Ouvrir le menu principal

Robert de Boisfleury

journaliste français
Robert de Boisfleury
Potiron de Boisfleury, Robert Louis Henri Jean.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Grade militaire
Conflit
Distinctions

Robert Louis Henri Jean Potiron de Boisfleury, né le au château de Buchignon, à Fougeré (Vendée), et mort le à Versailles, est un journaliste et militant royaliste français[1].

FamilleModifier

La famille Potiron de Boisfleury est une famille d'ancienne bourgeoisie de Bretagne, originaire de Vigneux, dans l'actuel département de la Loire-Atlantique.

Personnalités de la famille Potiron de BoisfleuryModifier

  • Au XVIIe siècle, Maître Potiron, sénéchal du Vigneux, épouse Marie Dreux, dame de La Cruaudière.
  • Maître Pierre Potiron, sieur de La Cruaudière, sénéchal de Vigneux et de Nort-sur-Erdre, est lieutenant de Justice des juridictions de Buron et de Launay, par lettres de Marie de Rabutin-Chantal, veuve d'Henri, marquis de Sévigné en date du 28 octobre 1656. Il épouse Marguerite Vitet de La Noë.
  • César-Daniel Potiron, sieur de Boisfleury, en Guémené-Penfao , est sénéchal de sept juridictions en 1716. Il épouse en 1698, Marie Gilbert, dame de Beausoleil et de La Martelais, en Guémené-Penfao;
  • Maître Louis-Théodore Potiron, sieur de Boisfleury, né en 1702, avocat en 1733, sénéchal de la baronnie de Derval, par lettres de S.A.R. Henri de Bourbon, prince de Condé, du 2 novembre 1735. IL épouse Angélique Boussard.
  • César-Joseph Potiron de Boisfleury, né en 1834, général de division. Il épouse Henriette Levesque de Puyberneau, fille du conseiller-général Henri Levesque de Puyberneau, demeurant à Montpellier[2].

BiographieModifier

Robert Louis Henri Jean Potiron de Boisfleury est le fils du général César Joseph Potiron de Boisfleury et le petit-fils de Henri Levesque de Puiberneau.

Élève de l'École militaire de Saint-Cyr, il est promu lieutenant en 1894 et quitte l'armée en 1898. Il reprend du service en 1914 avec le grade de capitaine.

Il se rallia très tôt à l'Action française et fut l'un des premiers rédacteurs de la Revue d'Action française (1899-1908), puis de L'Action française, quotidien dirigé par Charles Maurras. Boisfleury fut l'un des plus proches collaborateurs de Maurras. Lorsqu'il mourut, il était l'administrateur délégué du quotidien qui s'était établi à Lyon durant l'occupation.

PublicationsModifier

  • L'armée et l'Ancien régime, Paris, Nouvelle Librairie nationale, "Cercle Joseph de Maistre", 1907.
  • Syndicats d'officiers, Paris, Nouvelle librairie nationale, "Études sociales et politiques", 1911.

Notes et référencesModifier

  1. http://data.bnf.fr/11839685/robert_boisfleury
  2. Henri de La Messelière, Filiations Bretonne, éd. Prudhomme, Saint-Brieuc, 1922, T-4, p.456-459

Article connexeModifier