Ouvrir le menu principal

Robert Beck

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert Beck (homonymie) et Beck.
Robert Beck
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Robert Beck dit Raoul ( à Arpajon - à Paris), est un militant communiste français, chef d'un réseau de résistance lié à l'Union soviétique.

Sommaire

Avant-GuerreModifier

Robert Beck est né à Arpajon (Seine-et-Oise) en 1897, dans une famille d’ouvriers : son père, syndiqué à la CGT, est charpentier-couvreur ; sa mère, femme de ménage-blanchisseuse. Sa mère étant décédée alors qu'il était encore jeune, il est éduqué dans un orphelinat puis il étudie dans des institutions religieuses jusqu’à son exclusion du séminaire de Chartres, en 1911.

En 1915, il part sur le front, puis participe en 1917 à l'organisation de mutineries, ce qui le conduit à être condamné à cinq ans de bagne au Maroc. Il connaît alors des conditions de détention extrêmement dures qui joueront un rôle très important dans la suite de son parcours politique.

Il s’installe en Tunisie où il devient ouvrier docker à l'Arsenal de Ferryville, et devient très rapidement un des dirigeants de la CGT tunisienne. Membre du Parti communiste dès 1925, il devient un leader syndical et politique actif. Il est condamné à une année de prison la même année pour "provocation de militaires à la désobéissance" à la suite d'une distribution de tracts contre la guerre du Rif. Pendant son incarcération, il lit les grands classiques du marxisme et apprend plusieurs langues vivantes en plus du grec et du latin qu'il connaissait du Séminaire. Robert Beck quitte la Tunisie en avril 1929, contesté par la commission coloniale du Parti Communiste. Il participe au congrès de Saint-Denis (avril 1929). Il organise son auto-exclusion en 1935 afin d'entrer dans un réseau clandestin dépendant du Komintern, actif notamment durant toute la guerre d'Espagne.

RésistanceModifier

Entré très tôt dans la clandestinité, il est chargé dès 1940 par le Komintern de constituer un réseau de résistance associant renseignement et action sur le terrain. Beck était secondé par Hillel Gruszkiewicz (dit Bill), originaire de Pologne, responsable des transports d'armes pour les Brigades internationales et ayant eu des responsabilités à la base d'Albacète. Robert Beck est considéré par les nazis comme un des plus dangereux « terroristes », ce qui conduit la police française à organiser avec succès le démantèlement de son réseau en juin et juillet 1942. Il est arrêté par la police le 7 juillet 1942 avec sa compagne Renée Hogge et remis aux Allemands. Plusieurs membres de son réseau sont arrêtés en même temps que lui. Il est fusillé le 6 février 1943 au Stand de tir de Balard sans avoir jamais parlé à ses tortionnaires. Le rapport final de la Gestapo indique en septembre 1942 : « Beck est à la tête d'une organisation terroriste très active et un représentant direct du Komintern. Sans aucun doute d'autres complices sont encore en liberté mais les vérifications se révèlent extrêmement difficiles du fait que la tactique observée par Beck ne met aucun complice en cause ». Hillel Gruszkiewicz parviendra à se suicider en prison, et les autres membres du réseaux purent semble-t-il continuer leurs opérations, aux dires des services soviétiques. Renée Hogge fut condamnée et déportée à la forteresse de Lübeck, puis au camp de Ravensbruck et enfin à Mauthausen, d'où elle est revenue à la fin de la guerre.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier