Rino Della Negra

footballeur et résistant français


Rino Della Negra (né le à Vimy et fusillé au fort du mont Valérien le ), dit Chattel, est un Italien, soldat volontaire de l'armée française de libération (FTP-MOI / Groupe Manouchian proche du Parti communiste français).

Rino Della Negra
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Sport
Équipe
Position
Avant-centre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

JeunesseModifier

Né en 1923 à Vimy dans le Pas-de-Calais de parents italiens, son père, briquetier, était originaire d'Udine, dans le Frioul (Italie)[1]. il arrive dans la région parisienne, à Argenteuil, en 1926[2].

En 1937, il travaille à l'usine Chausson d'Asnières-sur-Seine[2].

Espoir du football, il commence sa carrière à Argenteuil avant d’aller dans l'un des clubs phares de Paris : le Red Star de Saint-Ouen[2],[3].

Seconde Guerre mondialeModifier

En 1942, réquisitionné pour le Service du travail obligatoire en Allemagne, il décide de ne pas partir et s’engage dans la clandestinité aux côtés des Francs-tireurs et partisans.

Il rejoint le 3e détachement italien des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI) de la région parisienne commandé par Missak Manouchian[4].

Le , il participe à l’exécution du général Von Apt au 4 rue Maspéro.

Le , il attaque le siège central du parti fasciste italien, rue Sédillot.

Le , il attaque la caserne Guynemer à Rueil-Malmaison.

Le , au no 56 rue La Fayette il attaque avec Robert Witchitz des convoyeurs de fonds allemands, mais c’est un échec, Rino, blessé, et Robert sont arrêtés.

Le , Spartaco Fontanot et Roger Rouxel sont arrêtés par la Brigade Spéciale 2 (BS2) des Renseignements généraux.

Le 15 novembre, Missak Manouchian et Joseph Epstein tombent entre les mains de la BS2 en gare d'Évry-Petit-Bourg.

Le 16 novembre, Olga Bancic et Marcel Rajman sont également capturés. Au total, dix-sept résistants MOI seront appréhendés par la BS2.

Rino Della Negra, arrêté le est fusillé au fort du mont Valérien le avec les 23 membres du groupe Manouchian dont les dix de l'affiche rouge[5]. Il repose au cimetière du Centre d'Argenteuil[6].

HommagesModifier

À Argenteuil, sa ville d'adoption :

  • Une rue, à son nom,
  • Une salle municipale, à son nom,
  • Une stèle, fleurie chaque année, un samedi ou dimanche matin de fin février, lors d'une célébration commémorant son exécution, survenue le .

lui rendent hommage.

  • Figure emblématique du club, sa mémoire est régulièrement honorée par les supporters du Red Star [3], qui ont notamment installé une stèle commémorative à l'entrée du stade.
  • La tribune première Est du stade Bauer, repaire des supporters les plus fervents du club, est appelée « Tribune Rino Della Negra ».

Liste des membres du groupe Manouchian exécutésModifier

 
Mémorial de l'Affiche rouge à Valence.

La liste suivante des 23 membres du groupe Manouchian exécutés par les Allemands signale par la mention (AR) les dix membres que les Allemands ont fait figurer sur l'Affiche rouge :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Anthony Lieures, « Groupe Manouchian : qui était Rino Della Negra, le footballeur résistant du Red Star ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  2. a b et c Claude Pennetier, « DELLA-NEGRA Rino [Pseudonyme : ROBIN] », sur maitron.fr.
  3. a et b Nima Kargar, Edouard de La Rochefordière, « La carte de la gauche alternative à Paris », sur StreetPress, .
  4. « Le groupe Manouchian », sur ivry94.fr (consulté le )
  5. Adrien Pécout, « Football : le Red Star se souvient de ses résistants », sur Le Monde.fr, Le Monde, (consulté le ).
  6. Cimetières de France et d'ailleurs