Richard Wilhelm

Richard Wilhelm, né le à Stuttgart et mort le à Tübingen, est un missionnaire protestant,traducteur et sinologue allemand. On lui doit la traduction de maints ouvrages de philosophie du chinois vers l'allemand, qui à partir de cette langue ont été à leur tour traduits dans d'autres langues européennes.

Richard Wilhelm (1873-1930)

BiographieModifier

Missionnaire protestant allemand; il arrive en Chine en 1899. Cultivé et respectueux (il se vantera de n'avoir fait aucun baptême! des traditions de son pays d'accueil, il se lie avec un lettré chinois de la famille de Confucius qui l'initie à l'enseignement secret du Ji King. Ce lettré, conscient de la décadence de l'empire chinois et prévoyant son futur naufrage culturel après la première guerre mondiale, choisit de transmettre ce savoir à un tenant d'une culture différente. Wilhelm entreprend la traduction sous la direction et le contrôle de son maître chinois.

Rappelé en Allemagne vers 1920, Wilhelm publie son I Ging en 1924 à Iéna[1]. Cette traduction du Yi Jing ainsi que celle d'un autre texte chinois, Le Mystère de la fleur d'or, sont considérées comme parmi les meilleures. Les versions allemandes de ces deux ouvrages contiennent une introduction du psychologue Carl Gustav Jung, ami de Wilhelm.

BibliographieModifier

  • (de) Interkulturalität im frühen 20. Jahrhundert: Richard Wilhelm - Theologe, Missionar und Sinologe. