Rivière Cascouia

passe au Canada

La rivière Cascouia est un affluent du lac Kénogami, coulant dans la municipalité de Larouche dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Le Fjord-du-Saguenay et dans la ville de Saguenay, dans la région administrative de Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans la province de Québec, au Canada.

Rivière Cascouia
Illustration
Tracé du cours d'eau et de ses principaux affluents.[1]
Caractéristiques
Longueur 12,0 km
Bassin collecteur Rivière Saguenay
Régime Pluvial
Cours
Source Petit lac non identifié
· Localisation Larouche
· Altitude 207 m
· Coordonnées 48° 25′ 46″ N, 71° 33′ 10″ O
Embouchure Lac Kénogami
· Localisation Saguenay48.42950
· Altitude 150 m
· Coordonnées 48° 25′ 46″ N, 71° 26′ 42″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche (à partir de l'ancienne embouchure) Décharge du lac Henri, décharge du lac Lésigny, décharge des lacs Long et Leclerc.
· Rive droite (à partir de l'ancienne embouchure) Ruisseau du Pont Flottant, décharge du lac Déchène.
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Saguenay–Lac-Saint-Jean
Territoire non organisé et ville MRC Le Fjord-du-Saguenay et Saguenay
Secteur de la ville Larouche et Jonquière

Sources : [2]

La vallée de la rivière Cascouia est desservie par la route 169 et par la route des Bâtisseurs qui contourne la partie nord du lac. Cette vallée est aussi desservie par quelques routes forestières secondaires, surtout pour les besoins la foresterie et des activités récréotouristiques[3].

Les activités récréotouristiques constituent la principale activité économique autour de la baie Cascouia, surtout la villégiature autour du Lac du Camp ; les activités reliés à l’hydroélectricité, en second ; la foresterie, en troisième.

La surface de la rivière Cascouia est habituellement gelée du début de décembre à la fin mars, toutefois la circulation sécuritaire sur la glace se fait généralement de la mi-décembre à la mi-mars.

GéographieModifier

À la suite des relèvements successifs du niveau de l’eau du lac Kénogami au début du XXe siècle, la baie Cascouia a pris de l’expansion aux dépens de l’ancienne rivière Cascouia, devenant une passe du lac. La rivière Cascouia est localisée dans l’ex-municipalité de lac-Kénogami.

Les principaux bassins versants voisins de la rivière Cascouia sont :

La rivière Cascouia prend sa source d'un petit lac non identifié (longueur : 0,7 km ; altitude : 207 m) en forme de V. Cette source est située à :

À partir de sa source (petit lac non identifié), la rivière Cascouia coulait sur 12,0 km avec une dénivellation de 57 m entièrement en zone forestière, selon les segments suivants :

  • 4,0 km vers le sud-est en traversant le lac du Camp actuel sur 1,3 km, jusqu’à son embouchure ;
  • 3,5 km vers le sud-est en traversant la baie Cascouia actuelle, jusqu’à la passe Cascouia ;
  • 4,6 km vers le sud-est en traversant la passe Cascouia, jusqu’à l’embouchure naturelle de la rivière[4].

L’ancien cours de la rivière Cascouia se déversait dans la baie Épiphane sur la rive nord du lac Kénogami ; à la suite de l’érection des barrages sur le lac Kénogami, l’ancien cours est en grande partie sous les eaux de ce lac de barrage. Cette ancienne confluence était située à :

À partir de l’embouchure de la rivière Cascouia, le courant traverse le lac Kénogami sur 19,1 km vers l’est jusqu’au barrage de Portage-des-Roches, puis suit le cours de la rivière Chicoutimi sur 26,2 km vers l’est, puis le nord-est et le cours de la rivière Saguenay sur 114,6 km vers l’est jusqu’à Tadoussac où il conflue avec l’estuaire du Saint-Laurent[4].

ToponymieModifier

La baie Cascouia est fréquemment nommée « Lac Cascouia », en raison de son isolement de la partie centrale du lac Kénogami.

Une des premières mentions connue du mot innu « Cascaouia » est attribuée à l'arpenteur Joseph-Laurent Normandin, en 1732, qui écrit dans son Journal : « ...Il y a une grande baye, qui est bordée de jongs et herbes, que les Sauvages nomment Les Gachek8illaces de Quinongamingue ». Normandin utilise aussi la forme « Baye des Gachek8illasses ». En modifiant sa forme primitive afin d'en faciliter l'usage, les premiers explorateurs ont perpétué ce terme amérindien signifiantr « herbages » ou « joncs ». Pour certains, il s'agit en fait de quenouilles. Plusieurs variantes orthographiques existent pour cette appellation, notamment : Kascouia, Kaskauia, Kaskovia, Kaskouia et Kashkouia. Autre graphie amérindienne relevée : Kashkouillasses[5].

Le toponyme rivière Cascouia a été officialisé le à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[6].

Notes et référencesModifier

  1. Relation OpenStreetMap
  2. Caractérisations sur le bassin versant de la baie Cascouia - Municipalité de Larouche
  3. Open Street Map - Consulté le 7 février 2019
  4. a b c et d « Atlas du Canada du Ministère des ressources naturelles du Canada » (consulté le )
  5. Source: Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  6. Commission de toponymie du Québec - Rivière Cascouia

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier