Ouvrir le menu principal

Robert Millin de Grandmaison

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Millin de Grandmaison, Millin et Grandmaison.

Robert Georges Camille Marie Millin de Grandmaison est un homme politique français, né le à Paris 8e[1], où il est mort le [2]. Il fut conseiller général puis député de Maine-et-Loire dans l'entre-deux-guerres.

Sommaire

BiographieModifier

Il est le fils ainé du baron Georges de Grandmaison (1865-1943), homme politique du Maine-et-Loire[2] et descendant du maréchal Lobau, aide de camp de Napoléon Ier[2].

Il fit des études au collège Stanislas à Paris. Il participe à la Première Guerre mondiale où il est blessé près de Craonne le 11 avril 1917 ce qui lui vaut une citation[2]. Il finit la guerre au grade de sous-lieutenant d'artillerie et reprend ses études à la faculté de droit de Paris où il obtient un doctorat en 1922[2].

Cette même année, il est élu conseiller général du canton de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire, alors plus jeune conseiller général de France[2]. Il occupera ce poste jusqu'en 1944[2]. En 1933, il succède comme député de Maine-et-Loire à son père[1] — qui était resté près de 40 ans, de 1893 à 1933, député de cette circonscription du Saumurois — lorsque celui-ci est élu sénateur[2]. Il siège dans le groupe de centre-droit Républicain et social et est réélu au premier tour lors des élections de 1936[2]. À la Chambre, il s'intéresse principalement aux questions militaires et viticoles[2].

Le 10 juillet 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain (son père les vota aussi comme sénateur). Inéligible à la Libération, il perd son siège de conseiller général. Il se présente sans succès aux élections législatives de 1956 et quitte alors la vie politique.

Il meurt le 6 août 1982 à Paris et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (31e division).

DistinctionsModifier

SourcesModifier

  • « Robert Millin de Grandmaison », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier

  1. a et b Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 8/526/1896, avec mention marginale du décès (consulté le 4 juillet 2012)
  2. a b c d e f g h i j k et l Notice sur assemblee-nationale.fr