Robert Lemaignen

personnalité politique française

Robert Lemaignen, né le à Blois et mort le à Paris, est un militaire et chef d'entreprise français, commissaire européen (1958-1962).

Robert Lemaignen
Fonctions
Commissaire européen au développement
-
Vice-président
Chambre de commerce internationale
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Paris 8e (France)
Nom de naissance
Robert André François LemaignenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Conflits
Distinctions

BiographieModifier

Ancien élève de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1912-1914), Lemaignen est officier de cavalerie puis capitaine aviateur durant la Grande Guerre. Il est attaché à la direction de l'aéronautique, chevalier de la Légion d'honneur et titulaire de la croix de guerre, au lendemain du conflit.

Il fait un beau mariage en [1]: il épouse Yvonne de Nervo, fille du baron Léon de Nervo[2], administrateur-délégué de la Société Mokta El Hadid, et administrateur de la Société des hauts fourneaux et des forges de Denain et d'Anzin. Son beau-père le pousse à quitter l'armée et à rejoindre des entreprises contrôlées par la famille de Nervo et ses alliés, et dont il est le président du conseil d'administration: Union commerciale de Bordeaux-Bassens, Ateliers de Bordeaux-Bassens[3]. Il devient le secrétaire de direction de la Société commerciale d'affrètements et de commissions (SCAM), qui s'occupe de manutention maritime, d'affrètement et de commerce international.

Il sort de la Seconde Guerre mondiale avec la médaille de la résistance, mais aussi avec la réputation d'avoir fait partie avec son beau-père de la mythique Synarchie[4]. Il s'impose comme l’un des « quatre leaders d’opinion du grand patronat colonial »[5]: il est P-DG de la SCAM et de sa filiale la Société commerciale des ports africains de l’AOF (SOCOPAO), de 1941 à 1958, puis président de la société Optorg de 1962[6] à 1969. Il préside aussi la société générale des houilles et est administrateur de nombreuses firmes : la Banque de l'Afrique occidentale depuis , la Compagnie des Salins du Midi (1962)[7], les anciens Ets Ch. Peyrissac et Cie (Bordeaux), la Société Mokta El Hadid, la société de l'annuaire Didot-Bottin, la Compagnie des docks et entrepôts du Havre. Il a été nommé par l'État administrateur d'Air France, jusqu'en 1958[8].

Il est vice-président de la Chambre de commerce internationale de 1942 à 1958, et président de son comité de l'Afrique française, et membre à partir du de l'Académie des sciences d'outre-mer.

Il intègre le comité directeur du Conseil national du patronat français et est vice-président de sa commission des relations économiques internationales de 1950 à 1958[9]. Il est le premier président en 1951 du Comité France-actuelle, lié au CNPF - il est d’ailleurs installé au siège du syndicat patronal, avenue Pierre Ier de Serbie à Paris -, fondé pour contrer la mauvaise image de la France. Ce comité diffuse aux États-Unis et en France des études destinées à renseigner les élites américaines sur le dynamisme de la France et de ses entreprises[10]'.

Il s'intéresse également à la construction européenne. Il prend part au Congrès de La Haye de 1948 et fait partie du comité français de la Ligue européenne de coopération économique (LECE)[11]. Il anime au CNPF une commission des affaires européennes à partir de 1956[12]. Il est partisan de relations plus étroites entre l'Europe en construction et l'Afrique en voie de décolonisation: « C’est, il faut le rappeler, le CNPF qui prit l’initiative d’attirer l’attention du gouvernement sur l’impossibilité, pour la France, de s’engager dans une politique de Marché commun sans avoir réglé le problème de l’association des pays d’outre-mer, et non seulement des territoires d’outre-mer proprement dits, mais des pays de la zone franc tout entière. On a dû reconnaître qu’il y aurait un Marché commun comprenant les pays d’outre-mer, ou pas de Marché commun. C’est la position prise officiellement, d’une manière très ferme, par le gouvernement français », déclare-t-il en 1957[13].

Il est nommé à l'un des deux postes de commissaire, réservés à la France dans la toute nouvelle Commission européenne, de à , lorsque le traité de Rome entre en vigueur. L'autre poste est attribué à Robert Marjolin, haut fonctionnaire. Sa nomination a causé la surprise chez ses collègues du CNPF et dans les milieux politiques selon lui[14]. Il reçoit le portefeuille des pays et territoires d'outre-mer, et gère donc, avec la Direction générale des pays d'outre-mer (DGVIII), la mise en place des fonds européens à destination des colonies et anciennes colonies françaises (FEDOM: fonds européen de développement pour l'outre-mer, devenu le Fonds européen de développement)[15].

Il prend position par la suite pour « une Europe forte ». Il critique en 1966 « l’Europe des patries » chère au général de Gaulle, car elle « ne débouche pas sur quelque chose de concret ». Selon lui, la construction « d’une Europe politique est inéluctable et indispensable à l’avenir de la France d’abord, et à notre civilisation ensuite »[16]. Lemaignen avait dénoncé auparavant dans la presse « la manœuvre du gouvernement pour priver la commission de tout pouvoir ». L'année précédente, il avait critiqué la « politique de la chaise vide » menée par le gouvernement français[17].

Il préside dans les années 1960 plusieurs associations, comme « les élites africaines », fondée en , ou le Cercle franco-allemand, fondé en , qui vise à développer à Paris des relations individuelles entre personnalités allemandes et françaises[18]. Il reste membre de la LECE[19].

Vie personnelleModifier

Il est le père de Gérard Lemaignen, administrateur de sociétés, né en 1921[20].

PublicationsModifier

BibliographieModifier

  • Collectif, Dictionnaire historique des patrons français, Flammarion, 2010
  • Catherine Hodeir, Stratégies d'empire: le grand patronat colonial face à la décolonisation, Belin, 2003
  • Jean Suret-Canal, Afrique et capitaux : géographie des capitaux et des investissements en Afrique tropicale d’expression française, L’Harmattan, 1987, vol. 1
  • Laurent Warlouzet, Le choix de la CEE par la France: L’Europe économique en débat de Mendès France à de Gaulle (1955-1969), Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011
  • Véronique Dimier, Institutionnalisation et bureaucratisation de la commission européenne : l’exemple de la DG développement, dans Politique européenne, 2003/3, no 11
  • Guia Migani, La France et l'Afrique sub-saharienne, 1957-1963: histoire d'une décolonisation entre idéaux eurafricains et politique de puissance, Peter Lang, 2008

SitographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le Gaulois, 5 octobre 1919, Le Figaro, 6 juillet 1919
  2. Fils de Robert de Nervo. Les de Nervo sont des actionnaires modestes de l'entreprise sidérurgique Denain et Anzin, mais des piliers de son conseil d'administration. Léon de Nervo, centralien né en 1873, qui a épousé la petite-fille d'un régent de la Banque de France (baron Davillier), va être vice-président du conseil de Denain et Anzin en 1930 et président de 1938 à 1940 (Odette Hardy-Hemery, Le pouvoir dans l’entreprise : actionnaires et dirigeants dans les sociétés du Nord, 1880-1960, Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2001/4, no 48-4), ainsi que P-DG de Mokta El hadid.
  3. Annuaire industriel, 1925, Ibidem
  4. Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite: Les élites françaises dans les années 1930, Armand Colin, 2010, L'Appel, Paul Riche, 21 août 1941, L'Action, Pierre Hervé, 16 novembre 1945
  5. Catherine Hodeir, op. cit., p. 81: les trois autres étant Paul Bernard (polytechnicien) - il a présidé sous l'Occupation le COPIC (groupement des productions industrielles coloniales), dont Lemaignen a été le vice-président, Luc Durand-Réville et Edmond Giscard d'Estaing, Catherine Hodeir, Le grand patronat colonial français face à la décolonisation, 1945-1962 : problématiques, sources, conclusions, dans Outre-mers, 2001, vol. 88, no 330
  6. Paris-presse, L'Intransigeant, 16 mars 1962
  7. Paris-presse, L'Intransigeant, 28 juillet 1962
  8. France-aviation, avril 1957: composition du conseil d'administration, Ibid., avril 1958
  9. Guia Migani, La France et l'Afrique sub-saharienne, 1957-1963: histoire d'une décolonisation entre idéaux eurafricains et politique de puissance, Peter Lang, 2008, Laurent Warlouzet, op. cit., p. 116 ( la commission économique du CNPF selon cet auteur )
  10. Décolonisations européennes, IHTP, Université de Provence, 1995, p. 59-63, Régis Boulat, « Regards et expériences croisés : les milieux économiques français et américains au tournant des années 1950 : l’heure de la productivité », dans Olivier Dard, Hans-Jürgen Lüsebrink ( dir. ), Américanisations et anti-américanismes comparés, Presses univ. du Septentrion, 2008, p. 68-71
  11. Présentation de la LECE, groupe d'étude et de pression d'inspiration libérale créé en automne 1946, composé de responsables économiques et politiques européens
  12. Dictionnaire historique des patrons français, op. cit., p. 1327-1329
  13. Bulletin mensuel du CNPF. Février 1957, no 157, R. Lemaignen, "L'inclusion des territoires d’outremer dans le Marché commun"
  14. Robert Lemaignen, L'Europe au berceau, op. cit., p. 25
  15. Guia Migani, op. cit., p. 194
  16. Les Cahiers du CEPEC, no 31, conférence en juin 1966, pour le 43e dîner du Centre d'études politiques et civiques, intitulée « La jeune Europe en marche vers un monde nouveau ». Il est présenté comme « un grand ami du CEPEC, de longue date ». Georges Laederich, président du CEPEC, le connaît pour avoir été membre du comité France-actuelle. Lemaignen connaissait aussi l'ancien président d'honneur du CEPEC, le général Maxime Weygand ; il a servi sous ses ordres à l’état-major de Foch en 1918 et le général a été son voisin, avenue de Friedland à Paris dans le VIIIe arrondissement, ce qui a facilité ses « nombreuses visites » au général de 1954 à 1965, selon ses dires lors de cette conférence.
  17. Les Echos du 4 août 1965, Le Monde, 5 août 1965," M. Robert Lemaignen : la France manœuvre pour vider le Marché commun de tout contenu politique" (il écrit: « Ne nous arrêtons ni à la violation de la signature de la France au bas du traité de Rome, acquise dès maintenant par une défection interdite par la lettre et l'esprit du traité ; ni au risque d'une éventuelle condamnation en Haute Cour de justice, inévitable en cas d'instance. Nul, parmi les responsables de la politique française, n'ignore ces considérations, ni l'impossibilité matérielle pour la France d'atteindre à un prix tolérable pour la prospérité nationale par son abstention systématique, le but essentiel : l'étranglement de l'Europe politique naissante. Toutes ces tragi-comédies autour de chaises vides ne sont donc bien qu'une diversion stratégique. Quelle idée de manœuvre générale doit-elle servir ? Bien sûr, l'on est, pour la comprendre, enfermé dans le domaine des hypothèses - mais d'hypothèses singulièrement vraisemblables » ), Ibid., 23 octobre 1965, "La politique du gouvernement est prise à partie"
  18. 'Les Cahiers du CEPEC, no 31
  19. « 20e anniversaire de la LECE à Bruxelles en 1967 », sur eleclece.eu
  20. « Gérard Lemaignen », whoswho.fr.