Robert Stolz

compositeur autrichien
Robert Stolz
Description de cette image, également commentée ci-après
Buste de Robert Stolz dans le Stadtpark à Vienne, Autriche.
Nom de naissance Robert Elisabeth Stolz
Naissance
Graz, Drapeau de l'Autriche Autriche
Décès (à 94 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur
Maîtres Robert Fuchs, Engelbert Humperdinck

Robert Elisabeth Stolz est un compositeur et chef d'orchestre autrichien, né à Graz le et mort à Berlin le , connu notamment pour ses opérettes et ses musiques de film.

Robert Stolz (1961)

Biographie [1]Modifier

Petit-neveu de la soprano Teresa Stolz, Robert Stolz est né de parents musiciens à Graz. Son père était chef d'orchestre et sa mère pianiste de concert. Il a étudié au Conservatoire de Vienne avec Robert Fuchs et Engelbert Humperdinck. À partir de 1899, il occupe successivement des postes de direction d'orchestre à Maribor (Marburg), Salzbourg et Brno avant de succéder à Artur Bodanzky au Theater an der Wien en 1907 où il dirige plus de 500 fois La Veuve Joyeuse de son ami Lehar. Il y a aussi dirigé, entre autres, la première représentation de Der tapfere Soldat d'Oscar Straus en 1908. Il quitte ce théâtre en 1910 pour devenir un compositeur indépendant et chef d'orchestre. Pendant ce temps, il avait commencé à composer, avec un certain succès, des opérettes et des chansons.

Après avoir servi dans l'armée autrichienne comme musicien dans les Hoch und Deutschmeister, pendant la Première Guerre mondiale et composé des mélodies comme Wien wird erst schön bei Nacht ou Im Prater blühn wieder die Bäume, Stolz se consacre principalement au cabaret, et s'installe à Berlin en 1925. Vers 1930, il commence à composer des musiques de films, notamment pour le premier film sonore allemand Zwei Herzen im Dreivierteltakt, dont la valse est rapidement devenue un succès populaire. Certaines compositions antérieures, comme Adieu, mein kleiner Gardeoffizier, de son opérette Die lustigen Weiber von Wien ou Frag nicht warum ich gehe (reprise par Richard Tauber), ont touché un large public grâce au cinéma. On lui doit aussi 2 airs célèbres de l'Auberge du Cheval Blanc : Die ganze Welt ist himmelblau (Tout bleu, tout bleu) et Mein Liebeslied muss ein Walzer sein (Mon chant d'amour est une valse).Adieu, mein kleiner Gardeoffizier est intégré dans la version française de l'Auberge sous le titre Adieu, Adieu.

À cette époque, commencent les tracasseries du régime nazi qui s'installe à Berlin. Robert Stolz peut fournir un certificat d'aryen, ce qui n'est pas toujours le cas pour certains de ses amis artistes qui doivent alors s'exiler. Au cours de 21 voyages, entre Berlin et Vienne, il n'hésite pas à emmener avec lui, dans sa voiture, des personnes inquiétées par le régime afin de leur permettre de fuir l'Allemagne. Il continue à composer pour la scène et le cinéma : Ich liebe alle Frauen, avec Jan Kiepura (J'aime toutes les femmes avec Danielle Darrieux), Zirkus Saran et Herbstmanöver, avec Léo Slezak.

Robert Stolz, déprimé par la montée du nazisme, compose deux mélodies dédiées au peuple allemand et devenues, depuis, de véritables « lieder » populaires : Vor meinem Vaterhaus steht eine Linde (Le tilleul de ma maison natale) et Auf der Heide blühn die letzten Rosen (Les amours d'Automne) considéré par Herbert Karajan comme un des plus beaux Lieder allemands.

Avec la montée du nazisme en Allemagne Stolz retourne à Vienne, où sa chanson du film Ungeküsst sollst du nicht schlafen gehn obtient un franc succès. Prévenu par un de ses frères, quelques heures avant l'Anschluss, il fuit Vienne, pour rejoindre Zurich puis Paris, où, en 1939, il sera arrêté et interné dans le camp du stade de Colombes comme ennemi étranger. Avec l'aide de sa future épouse Yvonne Louise surnommée « Einzi », il est libéré en 1940 et gagne New York. Le , Robert Stolz est déchu de sa nationalité allemande et la totalité de ses biens confisqués par le 3e Reich.

En Amérique, Stolz atteint la célébrité avec ses concerts de musique viennoise, en commençant par Night in Vienna au Carnegie Hall. Il reçoit ainsi de nombreuses invitations à composer de la musique pour des spectacles et des films, ce qui lui vaut deux nominations aux Academy Awards : Waltzing in the Clouds du film Spring Parade est proposé pour la meilleure chanson originale en 1941, et sa partition pour le film C'est arrivé demain de René Clair a été proposée pour l'Oscar de la meilleure musique de film en 1945.

En 1946, Stolz et son épouse Einzi Stolz (1912-2004) rentrent à Vienne, où ils vécurent le reste de leur vie. Il y compose opérettes, musiques pour les revues sur glace. En 1955 sort sur les écrans de cinéma la troisième version de la Parade de Printemps (Die Deutschmeister) avec la toute jeune Romy Schneider. Au début des années 60, cette Parade voit sa version scénique créée au Volksoper de Vienne. À l'invitation de Karajan, il dirige les représentations du de la Chauve-Souris à l'Opéra de Vienne. Dans les années 1960 et 1970, il fait un certain nombre d'enregistrements d'opérettes de compositeurs comme Johann Strauss II, Franz Lehár, Emmerich Kálmán, et Léo Fall, qu'il avait connu précédemment. Ses enregistrements chez Eurodisc et chez BASF reçoivent le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros en 1972 et 1973.

 
Timbre-poste, Allemagne, 1980

En 1970, pour marquer son 90e anniversaire, il est fait citoyen d'honneur de Vienne. Il a également reçu la Grande Médaille d'honneur de Vienne. Une série de timbres-poste commémoratifs lui est consacrée.

Pendant ces années, il dirigeait avec une baguette héritée de Franz Lehár, et qui avait été initialement celle de Johann Strauss dont les initiales sont gravées en argent.

À sa mort à Berlin en 1975, Robert Stolz a reçu l'honneur de funérailles nationales dans le foyer de l'opéra national. Il est enterré près de Johannes Brahms et de Johann Strauss II au Cimetière central de Vienne, et une statue de lui a été érigée dans le Stadtpark. Une place dans le centre de Vienne porte son nom.

1980 est l'année du centenaire à travers le monde: programmes TV et radios (BBC Londres, ZDF Allemagne, AVRO Pays-Bas, ORF Autriche, RTL Luxembourg…) De nouveaux enregistrements (René Kollo, Julia Migenes), rééditions spéciales chez Polydor, Eurodisc. Des pays émettent des timbres : RFA, Corée du Nord, Saint-Marin, Autriche, Paraguay. À Vienne, le célèbre théâtre « An der Wien » présente le show Robert Stolz und sein Jahrhundert (Robert Stolz et son temps) (sur une idée et un livret du Dr Marcel Prawy, Chef-dramaturge de l'Opéra de Vienne). Parmi les nombreux concerts, citons ceux de Vienne, bien sûr, dont Frühling in Wien à la Musikverein avec l'Orchestre symphonique de Vienne qui rend cette année-là un hommage à Jacques Offenbach et Robert Stolz[1].

Quelques opérettes[2]Modifier

 
Le mémorial Robert Stolz au Prater de Vienne
  • Das Glücksmädel (1910)
  • Die Tanzgrafin (La comtesse du dancing) (1921)
  • Madi (1923)
  • Eine einzige Nacht (Une seule nuit) (1927)
  • Im weißen Rößl (L'Auberge du Cheval-Blanc) (1930), avec Ralph Benatzky
  • Wenn die kleinen Veilchen blühen (Quand fleurissent les violettes) (1932)
  • Venus in Seide (1932)
  • Zwei Herzen im Dreivierteltakt (Der verlorene Walzer) (1933)
  • Rise and Shine (1936)
  • Balalaïka (1938) avec Grun et Posford
  • One night of Love (1941)
  • Mister Strauss goes to Boston (1945)
  • Schicksal mit Musik (1946)
  • Drei von Donau (1947)
  • Frühling im Prater (1949)
  • Rainbow Square (1951)
  • Trauminsel (Ile de rêve) (1962)
  • Frühjahrsparade (Parade de Printemps) (1964)
  • Wiener Café (1965)
  • Hochzeit am Bodensee (1969)

Quelques titres de chansons[2]Modifier

  • Servus Du
  • Wien wird erst schön bei Nacht
  • Im Prater blühn wieder die Bäume
  • Das ist der Frühling in Wien
  • A klane Drahrerei
  • Du, du, du sollst der Kaiser meiner Seele sein (1916)
  • Hallo, du süsse Klingelfe
  • Salome, schönste Blume des Morgenlands (Roméo)
  • Ich will deine Kameradin sein
  • Die ganze Welt ist himmelblau
  • Waltzing in the Clouds
  • Zwei Herzen im Dreivierteltakt
  • Frag nicht warum ich gehe
  • Auf der Heide blühn die letzten Rosen
  • Vor meinem Vaterhaus steht eine Linde
  • Es blüht eine Rose zur weihnachtszeit
  • Ich hab mich tausendmal verliebt
  • Ich liebe die Welt
  • Komm in den Park von Sanssouci
  • Du, Du, Du, schliess deine Augen zu
  • Ob blond, ob braun ich liebe alle Fraun!
  • Ave Maria
  • Arrivederci, Bella Italia
  • Musikant, Musikant, wo ist deine Heimat ?
  • Auch du wirst mich einmal betrügen
  • Wiener Musik, Wiener Walzer
  • Ich möcht einmal wieder verliebt sein
  • Das Mädel von Rhein ist ein Frühlingsgedicht
  • Pierrot, komm, trag mich nach Haus
  • Wiener-Café Walzer
  • Adieu mein kleiner Gardeoffizier (paroles de Bruno Balz)

Filmographie partielle [2]Modifier

  • 1913 : König Menelaus im Kino (musique d'accompagnement) de Hans Otto Löwenstein
  • 1913 : Der Milliononkel de Hubert et Ernst Marischka
  • 1929 : Der Mitternachtswalzer de Heinz Paul
  • 1930 : Deux cœurs, une valse (Zwei Herzen im Dreiviertel-Takt) de Géza von Bolváry
  • 1930 : Rêve de Vienne (Das Lied ist aus) de Géza von Bolváry
  • 1930 : Mon cœur incognito (Leutnant warst du einst bei den Husaren) de Manfred Noa
  • 1930 : Le pantin (Der Hampelmann) de E. W. Emo
  • 1930 : Cette nuit peut-être (Heute Nacht – Eventuell) de E. W. Emo
  • 1930 : Hokuspokus de Gustav Ucicky
  • 1930 : On demande un orateur (Der Herr auf Bestellung) de Géza von Bolváry
  • 1930 : Un caprice de la Pompadour (Die Marquise von Pompadour) de Willi Wolff
  • 1930 : Ein Tango für Dich de Géza von Bolváry
  • 1930 : Le cabinet du Docteur Larifari (Das Kabinet des Dr. Larifari) de Robert Wohlmuth
  • 1931 : Les joyeuses femmes de Vienne (Die Lustige Weiber von Wien) de Géza von Bolváry
  • 1931 : In Wien hab’ Ich einmal ein Mädel geliebt de Erich Schönfelder
  • 1931 : Der Raub der Mona Lisa de Géza von Bolváry
  • 1931 : L’amour commande (Liebescommando)de Géza von Bolváry
  • 1932 : C'est un amour qui passe (Ein lied, ein kuß, ein mädel) de Géza von Bolváry
  • 1932  : C’est un amour qui passe (Ein Lied, Ein Kuss, Ein Mädel) de Géza von Bolváry
  • 1932 : Les clefs du Paradis (Der Prinz von Arkadien)de Karl Hartl
  • 1932 : J’ai peur de toi (Ich will nicht wissen, wer du bist)de Géza von Bolváry
  • 1932 : Un homme de coeur (Ein Mann mit Herz)de Géza von Bolváry
  • 1932 : Ein Spaziergang mit Robert Stolz durch de Géza von Bolváry
  • 1933 : Ce que femme rêve (Was Frauen Traumen)de Géza von Bolváry
  • 1933 : Die Nacht der grossen Liebe de Géza von Bolváry
  • 1933 : Hochzeit am Wolfgangsee de Hans Behrendt
  • 1934 : Abenteuer im Südexpress de Erich Wacshneck
  • 1934 : Mon cœur t’appelle (Mein Herz ruft nach Dir) de Carmine Gallone
  • 1934 : Two Hearts in Waltz Time de Carmine Gallone et Joe May
  • 1934 : Frühjahrsparade de Géza von Bolváry
  • 1934 : Der Herr ohne Wohnung de E. W. Emo
  • 1935 : Der Himmel auf Erden de E. W. Emo
  • 1935 : Ich liebe alle Frauen de Carl Lamac
  • 1935 : Zirkus Saran de E. W. Emo
  • 1935 : Herbstmanover de Georg Jacoby
  • 1936 : Wer zuletzt küsst de E. W. Emo
  • 1936 : Confetti (Konfetti) de Hubert Marischka
  • 1936 : Das Frauenparadies de Arthur Maria Rabenalt
  • 1937 : Wiener Fiakerlied de Hubert Marischka
  • 1937 : Husaren, Heraus Georg Jacoby
  • 1937 : Die Austernlilli de E. W. Emo
  • 1937 : Millionare de Karl Heinz Martin
  • 1937 : Die Unentschuldigte Stunde de E. W. Emo
  • 1937 : Le charme de la Bohème (Zauber der Bohème) de Alfred Gerasch et Géza von Bolváry
  • 1937 : Musik für Dich de E. W. Emo
  • 1940 : Chanson d’avril (Spring Parade) de Henry Koster - nomination OSCAR 1941 de la meilleure chanson pour "Waltzing in the clouds"  
  • 1943/44 : C’est arrivé demain (It happened tomorrow) de René Clair - nomination OSCAR 1944 de la meilleure musique de film.
  • 1947 : Une nuit à Tabarin de Carl Lamac
  • 1947 : Rendez-vous im Salzkammergut de Alfred Stöger
  • 1948 : Annie – Ballade de Vienne (Anni – Eine wiener Ballade) de Max Neufeld
  • 1948 : Petite mélodie de Vienne (Kleine Melodie aus Wien) de E. W. Emo
  • 1949 : Charmant blagueur (Ein bezaubernder Schwindler) de Hans Wolff
  • 1952 : 1. April 2000 de Wolfgang Liebeneiner
  • 1949 : Mon ami qui ne peut pas dire non (Mein Freund, der nicht nein sagen kann) de Alfred Stöger
  • 1951 : Tanz ins Glück de Alfred Stöger
  • 1955 : Mam’zelle Cri-Cri (Die Deutschmeister) de Ernst Marischka
  • 1958 : Im Prater blühn wieder die Baüme de Hans Wolff
  • 1960 : Scandale à la cour (A breath of scandal) de Michael Curtiz
  • 1966 : Le congrès s’amuse (Der Kongress amusiert sich) de Geza Radvanyi
  • 1967 : Verliebt in Osterreich de Wolgang Müller-Sehn - Film culturel et de promotion pour l'EXPO'67 de Montréal

Liens externesModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Robert Stolz et Aram Bakshian, Servus Du : Robert Stolz und sein Jahrhundert, Blanvalet, (ISBN 3-7645-1400-0 et 978-3-7645-1400-6, OCLC 6627662, lire en ligne)
  2. a b et c Stephan Pflicht et Robert-Stolz-Stiftung, Robert Stolz : Werkverzeichnis = Catalogue of works, Musikverlag E. Katzbichler, (ISBN 3-87397-420-7 et 978-3-87397-420-3, OCLC 10430001, lire en ligne)
  • E. Semrau; "Robert Stolz - Sein Leben - Seine Musik“ - Editions Residenz Verlag - Salzbourg 2002.
  • K. Eidam: "Robert Stolz Biographie eines Phänomens" - Editions Lied der Zeit - Berlin 1990.
  • S. Pflicht: "Werkverzeichnis - Catalogue of works" - Editions Katzbichler -  Dreiklang Dreimasken - Munich 1981.
  • Robert & Einzi Stolz: "Servus Du" - Editions Blanvalet - Munich 1980.
  • A. E. Lang: "Melodie aus Wien, R. Stolz und sein Werk“ - Editions Wiener Themen - Munich / Vienne 1980.
  • O. Herbrich: "Robert Stolz, König der Melodie" - Editions Amalthea -Munich / Vienne 1975.