Roberto Castelli

politicien italien

Roberto Castelli
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Justice

(4 ans, 11 mois et 6 jours)
Président du Conseil Silvio Berlusconi
Gouvernement Berlusconi II et III
Prédécesseur Piero Fassino
Successeur Clemente Mastella
Sénateur de la République italienne
En fonction depuis le
(23 ans, 7 mois et 28 jours)
Élection 21 avril 1996
Réélection 13 mai 2001
9-10 avril 2006
13-14 avril 2008
24-25 février 2013
4 mars 2018
Circonscription Lombardie (1996-2008)
Ligurie (depuis 2008)
Législature XIIIe, XIVe, XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe
Député de la République italienne

(4 ans et 15 jours)
Élection 5 avril 1992
Réélection 27 mars 1994
Circonscription Lombardie Nord
Législature XIe et XIIe
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Lecco (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Ligue du Nord
Diplômé de École polytechnique de Milan
Profession Ingénieur

Roberto Castelli (né à Lecco le ) est un ingénieur et un homme politique italien.

BiographieModifier

Diplômé en ingénierie mécanique à l'école polytechnique de Milan, Roberto Castelli se spécialise en Angleterre et aux États-Unis. Ses études se concentrent particulièrement dans le domaine de l'acoustique, secteur dans lequel il développe des systèmes technologiques innovateurs pour réduire le bruit.

Professeur à l'école polytechnique de Milan avec un cours « Éléments de maîtrise du bruit dans les bâtiments », il a travaillé pendant 30 ans dans une entreprise avant tout comme directeur technique, puis en tant que profession libérale et entrepreneur. Actuellement il a suspendu son activité professionnelle pour se consacrer à ses postes politiques et institutionnels.

En 1986 il adhère à la Ligue lombarde, en 1990 il est le premier à être élu au conseil provincial de Côme et au conseil communal de Lecco.

Représentant de la Ligue du Nord, il est élu député pour la première fois en 1992 avec le système proportionnel, puis il est confirmé en 1994 au collège uninonimal de Lecco et en 1996 comme sénateur dans le collège à cheval entre les provinces de Lecco et de Bergame.

Aux dernières élections de 2001, il est élu sénateur dans le même collège, représentant la coalition de la Casa delle Libertà.

Du au il fut ministre de la Justice (Gouvernements Berlusconi II et III); il fut ensuite vice-ministre pour les infrastructures (gouvernement Berlusconi IV).

ThèsesModifier

Après l'acceptation par la Suisse de l'Initiative populaire « Contre la construction de minarets », il a proposé l'insertion d'une croix chrétienne au milieu du drapeau italien afin d'envoyer un signal fort pour battre l'idéologie franc-maçonne et philo-islamique qui serait diffuse y compris parmi les alliés politiques de la Ligue du nord[1].

Notes et référencesModifier

  1. Le Temps, La Ligue du Nord applaudit, par Eric Jozsef, 1 décembre 2009, p.6

Liens externesModifier