Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyce.
Robert Norton Noyce
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert Noyce en 1959.
Naissance
Burlington, Iowa (États-Unis)
Décès (à 62 ans)
Austin, Texas (États-Unis)
Domicile Austin
Nationalité Américain
Domaines physicien, informatique, Chef d'entreprise cofondateur d'Intel
Institutions
Diplôme
Renommé pour Inventeur des circuits intégrés (puces) en silicium en 1958
Distinctions IEEE Medal of Honor
National Inventors Hall of Fame
Draper Prize

Robert Norton Noyce, né le à Burlington et mort le à Austin, surnommé « le maire de la Silicon Valley », est un physicien, informaticien et chef d'entreprise américain. Il est cofondateur de la société Intel en 1968 avec Gordon Moore et Andrew Grove.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Robert Norton Noyce[1] est le troisième des quatre fils de Ralph Noyce, un pasteur[2] qui travaillait pour la Conférence des églises paroissiales de l'Iowa, et d'Harriet Norton Noyce[3].

Robert grandit dans la petite ville de Grinnell,dans l'Iowa, ville de puritains fondée au début du XVI° siècle. Robert se montre un garçon ordinaire, va à l'office le dimanche, fait partie des scouts, rien à part son intérêt pour les sciences ne peut laisser présager qu'il puisse devenir le révolutionnaire de la Silicon Valley[4].

Après ses études secondaires, il poursuit des études au Grinnell College (en) d'Iowa d'où il sort diplômé d'un bachelor of Science(Licence) en physique en 1949 puis d'un doctorat en physique du Massachusetts Institute of Technology de Boston en 1953[5].

CarrièreModifier

Il rejoint William Shockley (un des pères du transistor) au le Shockley Semiconductor Laboratory (en), département recherche et développement de la société Beckman Instruments, puis la quitte pour fonder la société Fairchild Semiconductor à Santa Clara avec sept collaborateurs surnommés les Huit traîtres / traitorous eight : Gordon Moore, Sheldon Roberts (en), Eugene Kleiner (en), Victor Grinich (en), Julius Blank (en), Jean Hoerni et Jay Last (en)[6],[7].

En 1958, il devient la figure la plus éminente de toute la Silicon Valley en inventant les circuits intégrés (puces) en silicium qui ont révolutionné l'électronique moderne et la Silicon Valley.

Jack Kilby de la société Texas Instruments fait la même invention simultanément et indépendamment de son côté la même année[8].

En 1968, à la suite d'un désaccord avec la stratégie de leur entreprise, il quitte Fairchild Semiconductor avec Gordon Moore pour fonder la société Intel à Santa Clara dans la Silicon Valley en Californie. Ils sont rapidement rejoints par le troisième cofondateur Andrew Grove. Ils parviennent par leur simple notoriété à trouver l'avance de deux millions et demi de dollars nécessaire à leur nouvelle entreprise (société estimée à 124-125 milliards d'euros (selon le jour choisi de cotation) à la bourse de New York en 2006).

Ils fabriquent dans un premier temps des circuits intégrés et des mémoires avant que Marcian Hoff, un des ingénieurs d'Intel, invente le microprocesseur avec l'Intel 4004 en 1971 qui devient le fer de lance de l'entreprise et la propulse constructeur numéro un mondial de circuits intégrés de type microprocesseur jusqu'à ce jour (classement des vingt premiers fabricants de semi-conducteurs).

Il a été détesté par le PDG d'Intel Andrew Grove qui le trouvait trop « bon garçon », attitude qui l'irritait profondément.

Le siège social d'Intel à Santa Clara dans la Silicon Valley, porte son nom en son honneur : Robert Noyce Building ainsi que le centre des sciences de l'Université Grinnell d'Iowa.

Il est surnommé le Maire de la Silicon Valley[9].

Vie privéeModifier

MariagesModifier

  • En 1953, il épouse Elizabeth Bottomley, ils ont 4 enfants, le couple divorce en 1974.
  • En 1974, il épouse Ann Bowers[2]

DécèsModifier

Le 3 juin 1990, il meurt au Seton Medical Center d'Austin, peu de temps après son admission, des suites d'un infarctus qui l'a foudroyé chez lui, à Austin, il est âgé de 62 ans[2],[10],[11].

Prix et distinctionsModifier

HéritageModifier

En 1990, la famille de Robert Noyce crée la Noyce Foundation qui a pour mission de valoriser la recherche scolaire et universitaire[13], elle cesse ses activités en 2015[14].

En 2002, sous les auspice de la National Science Foundation, est lancé le Robert Noyce Teacher Scholarship Program qui, notamment, délivre des bourses d'études pour des étudiants et des chercheurs[15]

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Robert Noyce | American engineer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 4 novembre 2019)
  2. a b et c (en-US) « Robert Norton Noyce | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 4 novembre 2019)
  3. (en-US) « Robert Noyce Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 4 novembre 2019)
  4. (en-US) Tom Wolfe, « The Tinkerings of Robert Noyce » (consulté le 17 novembre 2019)
  5. (en-US) « Robert Noyce - Biography, History and Inventions », sur history-computer.com (consulté le 4 novembre 2019)
  6. (en-US) « Robert Noyce | Biography, Inventions and Facts », sur www.famousinventors.org (consulté le 4 novembre 2019)
  7. (en) Alan Philips-The Age of Ideas, « The Traitorous Eight & the Start of Something », sur Medium, (consulté le 4 novembre 2019)
  8. (en-US) « Famous Iowans - Robert Noyce | DesMoinesRegister.com », sur data.desmoinesregister.com (consulté le 4 novembre 2019)
  9. (en-US) Kat Eschner, « Silicon Valley Owes Its Success To This Tech Genius You’ve Never Heard Of », Smithsonian Magazine,‎ (lire en ligne)
  10. (en-US) Constance L. Hays, « An Inventor of the Microchip, Robert N. Noyce, Dies at 62 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 4 novembre 2019)
  11. (en-US) « Robert Noyce, Computer Age Pioneer, Dies », sur Los Angeles Times, (consulté le 4 novembre 2019)
  12. (en-US) « Robert Noyce » (consulté le 17 novembre 2019)
  13. (en-US) « The Noyce Foundation: Ten core principles for hands-on philanthropy – NCFP » (consulté le 4 novembre 2019)
  14. (en-US) Candid, « Noyce Foundation to Cease Operations in 2015 », sur Philanthropy News Digest (PND) (consulté le 4 novembre 2019)
  15. (en-US) « The Robert Noyce Teacher Scholarship Program », sur www.nsfnoyce.org (consulté le 4 novembre 2019)

Voir aussiModifier