Rino Della Negra

footballeur et résistant français
Rino Della Negra
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Sport
Équipe
Position
Avant-centre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Rino Della Negra (né le à Vimy et fusillé au fort du Mont-Valérien le ), dit Chattel, est un joueur de football français et soldat volontaire de l'armée française de libération (FTP-MOI / Groupe Manouchian).

BiographieModifier

JeunesseModifier

Rino Della Negra naît en 1923 à Vimy dans le Pas-de-Calais, de parents italiens, naturalisés en 1938. Son père, briquetier, est originaire d'Udine, dans le Frioul[1],[2]. La famille s'installe en 1926, dans la région parisienne, à Argenteuil, dans le quartier Mazagran, rebaptisé « Mazzagrande » par son importante communauté italienne[3].

En 1937, Rino travaille comme apprenti ajusteur à l'usine Chausson d'Asnières-sur-Seine[3].

FootballModifier

Espoir du football, il commence sa carrière au FC Argenteuillais au poste d’attaquant, dans l’équipe interne de Chausson qui remporte la Coupe de la Seine en 1938, à la Jeunesse sportive Jean-Jaurès d’Argenteuil avec qui il gagne la Coupe du Matin-FSGT en 1941.

En 1942 cette compétition change de formule et oppose des sélections régionales, avec celle de Paris "il inscrit un doublé lors de la finale victorieuse"[4]. Il est remarqué par la presse lorsqu'il rejoint l’Union sportive athlétique de Thiais. Le Red Star de Saint-Ouen[3],[5] le recrute au début de la saison 1943-1944.

RésistanceModifier

En 1942, réquisitionné pour le Service du travail obligatoire (STO) en Allemagne, il décide de ne pas partir et adhère aux Francs-tireurs et partisans (FTP) d’Argenteuil dès février 1943, sans quitter son activité sportive et sa famille[6].

Il rejoint le 3e détachement italien des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) de la région parisienne commandé par Missak Manouchian[7].

Le , il participe à l’exécution du général Von Apt au 4 Rue Maspero. Le , il attaque le siège central du parti fasciste italien rue Sédillot. Le , il attaque la caserne Guynemer à Rueil-Malmaison.

Le , au no 56 rue La Fayette, il attaque avec Robert Witchitz des convoyeurs de fonds allemands, mais c’est un échec ; Rino, blessé, et Robert sont arrêtés.

Le , Spartaco Fontanot et Roger Rouxel sont arrêtés par la Brigade Spéciale 2 (BS2) des Renseignements généraux. Le , Missak Manouchian et Joseph Epstein tombent entre les mains de la BS2 en gare d'Évry-Petit-Bourg. Le , Olga Bancic et Marcel Rajman sont également capturés. Au total, dix-sept résistants MOI sont appréhendés par la BS2.

Rino Della Negra est condamné à mort[6], puis fusillé au fort du Mont-Valérien, le , avec les 23 membres du groupe Manouchian dont les dix de l'affiche rouge[8]. Il est inhumé au cimetière du Centre d'Argenteuil[9].

HommagesModifier

À Argenteuil, sa ville d'adoption, une rue porte son nom[6], de même qu'une salle municipale.

Une stèle est fleurie chaque année, un samedi ou dimanche matin de fin février, lors d'une célébration commémorant son exécution, survenue le .

Figure emblématique du club, sa mémoire est régulièrement honorée par les supporters du Red Star[5], qui ont notamment installé une stèle commémorative à l'entrée du stade[6].

La tribune Première Est du stade Bauer, où se tiennent les supporters les plus fervents du club, est appelée « Tribune Rino Della Negra ».

Liste des membres du groupe Manouchian exécutésModifier

 
Mémorial de l'Affiche rouge à Valence.

La liste suivante des 23 membres du groupe Manouchian exécutés par les Allemands signale par la mention (AR) les dix membres que les Allemands ont fait figurer sur l'Affiche rouge :

Notes et référencesModifier

  1. Anthony Lieures, « Groupe Manouchian : qui était Rino Della Negra, le footballeur résistant du Red Star ? », leparisien.fr, (consulté le ).
  2. Jérôme Latta, « Rino Della Negra, étoile rouge de la Résistance et du football », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a b et c Claude Pennetier, « DELLA-NEGRA Rino [Pseudonyme : ROBIN] », sur maitron.fr.
  4. Jérôme Latta, « Rino Della Negra, étoile rouge de la Résistance et du football », sur Une balle dans le pied, (consulté le )
  5. a et b Nima Kargar, Edouard de La Rochefordière, « La carte de la gauche alternative à Paris », sur StreetPress, .
  6. a b c et d Marceau Taburet, « Rino Della Negra, icône méconnue du groupe Manouchian », Libération,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  7. « Le groupe Manouchian », sur ivry94.fr (consulté le )
  8. Adrien Pécout, « Football : le Red Star se souvient de ses résistants », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Cimetières de France et d'ailleurs

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Émission radioModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier