Ouvrir le menu principal

Rivière Saint-Pierre (Montréal)

ancienne rivière de l'île de Montréal, au Québec (Canada)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière Saint-Pierre et Saint-Pierre.

Rivière Saint-Pierre
Illustration
Site commémoratif de l'ancien emplacement de la rivière Saint-Pierre, près des écluses de la Côte-Saint-Paul du Canal Lachine.
Caractéristiques
Bassin collecteur Bassin du tronçon du fleuve Saint-Laurent (d)
Régime Pluvial
Cours
Confluence Fleuve Saint-Laurent
· Localisation Montréal
· Altitude m
· Coordonnées 45° 30′ 11″ N, 73° 33′ 12″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montréal

La rivière Saint-Pierre était une rivière de la ville de Montréal, au Québec, s'écoulant dans le fleuve Saint-Laurent: c'est à son embouchure que fut fondée Montréal, à la hauteur du site de Pointe-à-Callière.

DescriptionModifier

La rivière Saint-Pierre prenait sa source dans l'ouest de l'île de Montréal, une de ses branches se dirigeant vers l'actuel Vieux-Port de Montréal, l'autre se jetant dans le fleuve non loin du lieu où se déverse actuellement l'Aqueduc de Montréal à Verdun. Par ailleurs, non loin de la falaise Saint-Jacques, la rivière formait un lac qui fut nommé lac à la Loutre, lequel était situé sur les lieux de l'actuel échangeur Turcot.

HistoireModifier

La petite vallée ou vallon de la rivière Saint-Pierre constituait anciennement un hydrosystème d'importance comprenant le cours d'eau et ses tributaires, des marais et des prairies humides qui fournissaient de nombreuses ressources et permettaient différentes activités économiques pour les communautés riveraines. Les terres humides proches de la rivière Saint-Pierre constituaient d'excellents pâturages ou communes pour le bétail, et ses rives étaient déjà occupée par les Autochtones. Ensuite, après l'arrivée des Français, la rivière alimentait plusieurs moulins appartenant aux seigneurs Sulpiciens de Montréal. Partiellement navigable pour les canots, les Sulpiciens souhaitent redresser la rivière et connecter ses différentes parties pour former le canal Lachine, dont le projet projet est élaboré à la fin du XVIIe siècle. La rivière fut pendant longtemps utilisée comme égout à ciel ouvert par les riverains qui y évacuent leurs eaux artisanales et domestiques déjà au XVIIIe siècle, puis cette pratique s'accélère au XIXe siècle à la suite de l'augmentation croissante de la population urbaines qui investit les rives, suréquipe la rivière et y rejette différents déchets. Les pollutions et les inondations répétées du cours d'eau, associé l'urbanisation et à l'industrialisation de Montréal, conduisent à la volonté collective de recouvrir la petite rivière Saint-Pierre[1]. En 1832, la rivière est recouverte, canalisée dans le secteur de la Pointe-à-Callière[2]. puis convertie en égout-collecteur, au nom de la salubrité publique. Les différents autres tronçons de la rivière furent eux aussi enfouis au courant des décennies qui suivirent, entre 1830 et 1960. Le développement de la partie auparavant située au sud-ouest de la rivière s'accélère: bientôt, il ne restera plus aucune trace apparente de celle-ci. En 1990, le collecteur est rempli de sable, occasionnant du même coup la disparition complète de la rivière[3].

Des vestiges de l'égout collecteur peuvent être aperçus au musée de Pointe-à-Callière, tandis qu'une section de son tracé est visible près des écluses de la Côte-Saint-Paul du Canal Lachine.

RéférencesModifier

  1. Laetitia Deudon, Sociétés et territoires fluviaux, une approche comparative : L'Escaut à Valenciennes et la Rivière Saint-Pierre à Montréal (XVIIe- XVIIIe siècles) (Mémoire de Master 1) (lire en ligne).
  2. rivieresperdues.radio-canada.ca
  3. ledevoir.com

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :