Ouvrir le menu principal

Robert Pontillon

personnalité politique française

Robert Pontillon
Illustration.
Tombe au cimetière Voltaire de Suresnes.
Fonctions
Sénateur des Hauts-de-Seine
Élection 25 septembre 1977
Réélection 28 septembre 1986
Maire de Suresnes
Élection 21 mars 1965
Réélection 21 mars 1971
20 mars 1977
Prédécesseur Marcel Legras
Successeur Christian Dupuy
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Suresnes (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française
Parti politique SFIO
PS
Profession Journaliste

Robert Pontillon, né le à Paris et mort le à Suresnes, est un journaliste et homme politique français.

BiographieModifier

Militant socialisteModifier

Né dans une famille de militants socialistes, Robert Pontillon est, dans son adolescence, membre des Faucons rouges, puis des Jeunesses socialistes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est réfractaire au STO, puis déporté en Tchécoslovaquie en 1943. Parvenu à s'évader, il rejoint la résistance tchécoslovaque jusqu'à la fin de la guerre.

Revenu en France en 1945, il collabore au journal des Jeunesses socialistes, Drapeau rouge, ainsi qu'au journal de la SFIO, Le Populaire, ou d'autres titres de presse. Au début des années 1950, il est permanent de la SFIO, chargé des relations internationales et du centre international de presse du parti. Il entre au comité directeur de la SFIO en 1963 et pilote les relations internationales du parti.

Carrière professionnelleModifier

En 1956, il devient directeur de cabinet de Gérard Jaquet, d'abord secrétaire d'État à la présidence du conseil, puis ministre de l'Outre-Mer en 1957.

Il est alors nommé directeur du service de radio-diffusion de la France d'Outre-Mer, puis de la société de radiodiffusion qui lui succède. Il poursuit ensuite, mais dans le privé, une carrière de cadre dirigeant dans le domaine de l'audiovisuel.

Carrière politiqueModifier

 
Plaque du groupe scolaire Robert-Pontillon.

Élu au conseil municipal de Suresnes en 1959, il en devient le maire en 1965, et sera ensuite constamment réélu jusqu'en 1983, lorsqu'il est battu par Christian Dupuy. Conseiller général des Hauts-de-Seine de 1967 à 1988, il est élu sénateur en 1977, et conserve ce mandat jusqu'à sa mort en 1992.

En 1968, il est élu au comité exécutif de la FGDS, puis l'année suivante, à l'occasion de la création du nouveau parti socialiste, membre du comité directeur et premier secrétaire de la fédération des Hauts-de-Seine.

Bien que membre de la SFIO, et pas de la convention des institutions républicaines, il devient rapidement un proche de François Mitterrand et porte, avec Louis Mermaz, la motion mitterrandiste du congrès d'Épinay.

Il est alors désigné au bureau exécutif du Parti socialiste, et secrétaire national aux affaires internationales, poste qu'il quitte en 1979. Il est alors élu président de l'union des partis socialistes de la CEE, avant d'entrer, en 1981, au cabinet du Premier ministre Pierre Mauroy.

Impliqué dans la construction européenne, il est élu en 1990 président de l'Assemblée de l'Union de l'Europe occidentale. C'est un partisan extrêmement résolu de l'OTAN, comme le montre un article à La Revue des deux mondes[réf. nécessaire]. Il a été président de la commission de la défense au Sénat.

HommageModifier

  • Groupe scolaire Robert-Pontillon (Suresnes)

Liens externesModifier