-Ouest de la ligue. L’équipe joue ses matchs à domicile au Toyota Center, situé au centre-ville de Houston.

L’équipe a été créée en 1967 sous le nom de Rockets de San Diego, une équipe d’expansion basée à l’origine à San Diego. En 1971, les Rockets déménagé à Houston.

Lors de la draft 1968, les Rockets ont reçu le premier choix et sélectionné Elvin Hayes, qui mènerait l’équipe à sa première apparition en playoffs dans sa saison rookie. Lors de la saison 1976-1977, ils ont récupéré Moses Malone qui a remporté deux fois le titre de Most Valuable Player (MVP) avec les Rockets et a mené Houston à la finale de la conférence Est dans sa première année avec l’équipe. En 1981, menés par Malone, les Rockets ont fait leur première apparition en finales NBA où ils perdront en six matchs contre les Celtics de Boston, menés par Larry Bird, Robert Parish, et le futur entraîneur des Rockets, Kevin McHale.

Dans la draft 1984, une fois de plus avec le premier choix, les Rockets ont sélectionné Hakeem Olajuwon, qui deviendrait la pierre angulaire de la période la plus réussie de l’histoire de la franchise. Jumelés à Ralph Sampson, ils ont formé l’une des raquettes les plus grandes de la NBA. Surnommées les « Twin Towers », elles ont mené l’équipe à la finale de la NBA en 1986, où Houston a de nouveau été vaincue par les Celtics de Boston. Rudy Tomjanovich a pris la relève en tant qu’entraîneur au milieu de la saison 1991-1992, inaugurant ainsi la période la plus réussie de l’histoire de la franchise. Menés par Olajuwon, les Rockets ont dominé la saison 1993-1994 et se sont rendus en finales NBA en 1994 et ont remporté le premier titre de la franchise contre Patrick Ewing et les Knicks de New York. Au cours de la saison suivante, renforcés par un autre All-Star, Clyde Drexler, les Rockets ont récidivé en finales contre le Magic d'Orlando, dirigé par un jeune Shaquille O'Neal et Penny Hardaway, afin de remporter le titre en 1995.

Les Rockets du début des années 2000, menés par les superstars Tracy McGrady et Yao Ming, ont réalisé de bonnes saisons régulières mais de mauvaises campagnes de playoffs. Après la retraite anticipée de Yao en 2011, les Rockets sont entrés dans une période de reconstruction. L’acquisition de James Harden en 2012 a relancé les Rockets dans la course au titre au milieu des années 2010.

Moses Malone, Hakeem Olajuwon, et James Harden ont été remportés le titre de MVP de la saison régulière tout en jouant pour les Rockets, pour un total de quatre prix MVP à eux trois.

Historique de la franchiseModifier

1967-1971 : Débuts à San DiegoModifier

 
Durant les années à San Diego, ils jouent à la San Diego Sports Arena

Les Rockets ont été fondées en 1967 à San Diego par Robert Breitbard, qui a payé un droit d’entrée de 1,75 million de dollars pour rejoindre la NBA en tant qu’équipe d’expansion pour la saison 1967-1968 en compagnie des Supersonics de Seattle. Breitbard a fait venir Jack McMahon, alors entraîneur des Royals de Cincinnati, pour endosser le rôle d’entraîneur et de manager général des Rockets. Lors de la draft 1967, l'équipe choisit le désormais mythique joueur puis entraineur, Pat Riley. Leur première victoire s'est symboliquement produite contre les SuperSonics de Seattle sur le score de 121-114 où Johnny Green a enregistré 30 points et 25 rebonds pour les Rockets. Le match suivant, les Supersonics tiennent une avance de 15 points sur la première mi-temps contre les Rockets, puis ces derniers ont entamé un retour pour forcer la prolongation. Cependant, les SuperSonics seont remporté le match, 117-110. Art Williams a enregistré le tout premier triple-double de l’histoire de la franchise avec 17 points, 15 rebonds et 13 passes décisives pour les Rockets. Les Rockets ont perdu 67 matchs au cours de leur saison inaugurale, un record NBA pour le nombre de défaites au cours d’une saison à l’époque.

En 1968, après que les Rockets eurent gagné un tirage au sort contre les Bullets de Baltimore pour déterminer qui aurait le premier choix de la draft 1968, ils ont choisi Elvin Hayes. Hayes a amélioré le bilan des Rockets à 37 victoires et 45 défaites, assez pour faire une première apparition en séries éliminatoires en 1969, mais les Rockets ont perdu en demi-finale de la division Ouest contre les Hawks d'Atlanta, 4-2. Malgré les ajouts de Calvin Murphy et de Rudy Tomjanovich, les Rockets ont enregistré un bilan de 67-97 au cours des deux saisons suivantes et n’ont pas fait les playoffs. En raison de la faible fréquentation, Breitbard a cherché à vendre l’équipe.

1971-1976 : Déménagement à Houston et premières saisonsModifier

En 1971, Texas Sports Investments achète la franchise pour 5,6 millions de dollars et l'équipe déménage à Houston. La franchise est devenue la première équipe de la NBA au Texas et le surnom "Rockets" a pris encore plus d’importance après le déménagement, compte tenu de la connexion de Houston à l’industrie spatiale.

Avant le début de la saison 1971-1972, Alex Hannum part pour les Rockets de Denver de l’American Basketball Association et Tex Winter est embauché à sa place. Lors des six premiers matchs de la saison, les Rockets les ont tous perdu avec un écart d’environ 15 points par match. Leur première victoire de la saison est venue le 26 octobre 1971, avec une victoire 104-103 sur les Pistons de Détroit. Ensuite, les Rockets ont perdu 8 matchs successivement. Cependant, des affrontements entre Winter et Hayes, en raison d’un système qui était en contraste avec le style offensif auquel Hayes était habitué, ont poussé Hayes à demander un échange, en partant pour les Bullets de Baltimore à la fin de la saison.

C’est aussi à cette époque que les Rockets dévoilent leur classique logo jaune et rouge et les uniformes utilisés jusqu’à la fin de la saison 1994-1995. Winter est parti après une série de dix défaites, et a été remplacé par Johnny Egan. Egan a mené les Rockets à nouveau vers les playoffs en 1975, où la franchise a également remporté le premier tour contre les Knicks de New York, perdant par la suite contre les Celtics de Boston en 5 matchs. À cette époque, les Rockets ont gagné en popularité à Houston.

1976-1984 : L'ère MaloneModifier

Au cours de la saison 1975-1976, les Rockets ont finalement eu une salle permanente à Houston alors qu’ils s’installaient dans The Summit pour les 29 années suivantes. Au cours de la période, la franchise a été détenue par Kenneth Schnitzer, développeur de la Greenway Plaza. Après avoir raté les playoffs 1976, Tom Nissalke a été embauché comme entraîneur, et a ajouté au sein de l'effectif John Lucas et un pivot tel que Moses Malone, qu’il avait entraîné dans l’ABA. Les ajouts ont eu un impact immédiat, les Rockets de 1976-1977 remportant la division centrale et allant jusqu’à la finale de la conférence Est, perdant contre les 76ers de Philadelphie de Julius Erving en 6 matchs. La saison suivante a vu l’équipe régresser à seulement 28 victoires en raison d’une blessure du capitaine Rudy Tomjanovich, qui a reçu de nombreuses fractures au visage après avoir été frappé par Kermit Washington des Lakers de Los Angeles[2]. Après avoir échangé Lucas contre les Warriors de Golden State en échange de Rick Barry, les Rockets sont retournés aux séries éliminatoires en 1979, avec Moses Malone qui a reçu le titre de MVP en 1979, mais l’équipe a été éliminée 2-0 par Atlanta au premier tour. Nissalke a été congédié et l’adjoint Del Harris a été promu entraîneur.

En 1979, George Maloof, un homme d’affaires d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique, a acheté les Rockets pour 9 millions de dollars. Il décède l’année suivante et, tandis que la famille Maloof manifestait de l’intérêt pour la vente de l’équipe, le fils de 24 ans, George Gavin, reprit les Rockets. Un acheteur a finalement été trouvé en 1982, puisque Charlie Thomas et Sidney Shlenker ont acheté la franchise pour 11 millions de dollars. Les Maloofs seraient plus tard propriétaires des Kings de Sacramento de 1998 à 2013. La période Maloof a marqué la première période dominante des Rockets, soulignée par la première apparition de l’équipe en finales NBA en 1981. Avant la saison 1980-1981, l’arrivée des Mavericks de Dallas a mené à un réalignement de la NBA qui a renvoyé les Rockets dans la Conférence Ouest. Houston s’est qualifié pour les playoffs au dernier match de la saison avec un bilan de 40-42. Lors des playoffs, les Rockets ont battu les Lakers de Los Angeles, puis leurs rivaux dans l’état, les Spurs de San Antonio, et les Kings de Kansas City pour devenir seulement la deuxième équipe dans l’histoire de la NBA (après les Lakers de Minneapolis en 1959) à accéder à la finale après avoir un bilan négatif en saison régulière[3]. En finales NBA, face aux Celtics de Boston de Larry Bird, les Rockets ont pris une avance dans le match 1 et ont remporté le match 2 au Boston Garden. Cependant, par la suite, l’équipe n’a pas réussi à capitaliser sur le succès précoce contre les Celtics, et a finalement perdu en six matchs.

Alors que le nouveau propriétaire Charlie Thomas exprimait son intérêt pour le renouvellement de Moses Malone, qui était de nouveau MVP en 1982, les Rockets l’ont échangé contre les 76ers de Philadelphie pour Caldwell Jones, car une économie régionale en déclin a rendu les Rockets incapables de payer le salaire de Malone[4]. Les Rockets ont alors terminé avec le pire bilan de la ligue à 14-68. L’entraîneur des Celtics, Bill Fitch, a été embauché pour remplacer Del Harris et l’équipe a remporté le premier choix de la draft 1983, utilisé pour sélectionner Ralph Sampson. Sampson a eu une bonne production et a reçu le titre de rookie de l’année, mais les Rockets ont quand même terminé derniers au classement général, obtenant à nouveau le premier choix de la draft 1984.

1984-2001 : L'ère OlajuwonModifier

1984-1987 : Les "Twin Towers"Modifier

Avec ce premier choix lors de la draft 1984, la franchise sélectionne Hakeem Olajuwon, joueur issu de l'Université locale de Houston. Il finira 2e à l'élection de rookie de l'année derrière l'intouchable Michael Jordan. Le bilan des Rockets s’est amélioré de 19 victoires, ce qui est suffisant pour revenir en playoffs en tant que troisième meilleure équipe de l’Ouest, où ils ont été éliminés par le Jazz de l'Utah. Le duo Olajuwon-Sampson a reçu beaucoup d’éloges et a été surnommé "Twin Towers". La saison suivante, Houston remporte le titre de la division Midwest avec un bilan de 51-31. Les playoffs suivants ont vu les Rockets balayer les Kings de Sacramento, puis une série de six matchs difficiles face à Alex English et les Nuggets de Denver, enfin gagner la finale de conférence face aux Lakers de Los Angeles, champions en titre. Les finales NBA 1986 ont une fois de plus les Rockets face aux Celtics de Boston. Les Celtics ont remporté les deux premiers matchs à Boston, donné aux Rockets leur seule défaite à domicile en playoffs cette saison dans le match 4, et a remporté le titre où Bird a réalisé un triple-double sur le match 6.

L’équipe a connu un mauvais début de saison 1986-1987, alors que les joueurs se blessent ou sont suspendus pour consommation de cocaïne, et pendant les playoffs, ils ont été défaits en demi-finale de conférence par les SuperSonics de Seattle en six matchs. Le dernier match, en double prolongation, a vu Olajuwon marquer 49 points, 25 rebonds et 6 contres lors de la défaite.

Au début de la saison 1987-1988, Sampson, qui avait signé un nouveau contrat, a été échangé aux Warriors de Golden State, ce qui a mis fin à l’ère des Twin Towers seulement 18 mois après leur apparition en finale. La carrière prometteuse de Sampson a été écourtée en raison de blessures chroniques au genou, ce qui l’a forcé à prendre sa retraite en 1991.

1987-1993 : Années difficilesModifier

Au cours des cinq saisons suivantes, les Rockets n’ont pas réussi à se qualifier pour les playoffs ou ont été éliminés au premier tour. La première élimination en 1988 a conduit à la destitution de Bill Fitch, Don Chaney le remplaçant comme entraîneur. Chaney a connu sa meilleure saison en 1990-1991, où il a été nommé entraîneur de l’année après avoir mené les Rockets à un bilan de 52-30 malgré l’absence d’Olajuwon en raison de blessures pendant 25 matchs. Malgré les chiffres habituels d’Olajuwon, la formation décevante n’a pas su exceller. Cependant, les tentatives de reconstruction du noyau de l’équipe ont intégré des joueurs qui auront plus tard un certain impact, tels que Kenny Smith, Vernon Maxwell, Robert Horry, Mario Elie, Sam Cassell et Otis Thorpe.

Au milieu de la saison 1991-1992, avec le bilan de seulement 26-26, Chaney est congédié et remplacé par son assistant Rudy Tomjanovich, lui-même ancien joueur de Houston. Bien que les Rockets n’aient pas participé aux playoffs, l’arrivée de Tomjanovich a été considérée comme un pas en avant. Au cours de la saison suivante, les Rockets ont amélioré leur bilan de 13 victoires, obtenant le titre de division, et remportant leur première série éliminatoire en 6 ans en battant les Clippers de Los Angeles, avant une élimination par les SuperSonics de Seattle dans une défaite en prolongation d'un match 7 très disputé.

1993-1995 : Titres NBA consécutifsModifier

Le 30 juillet 1993, Leslie Alexander a acheté les Rockets pour 85 millions de dollars. La saison 1993-1994, deuxième année complète de Tomjanovich en tant qu’entraîneur, les Rockets ont démarré la saison avec 15 victoires consécutives. Leur première défaite de la saison a eu lieu le 3 décembre 1993, lorsque les Hawks d'Atlanta, menés par Dominique Wilkins avec 27 points, ont défait les Rockets, 133-111. Les Rockets avaient ensuite remporté leurs 16 premiers matchs sur 17, égalant les Capitols de 1948-1949 pour le meilleur début de 17 matchs dans une saison. Le 9 décembre, Olajuwon a enregistré 28 points, 16 rebonds et 4 contres alors que les Rockets battaient le Heat de Miami en prolongation pour remporter leur 18e match de la saison. Menés par Olajuwon, qui a été nommé MVP et défenseur de l'année, les Rockets ont remporté 58 matchs, un record de franchise à l’époque. Après avoir rapidement éliminé les Trail Blazers de Portland en quatre matchs, ils ont ensuite affronté les Suns de Phoenix, menés par Charles Barkley. Dans les deux premiers matchs, les Rockets se sont inexplicablement effondrés pour permettre aux Suns de prendre une avance de 2 à 0 en revenant à Phoenix. Les journaux locaux ont étiqueté Houston comme "Choke City", que les Rockets ont pris à coeur et sont finalement revenus pour gagner la série en sept matchs. "Choke City" est alors devenu "Clutch City". Les Rockets ont ensuite rapidement défait John Stockton et Karl Malone du Jazz de l'Utah en cinq matchs pour avancer à leur troisième finale NBA. Les Knicks de New York ont pris une avance de 3-2, mais les Rockets ont remporté les deux derniers matchs sur leur terrain et remporté le premier titre NBA de l’histoire de la franchise. Olajuwon a obtenu le titre de MVP des Finales, après avoir obtenu en moyenne 27 points, 9 rebonds et 4 contres par match.

Les Rockets ont d’abord connu des difficultés au cours de la première moitié de la saison 1994-1995, qu’ils ont corrigées en envoyant Otis Thorpe aux Trail Blazers de Portland en échange de Clyde Drexler. Avec seulement 47 victoires, les Rockets ont participé aux playoffs en tant que 6e tête de série de la conférence Ouest. Malgré tout, une solide campagne a permis aux Rockets de battre les trois meilleures équipes de l’Ouest – le Jazz, les Suns et les Spurs – pour atteindre leur deuxième finale consécutive, cette fois contre le Magic d'Orlando, mené par Shaquille O'Neal et Penny Hardaway. Lorsque Houston a remporté la série finale en quatre matchs, ils sont devenus la première équipe de l’histoire de la NBA à remporter le titre en étant classé 6e de sa conférence. Olajuwon a de nouveau été élu MVP des Finales, devenant seulement le deuxième joueur, après Michael Jordan, à remporter ce prix deux années de suite. C’est sur le sol de The Summit que Rudy Tomjanovich a déclaré : « Ne sous-estimez jamais le cœur d’un champion ! »[5].

1995-2002 : L'après titre et reconstructionModifier

Pendant l'intersaison, les Rockets ont changé d’identité visuelle, faisant du bleu marine et de l’argent les nouvelles couleurs primaires tout en adoptant un nouveau logo inspiré d'une bande dessinée et des maillots rayés. Les Rockets remportent 48 matchs lors de la saison 1995-1996, au cours de laquelle Olajuwon devient le meilleur contreur de l'histoire de la NBA. Les playoffs ont vu les Rockets battre les Lakers de Los Angeles avant d'être balayé par les SuperSonics de Seattle.

Avant le début de la saison suivante, les Rockets ont envoyé quatre joueurs aux Suns de Phoenix en échange de Charles Barkley. Le « Big Three » Olajuwon-Drexler-Barkley a résulté d'une belle saison avec un bilan de 57-25, allant jusqu’à la finale de la conférence Ouest avant de perdre contre le Jazz de l'Utah, 4-2, avec un tir spectaculaire à la dernière seconde de John Stockton.

La saison 1997-1998 a été marquée par des blessures, et Houston a terminé à 41-41 avec la 8e place dans la conférence, ce qui a mené à une autre élimination par le Jazz. Drexler a pris sa retraite après la saison et les Rockets ont acquis Scottie Pippen pour le remplacer.

Lors du lock-out de la saison 1998-1999, les Rockets ont perdu contre les Lakers de Los Angeles lors du premier tour des playoffs. Après la draft de 1999, les Rockets ont réaliser un transfert pour le deuxième choix, Steve Francis, des Grizzlies de Vancouver, en échange de quatre joueurs et d’un premier choix de draft. Cependant, après que Houston eut échangé Pippen, mécontent, contre les Trail Blazers de Portland, et que Barkley eut subi une blessure qui a mis fin à sa carrière, les Rockets ont eu un bilan de 34-48 et raté les playoffs pour la deuxième fois seulement en 15 ans.

Lors de la saison 2000-2001, les Rockets ont atteint un bilan de 45-37. Cependant, dans une conférence Ouest compétitive où sept équipes ont remporté 50 matchs, cela a laissé les Rockets deux victoires hors des playoffs. Au cours de l'intersaison, Olajuwon âgé 38 ans, a demandé un transfert et, bien qu’ils aient exprimé le désir de le garder, les Rockets ont conclu un accord l’envoyant aux Raptors de Toronto.

La saison 2001-2002, première sans Hakeem en deux décennies, n’a pas été remarquable, et les Rockets n’ont remporté que 28 victoires.

Les années 2000 : L'ère Ming-McGradyModifier

Après que Houston ait reçu le premier choix de la draft 2002, ils ont choisi Yao Ming, un pivot chinois de 2,29 m. Les Rockets ont raté les playoffs 2003 d’un seul match, améliorant leur bilan de 15 victoires.

La saison 2003-2004 a marqué l’arrivée des Rockets dans une nouvelle salle, le Toyota Center, une refonte de leurs uniformes et de leur logo, et leur première saison sans Rudy Tomjanovich, qui a démissionné de son poste d’entraîneur après avoir reçu un diagnostic de cancer de la vessie. Menés par l’ancien entraîneur des Knicks de New York, Jeff Van Gundy, les Rockets ont terminé la saison régulière avec un bilan de 45-37, remportant leur première place en playoffs depuis 1999, perdant de nouveau contre les Lakers de Los Angeles au premier tour.

Pendant l'intersaison, Houston a connu des changements majeurs dans l'effectif lorsque les Rockets ont acquis Tracy McGrady dans un échange de sept joueurs avec le Magic d'Orlando. McGrady et Yao Ming ont formé un bon duo qui a aidé les Rockets à remporter 22 matchs consécutifs dans la saison 2007-2008, qui était à l’époque la 3e série de victoires la plus longue de l’histoire de la NBA. Malgré tout, le duo était sujet aux blessures – des 463 matchs de la saison régulière pour lesquels ils étaient coéquipiers, Yao en a raté 146 et McGrady 160 – et n’a remporté aucune série éliminatoire. Après l’élimination de 2007, Van Gundy a été congédié et les Rockets ont embauché Rick Adelman pour le remplacer.

Pour la saison 2008-2009, les Rockets ont signé l'ailier Ron Artest. Alors que McGrady n’a joué que la moitié des matchs avant de subir une intervention chirurgicale, les Rockets ont terminé la saison à 53-29, ce qui est suffisant pour la cinquième place de la conférence Ouest. Pendant les playoffs, les Rockets ont battu les Trail Blazers de Portland 4-2, remportant leur série depuis 1997. Cependant, lors du second tour contre les Lakers de Los Angeles, les Rockets ont perdu 4-3 et Yao Ming a subi une autre blessure, cette fois une fracture du pied gauche.

2009-2012 : ReconstructionModifier

Au cours de la saison 2009-2010, les Rockets ont vu les départs d’Artest pendant l'intersaison et de McGrady, Joey Dorsey et Carl Landry pendant les échanges de mi-saison. Malgré l'apport de Kevin Martin, arrivé des Kings de Sacramento, et Aaron Brooks, qui sera finalement élu comme le joueur ayant eu la meilleure progression de l'année, les Rockets n’ont pas pu se rendre aux playoffs, terminant à 42-40, 3e dans la division Sud-Ouest. Les Rockets ont terminé également neuvième de la conférence Ouest pour les deux saisons suivantes, tandis que Yao Ming sera victime de blessures et prendra sa retraite dans l'intersaison 2011. Lors du lock-out de 2011, Adelman est renvoyé et le manager général, Daryl Morey décide de commencer une refonte des Rockets basé sur l'analyse des statistiques avancées. Kevin McHale a été nommé entraîneur, et l'effectif a connu des changements importants.

Depuis 2012 : L'ère HardenModifier

Après les mouvements de l'effectif effectués par Morey pendant l'intersaison 2012, il ne restait plus que quatre joueurs dans l'effectif des Rockets : Chandler Parsons, Greg Smith, Marcus Morris et Patrick Patterson. L’acquisition la plus importante a été le sixième homme de l’année en titre James Harden, que Morey a qualifié de joueur « fondateur » et qui devrait être le joueur vedette de Houston après un rôle de sixième homme au Thunder d'Oklahoma City[6]. Harden a eu un impact immédiat pour les Rockets, avec 37 points, 12 passes décisives, 6 rebonds, 4 interceptions dans le match d'ouverture de la saison contre les Pistons de Détroit[7] et une moyenne de 25,9 points par match pendant la saison. Combinant la performance de Harden et le jeu offensif de McHale, les Rockets sont devenus l’une des meilleures attaques de la NBA. Dans les playoffs, les Rockets sont tombés face au Thunder d'Oklahoma City au premier tour, perdant la série 4-2.

2013-2016 : Duo avec Dwight HowardModifier

Désireux d’ajouter un autre joueur de la franchise à leur équipe, les Rockets ont acquis Jeremy Lin pendant l'intersaison, le premier américain d’origine taïwanaise et chinoise à jouer au sein de la NBA. Les Rockets marquent un gros coup en officialisant l'arrivée de Dwight Howard le [8]. Menés par la nouvelle combinaison Howard-Harden, et avec un solide soutien incluant Chandler Parsons, Jeremy Lin et Ömer Aşık, les Rockets devaient se lancer dans la course au titre la saison suivante. Cependant, lors des playoffs, les Rockets ont été défaits au premier tour par les Trail Blazers de Portland, perdant la série 4-2 sur un tir au buzzer de Damian Lillard[9].

Pourtant, au cours de la saison 2014-2015, sans Lin et Parsons mais renforcés par Trevor Ariza, les Rockets ont bien commencé la saison, remportant les quatre premiers matchs de la saison pour la première fois depuis 1996-1997 et remportant chacun de leurs six premiers matchs par 10 points ou plus. C'était la première équipe à accomplir cette performance depuis les Nuggets de Denver de 1985-1986. Bien que les Rockets aient perdu de nombreux joueurs clés tout au long de la saison, James Harden a su garder les Rockets au sommet de la conférence, le transformant en candidat au titre de MVP. Il est devenu le premier Rocket à marquer 50 points dans un match depuis Hakeem Olajuwon[10], ainsi que le seul joueur de l’histoire de la franchise à enregistrer plusieurs matchs de 50 points en une saison. Le 15 avril 2015, les Rockets ont battu le Jazz pour remporter leur tout premier titre de la division Sud-Ouest et le premier titre de division depuis 1994[11]. Pendant les playoffs, les Rockets ont battu les Mavericks de Dallas, 4-1 au premier tour et ont remonté un déficit de 3-1 contre les Clippers de Los Angeles pour remporter les demi-finales de conférence et revenir en finale de conférence pour la première fois en 18 ans[12]. Lors des finales de conférence, les Rockets ont été défaits par les Warriors de Golden State, 4-1.

La saison 2015-2016 est difficile pour Houston qui accroche malgré tout les playoffs en se classant 8e de la Conférence Ouest avec un bilan neutre, 41-41, malgré un très bon James Harden à 29 points, 7,5 passes décisives et 6,1 rebonds de moyenne par match[13]. Ils rencontrent au premier tour les Warriors de Golden State, qui viennent de battre le record de victoires en saison régulière. Après 2 premières défaites, ils remportent le 3e match mais finiront par céder le 4e et le 5e et seront éliminés des playoffs[14].

Durant l'intersaison 2016, Mike D'Antoni a été nommé nouvel entraîneur des Rockets[15], et Dwight Howard a choisi de ne pas honorer sa dernière année de son contrat, devenant un agent libre[16]. Les Rockets ont alors cherché à embrasser les styles de jeu de l’entraîneur D’Antoni et Harden par les signatures de Ryan Anderson et Eric Gordon, deux joueurs axés sur le tir à trois points.

Au début de la saison 2016-2017, Harden avait pris un excellent départ et était largement considéré comme leun sérieux candidat au titre de MVP avec Kawhi Leonard, aux côtés de son ancien coéquipier Russell Westbrook. À la fin de la saison, les Rockets étaient troisièmes de leur conférence, ce qui représente une amélioration importante par rapport à la saison précédente. D’Antoni a été nommé entraîneur de l’année, Eric Gordon fût élu sixième homme de l’année, et Harden a terminé deuxième au titre de MVP derrière Russell Westbrook, qui affichait une saison historique en triple-double de moyenne, enregistrant 42 triple-doubles sur la saison, constituant un record[17]. Lors des playoffs, les Rockets ont affronté le Thunder d'Oklahoma City, remportant la série 4-1. Lors du tour suivant, Houston a commencé avec une victoire de 27 points sur les Spurs de San Antonio, mais a perdu les deux matchs suivants, puis a égalé la série à 2-2. Le cinquième match s’est poursuivi en prolongation et Manu Ginóbili a contré James Harden à la dernière seconde, donnant la victoire aux Spurs[18]. Nenê subit une blessure[19] et sans lui les Rockets n’ont pas pu maîtriser LaMarcus Aldridge, qui a marqué 34 points et pris 12 rebonds dans le match de clôture de la série[20].

En , la franchise achetée 85 millions de dollars par Leslie Alexander en 1993 est revendue à Tilman Fertitta pour la somme record de 2,2 milliards de dollars[21].

2017-2019 : Duo avec Chris PaulModifier

Durant l'intersaison, Houston réalise un gros coup en recrutant le meneur star des Los Angeles Clippers, Chris Paul permettant à la franchise d'assurer défensivement, leur plus gros point faible avant son arrivée, recrutant aussi Gerald Green des Celtics de Boston[22]. Même si Paul a raté de nombreux matchs en raison d’une blessure au genou, il a été un ajout clé aux Rockets. L’équipe a terminé la saison avec 65 victoires, un record dans l’histoire de la franchise[23]. Houston réalise une excellente saison en se classant 1er de la Conférence Ouest aux dépens des Warriors de Golden State, qui avait jusque là finit à la première place de la conférence pendant 4 ans. Cette excellente saison collective, associée à une saison individuelle statistique de haut niveau permettent à James Harden de remporter son premier titre de MVP de la saison régulière[24].

Lors des playoffs, Houston a battu les Timberwolves du Minnesota et le Jazz de l'Utah en cinq matchs avant une nouvelle confrontation avec les Warriors de Golden State. Dans le cinquième match des finales de la conférence, les Rockets ont pris une avance de 3-2 dans la série, mais ils ont vu Chris Paul finir sa saison sur une blessure aux ischio-jambiers. Son absence a été ressentie sur les deux matchs restants, où Houston a mené à la mi-temps dans le match 7 avant de subir un retour par Golden State, symbolisant l'élimination de la franchise texane[25].

Les Rockets avaient un choix de draft et l’ont utilisé pour sélectionner De'Anthony Melton, l'incluant dans un échange avec les Suns de Phoenix aux côtés de Ryan Anderson pour recevoir Brandon Knight et Marquese Chriss[26]. En période d'agent libre, ils ont signé James Ennis III, Michael Carter-Williams et Carmelo Anthony[27]. Ils ont commencé la saison avec un bilan de 1-4, et après 13 matchs ils étaient à 6-7. Houston et Anthony ont mutuellement convenu de se séparer, il a finalement été échangé aux Bulls de Chicago[28]. Après être tombé au 14e rang de la conférence Ouest, James Harden a établi une série de 32 matchs en marquant au moins 30 points par match, soit la deuxième série la plus longue de l’histoire de la NBA derrière les 65 matchs de Wilt Chamberlain, avec une moyenne de 41,1 points par match[29]. Il a mené les Rockets vers une remontée au classement et après avoir commencé la saison à 11-14, les Rockets ont terminé la saison à 42-15, remportant 20 de leurs 25 derniers matchs. Cela leur a permis de terminer 4e de la conférence. Après ce qui a été jugé être des ajustements pauvres au niveau de la période d'agents libres, en plus des blessures, Daryl Morey a établi des échanges à la date limite et a acquis Austin Rivers, Kenneth Faried, Danuel House, et Iman Shumpert. Durant la saison, ils ont battu leur propre record pour le plus grand nombre de trois points inscrits par une équipe dans un seul match avec 27 paniers[30]. Les Rockets remportent un titre de division et une place en playoffs pour une 7e apparition consécutive. Après avoir battu le Jazz de l'Utah en cinq matchs, Houston a affronté Golden State pour la 4e fois en cinq ans. La série a commencé avec des décisions arbitrales très controversées dans le premier match, recevant des critiques ciblées par de nombreux fans, joueurs, managers généraux et propriétaires de la ligue[31]. Avec les deux équipes remportant leurs matchs à domicile, menant la série à 2-2, Golden State a remporté les deux matchs suivants pour éliminer les Rockets pour la deuxième année consécutive[32].

Depuis 2019 : Duo avec Russell WestbrookModifier

Durant l'intersaison 2019, Morey a procédé à une refonte de l'effectif. Dans le cadre d’un échange avec le Thunder d'Oklahoma City, les Rockets ont échangé Chris Paul, des futurs choix de draft afin d'acquérir l’ancien coéquipier de James Harden au Thunder, Russell Westbrook[33]. À l’approche de la date limite des échanges de la saison 2019-2020, les Rockets ont participé à un échange à quatre équipes, qui visait à ramener Robert Covington aux Rockets et à envoyer les pivots Clint Capela et Nenê aux Hawks d'Atlanta[34]. L'échange a été réalisé dans le but d'établir une statégie de jeu basée sur le small ball. Dans leurs douze premiers matchs depuis qu’ils ont des joueurs de moins de 2,03 mètres, les Rockets ont un bilan de 10-2. En février, les deux derniers MVP, Westbrook et Harden, sont devenus les premiers coéquipiers à inscrire chacun plus de 30 points par match depuis Shaquille O'Neal et Kobe Bryant en février 2001[35].

Identité de la franchiseModifier

PalmarèsModifier


Effectif actuelModifier

Rockets de Houston
Effectif actuel
Entraîneur :   Mike D'Antoni
Ailier / Ailier fort 5   Bruno Caboclo Pinheiros
Ailier / Ailier fort 77   DeMarre Carroll Missouri
Pivot 19   Tyson Chandler Dominguez High School
Meneur 3   Chris Clemons (R) Campbell
Ailier / Ailier fort 33   Robert Covington Tigers de Tennessee State
Arrière 21   Michael Frazier II (R) (TW) Florida
Arrière 10   Eric Gordon Indiana
Ailier fort / Pivot 32   Jeff Green Georgetown
Meneur / Arrière 13   James Harden (C) Arizona State
Ailier fort / Pivot 55   /   Isaiah Hartenstein Žalgiris Kaunas
Arrière / Ailier 4   Danuel House Texas
Ailier 52   William Howard (R) (TW) Limoges CSP
Arrière 16   Ben McLemore Kansas
Arrière 25   Austin Rivers Duke
Arrière / Ailier 18   Thabo Sefolosha Pallacanestro Biella
Ailier / Ailier fort 17   P. J. Tucker Texas
Meneur 0   Russell Westbrook UCLA
(C) - Capitaine, (R) - Rookie, (TW) - Two-way contract,   Blessé

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchiseModifier

Place Nom du joueur Pays Points
1er Hakeem Olajuwon 1984 - 2001   États-Unis 26 511
2e Calvin Murphy 1970 - 1983   États-Unis 17 949
3e James Harden 2012 -   États-Unis 17 736
4e Rudy Tomjanovich 1970 - 1981   États-Unis 13 383
5e Elvin Hayes 1968 - 1972 / 1981 - 1984   États-Unis 11 762
6e Moses Malone 1976 - 1982   États-Unis 11 119
7e Yao Ming 2002 - 2011   Chine 9 247
8e Robert Reid 1977 - 1988   États-Unis 8 823
9e Mike Newlin 1971 - 1979   États-Unis 8 480
10e Otis Thorpe 1988 - 1995   États-Unis 8 177
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records individuels de la franchiseModifier

