Robert Mesuret

historien d'art et conservateur des musées de Toulouse

Robert Mesuret, né en 1908 et mort en 1972, est un historien de l’art et conservateur de musée originaire de Bordeaux et établi à Toulouse, spécialiste de l’art du sud-ouest de la France.

Robert Mesuret
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Robert Mesuret est né à Bordeaux le [1] au 19 rue du Temple[2].

Il suit des études en droit et soutient une thèse sur le droit maritime et commercial[3]. Il est nommé secrétaire de la Conférence du stage des avocats à la cour de Bordeaux.

Il mène parallèlement des recherches dans le domaine de l’art et il est l’auteur d’une étude sur le peintre bordelais Pierre Lacourt[4] publiée en 1937.

En 1938 il rencontre à Superbagnères sa future épouse, Raymonde Jourdet, et part s’installer avec elle à Toulouse.

Il manifeste un grand intérêt pour la ville et son patrimoine. Il y rencontre Pierre Lespinasse et Louis Lacroix et intègre rapidement les sociétés savantes toulousaines auxquelles il participe activement. Le 24 février 1944, il devient membre de la société des Toulousains de Toulouse.

Il a été président de l’Académie des Arts, mainteneur des Jeux Floraux, bibliothécaire de l’Académie des sciences inscriptions et Belles-Lettres, membre de la Société Archéologique du Midi de la France, trésorier du Syndicat d’initiative, membre des conseils d’administration de la Société des Toulousains de Toulouse, et de la Société de Géographie, correspondant de la Commission des Monuments historiques pour le département de la Haute-Garonne.

Il décède à Toulouse le .

Carrière de conservateur de muséeModifier

Il est nommé Conservateur de musée le 28 juin 1948 (arrêtés ministériels des 23 juillet 1949 et 11 avril 1953)[5] après une thèse à l’École du Louvre soutenue en 1946 pour laquelle il a utilisé des notes sur les artistes toulousains des XVIe et XVIIe siècles rédigées par Pierre Lespinasse avant son décès en 1943.

En 1942 Paul Mesplé, conservateur au musée des Augustins, organise une exposition des artistes toulousains du XVIIe siècle. Cette exposition sera reprise quelques années plus tard en 1947 avec l’aide de Robert Mesuret sous le titre L’âge d’or de la peinture toulousaine et sera présentée à Toulouse puis au musée de l’Orangerie[6].

Il devient conservateur des musées Saint-Raymond, Paul-Dupuy et Georges-Labit auxquels il apportera de nombreuses modifications au niveau de la muséographie ce qui lui vaudra de nombreuses critiques.

« Il s'entendit un jour reprocher d'avoir transformé un musée en boîte de nuit parce qu'il avait utilisé la lumière indirecte, parce que les salles étaient trop vastes dans leur nouvelle "nudité"... »[7]

Il est chargé de conférences à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Toulouse ainsi qu'aux Instituts français de Madrid, Valladolid, Barcelone, Valence, Saragosse, Pampelune, Saint-Sébastien[2].

Il est chargé d’inspection des musées de province.

Commissariat d'expositionsModifier

PublicationsModifier

  • Robert Mesuret, « Les formes et les techniques des retables commandés dans les ateliers de peinture de Toulouse de 1384 à 1597 » », Annales du Midi, vol. LVIII,‎ , p. 40-46
  • Évocation du Vieux Toulouse, 1960[8]
  • Toulouse et le Haut-Languedoc, 1961[9]
  • Les Peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle, 1967[10] pour lequel il reçut un prix de l'Institut de France
  • Les expositions de l’Académie royale de Toulouse, 1972[11]

Notes et référencesModifier

  1. Pierre de Gorsse, « Nos Deuils : Robert Mesuret 1908-1972 », L'Auta, no 392,‎ , p. 13-16 (lire en ligne)
  2. a et b Comte d'Adhémar, Jubilé académique de M. Robert Mesuret 1947-1972, Toulouse, Académie des Jeux Floraux, 11 p., p. 11
  3. Robert Mesuret, De la Navigation maritime. Contribution à l'étude du domaine d'application du droit commercial maritime. Thèse pour le doctorat Faculté de droit de l'université de Bordeaux, Bordeaux, impr. de Y. Cadoret, , 157 p.
  4. Robert Mesuret, Pierre Lacour, 1745-1814, Impr.-édit. Delmas, (lire en ligne)
  5. Archives conservation du musée Saint-Raymond
  6. Robert Mesuret et René Huyghe, L'Age d'or de la peinture toulousaine , exposition... Paris, musée de l'Orangerie, avril-mai 1947. [Catalogue rédigé par Robert Mesuret. Avec une préface de M. René Huyghe. Avant-propos de Michel Parent.], (lire en ligne)
  7. Christian Schmidt, « La Galerie des portraits : Robert Mesuret », La Dépêche (?),‎
  8. Robert Mesuret, Évocation du Vieux Toulouse, Éditions de Minuit, (lire en ligne)
  9. Robert Mesuret, Toulouse et le Haut-Languedoc, Arthaud, coll. « Collection "Les Beaux Pays" », (lire en ligne)
  10. Robert Mesuret, Les Peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guienne, Gascogne, Comté de Foix, Picard, (lire en ligne)
  11. Les Expositions de l'Académie royale de Toulouse de 1751 à 1791 : livrets, Espic, (lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Pierre de Gorsse, « Nos Deuils : Robert Mesuret 1908-1972 », L'Auta, no 392,‎ , p. 13-16 (lire en ligne)
  • Philippe Wolff et Marcel Durliat, « Une « somme » toulousaine : Mesuret (Robert), Évocation du vieux Toulouse, Paris, Les éditions de Minuit, 1960 », Annales du Midi, vol. 73, no 56,‎ , p. 420-423 (lire en ligne)
  • Ch. Mouly, « De brillantes manifestations ont salué la publication du livre Évocation du vieux Toulouse de M. Robert Mesuret mainteneur des Jeux Floraux », La Dépêche du Midi,‎ , p.8
  • André Chastel, « Toulouse capitale du monde d'oc : III. Des musées et des hommes », Le Monde,‎
  • Christian Schmidt, « La galerie des Portraits : Robert Mesuret », La Dépêche (?),‎
  • G. de Monsabert, « Les livres : Toulouse », Bulletin de la Société de géographie de Toulouse, no 176,‎ , p. 210-212 (lire en ligne)

Liens externesModifier