Ouvrir le menu principal

Roche lunaire

morceau ou un échantillon de sol provenant de la Lune
Pierre lunaire ramenée par la mission Apollo 15 au Lunar Sample Laboratory Facility.

Une roche lunaire ou pierre lunaire (en anglais : Moon rock) est un morceau ou un échantillon de sol provenant de la Lune. Le terme est plus particulièrement utilisé pour désigner les roches collectées in situ par les seules missions spatiales ayant ramené des échantillons de sol de la Lune. À savoir d'une part les six missions spatiales du programme Apollo ayant atterri sur le sol lunaire, entre 1969 et 1972, et d'autre part les trois sondes spatiales soviétiques du programme Luna. Les astronautes des missions Apollo ont ramené 385 kg de matériau lunaire, formés de 2 200 échantillons de sol et de roches distincts. Les sondes spatiales soviétiques ont prélevé automatiquement 300 grammes de sol lunaire au début de la décennie 1970. Des roches lunaires ont également été trouvées à la surface de la Terre : ce sont des météorites éjectées de la surface de la Lune à la suite d'un impact ou propre à la terre mais difficile à trouver.

Sommaire

Les roches lunaires par sourceModifier

Mission
lunaire
Masse
rapportée
Année
Apollo 11 22 kg 1969
Apollo 12 34 kg 1969
Apollo 14 43 kg 1971
Apollo 15 77 kg 1971
Apollo 16 95 kg 1972
Apollo 17 111 kg 1972
Luna 16 101 g 1970
Luna 20 55 g 1972
Luna 24 170 g 1976

Les roches lunaires disponibles ont trois provenances :

  • La plus grosse quantité de roches a été ramenée par les six missions spatiales du programme Apollo ayant atterri sur le sol lunaire entre 1969 et 1972 (Apollo 11, 12, 14, 15, 16 et 17). Les astronautes américains ont ramené 2 200 échantillons de sol et de roches distincts, pour une masse totale de 382 kg ;
  • Dans une moindre mesure, les trois sondes spatiales soviétiques du programme Luna — Luna 16, 20 et 24 — ont également ramené 326 grammes d'échantillons de sol lunaire entre 1970 et 1976, prélevés de manière automatique ;
  • Les météorites lunaires constituent une troisième catégorie de roche lunaire : ce sont des roches trouvées à la surface de la Terre qui ont été éjectées de la Lune à la suite d'un impact d'un objet céleste sur le sol lunaire. Mi 2019, plus de 350 météorites de ce type, représentant une masse totale d'environ 200 kilogrammes ont été découvertes.

HistoriqueModifier

Les recherches ont permit d'identifier trois minéraux jusqu'alors inconnus, l'armalcolite[1], la tranquillityite[2] et la pyroxferroite[3],[4] qui ont cependant été retrouvés sur Terre ultérieurement.

Stockage des roches lunaires du programme ApolloModifier

 
Roche lunaire ramenée par la mission Apollo 11 au Musée mémorial de l'astronautique de Moscou.

Les roches lunaires ramenées par les missions Apollo sont stockées initialement en majorité d'abord au Lunar Receiving Laboratory (LRL) au Centre spatial Lyndon B. Johnson. En 1976, 14 % des roches sont déplacées dans un bunker de la base de l'United States Air Force de Brooks, à San Antonio, pour éviter une perte totale en cas de destruction du LRL. Ce stock secondaire de 52 kg est transféré au White Sands Test Facility lorsque la base de Brooks est fermée. Le LRL est remplacé en 1979 par le Lunar Sample Laboratory Facility, toujours au centre spatial Johnson[5].

UtilisationModifier

Le président américain Richard Nixon a donné à 135 pays et aux cinquante États américains des morceaux de Lune. Certains on été vendu, perdu ou détruit.[6]

Trois échantillons de roche lunaire rapporté par Luna 16 ont été initialement offerts à l'épouse de Sergueï Korolev. Vendu une première fois par Sotheby's pour 442 500 dollars américains en 1993[7], le lot de trois fragments est vendu 855 000 dollars, soit 751 000 euros, le lors d'une seconde vente aux enchères organisé par Sotheby's à New York, qui déclare qu'il s'agit du seul échantillon qui ne soit pas la propriété d'un gouvernement[8].

Types de roches lunairesModifier

Les mers lunaires sont principalement constituées de basaltes à olivine ou à pyroxène.

Les terres lunaires sont composées de types de roches classées en fonction de l’abondance des feldspaths (responsables de la couleur claire des terres) et des olivines : anorthosite ferreuse (FAN, ferroan anorthosite), roches magnésiennes (dunite, troctolite), roches alcalines (anorthosite alcaline, norite)[9].

Futures missions de retour d'échantillons de roches lunairesModifier

Le programme chinois d'exploration lunaire prévoit le retour d'échantillons avec la mission Chang'e 5 en 2019.

RéférencesModifier

  1. (en) « Armalcolite », sur Mindat.org (consulté le 20 juillet 2019).
  2. (en) « Tranquillityite », sur Mindat.org (consulté le 20 juillet 2019).
  3. (en) « Pyroxferroite », sur Mindat.org (consulté le 20 juillet 2019).
  4. (en) « Lunar Sample Mineralogy », sur https://curator.jsc.nasa.gov/, (consulté le 20 juillet 2019) (pdf).
  5. (en) Guy Gugliotta, « The Keepers of the Moon », New York Times, .
  6. AFP, « Que-sont-devenus-les-fragments-de-lune-rapportes-par-les-missions-apollo », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  7. Antoine Fenaux, « A New-York, on achète la lune », sur France Info, (consulté le 4 novembre 2018).
  8. AFP, « Exploration: Des fragments de roche lunaire vendus 751.000 euros aux enchères », sur 20 minutes, (consulté le 4 décembre 2018).
  9. (en) M. Norman, « The Oldest Moon Rocks », sur www.psrd.hawaii.edu, Planetary Science Research Discoveries, (consulté le 12 juin 2019).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Roches ramenées par les missions Apollo et Luna
Météorites lunaires