Records individuels
Statistique Nom du joueur Nombre
Meilleur marqueur Hakeem Olajuwon 26 511 points
Meilleure moyenne Points/Match James Harden 36.1 points/match
Meilleur passeur James Harden 4447 passes décisives
Meilleure moyenne Passes/Match James Harden 11.2 passes/match
Meilleur rebondeur Hakeem Olajuwon 13 382 rebonds
Meilleure moyenne Rebonds/Match Moses Malone 15.0 rebonds/match
Meilleur contreur Hakeem Olajuwon 3 740 contres
Meilleur intercepteur Hakeem Olajuwon 2 088 interceptions
Meilleur pourcentage au tir Clint Capela 63.0 %
3 points marqués James Harden 1 876 tirs
Meilleur pourcentage à 3 points Kenny Smith 40.7 %
Lancers-francs marqués Hakeem Olajuwon 5 376 tirs
Meilleur pourcentage au lancer-franc Rick Barry 94.1 %
Matchs joués Hakeem Olajuwon 1 177 matchs
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Maillots retirésModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « With Rocket star Rudy Tomjanovich lost to his team for the - 01.02.78 - SI Vault », sur web.archive.org, (consulté le 29 avril 2020)
  3. « Page 2: Greatest playoff upsets - ESPN Page 2 », sur www.espn.com (consulté le 29 avril 2020)
  4. (en-US) Anthony Cotton, « It's Just A Matter Of Time », sur Sports Illustrated Vault | SI.com (consulté le 29 avril 2020)
  5. Avr 26 et 2011 | Nba | 0, « "Ne sous-estimez jamais le cœur d'un champion..." », sur La Grosse Balle Orange, (consulté le 29 avril 2020)
  6. (en) « Rockets GM calls Harden a 'foundational' player », sur ESPN.com, (consulté le 29 avril 2020)
  7. (en) « Rockets vs. Pistons - Box Score - October 31, 2012 - ESPN », sur ESPN.com (consulté le 29 avril 2020)
  8. « NBA: le pivot Dwight Howard quitte les Lakers pour Houston », sur LExpress.fr, (consulté le 29 avril 2020)
  9. Benoît Carlier, « Damian Lillard l'avait déjà fait : quand Dame assassinait les Rockets au premier tour des Playoffs 2014 », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  10. « Il y a cinq ans, James Harden marquait 50 points pour la première fois de sa carrière », sur Basket USA (consulté le 29 avril 2020)
  11. « Les Houston Rockets, la 2e place et maintenant... le titre NBA ? », sur Eurosport, (consulté le 29 avril 2020)
  12. Clément Hénot, « Le pire souvenir en Playoffs des Clippers : 2015, le choke de Lob City en menant 3-1 », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  13. « Joueur NBA », sur Basket USA (consulté le 28 avril 2016)
  14. (en) aliu27, « GSW mercifully end Rockets season », sur Golden State Of Mind, (consulté le 29 avril 2020)
  15. « Un contrat de trois ans pour Mike D’Antoni chez les Rockets », sur Basket USA (consulté le 29 avril 2020)
  16. « Officiel: Dwight Howard sera free agent », (consulté le 29 avril 2020)
  17. (en) « 2017 NBA Awards Complete List Of Winners », sur NBA.com (consulté le 29 avril 2020)
  18. Bastien Fontanieu, « Manu Ginobili contre James Harden pour la gagne : plus rien ne peut tuer l'Argentin », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  19. Benoît Carlier, « Fin de saison prématurée pour Nene : Clint Capela matin, midi et soir pour les Rockets », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  20. Bastien Fontanieu, « LaMarcus Aldridge a été énorme pour les Spurs : 34 points en faisant la totale aux Rockets ! », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  21. Fabrice Auclert, « Nouveau record NBA : les Rockets vendus 2.2 milliards de dollars ! », basketusa.com, (consulté le 5 septembre 2017)
  22. « L'Équipe », sur www.lequipe.fr (consulté le 29 avril 2020)
  23. Hugo Leroi, « Bilan de saison 2018, version Rockets : une saison record dans l'histoire de franchise, mais toujours pas de Finales... », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  24. « NBA Awards 2018 - James Harden élu MVP de la saison régulière ! », sur Parlons Basket, (consulté le 29 avril 2020)
  25. Giovanni Marriette, « Les Warriors s'imposent à Houston pour le Game 7 : 101-92, "don't underestimate the heart of a champion" », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  26. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Ryan Anderson envoyé aux Phoenix Suns par les Houston Rockets », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 29 avril 2020)
  27. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Carmelo Anthony a dit oui aux Houston Rockets, contrat d'un an à venir », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 29 avril 2020)
  28. Bastien Fontanieu, « Officiel : Carmelo Anthony transféré à Chicago puis immédiatement coupé, le marathon continue », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  29. Bastien Fontanieu, « Fin de série all-time pour James Harden : 32 matchs à 30 points minimum, ce fut éblouissant », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  30. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Houston Rockets : 27 trois-points sur un match, record battu », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 29 avril 2020)
  31. BasketSession com-Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos analyses, « Les Rockets fulminent après les arbitres du game 1 », sur BasketSession.com - Le meilleur de la NBA : news, rumeurs, vidéos, analyses, (consulté le 29 avril 2020)
  32. Nicolas Meichel, « Les Warriors font la spéciale, les Rockets aussi : braquage à Houston, no KD no problem pour les champions », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  33. Giovanni Marriette, « Officiel : Russell Westbrook échangé à Houston contre Chris Paul et du pick de Draft, explosion level triple-double en NBA », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  34. Bastien Fontanieu, « Officiel : Clint Capela transféré à Atlanta, Robert Covington à Houston, un trade XXL incluant Minnesota et Denver ! », sur TrashTalk, (consulté le 29 avril 2020)
  35. Breaking News, « Russell Westbrook et James Harden terminent le mois historique avec style », sur Breakingnews.fr, (consulté le 29 avril 2020)