Robert Comeau

historien et militant indépendantiste
Robert Comeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Robert Comeau (né le à Montréal) est un historien et professeur associé d'histoire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Ses principaux champs de recherche ont été l'histoire des mouvements ouvriers, l'histoire politique et la question nationale du Québec. Il a été président de la Société historique de Montréal de à 2020[1].

Biographie Modifier

Comeau a obtenu un Baccalauréat ès Arts du Collège Sainte-Marie en 1964, une licence en histoire de l'Université de Montréal en 1967, une maîtrise en histoire sous la direction de Maurice Séguin, historien de l'École de Montréal, et a complété sa scolarité de doctorat à l'Université Laval avec l'historien Jean Hamelin, qui lui refusera de poursuivre vu les antécédants felquistes de Comeau. Il a d'abord enseigné l'histoire au secondaire et au collégial, pour ensuite occuper à l'UQAM un poste de professeur de 1969 à 2006[2] et de professeur associé depuis 2006[3].

Il est l'auteur du deuxième manifeste du Front de libération du Québec en juin 1970 peu après avoir adhéré au FLQ alors qu'il était dans l'entourage d'historiens comme Noël Vallerand et Denis Vaugeois.

En , pendant la Crise d'octobre, Comeau faisait partie de la cellule Viger du Front de libération du Québec (FLQ), groupe terroriste indépendantiste québécois. Il condamnera plus tard les méthodes du groupe[4]. Il a fondé le Bulletin d’histoire politique en 1992, et la Chaire Hector-Fabre en histoire politique à l’UQAM en 2003. Il a d'ailleurs été le premier titulaire de cette dernière[1].

Références Modifier

  1. a et b « Robert Comeau », sur Société historique de Montréal (consulté le ).
  2. « Robert Comeau : écrivain, auteur - VLB éditeur », sur http://www.edvlb.com/ (consulté le )
  3. « Robert Comeau - Septentrion. La référence en histoire », sur septentrion.qc.ca (consulté le ).
  4. Louis Cornellier, « Comeau «pro domo» », Le Devoir,‎ (lire en ligne).

Liens externes Modifier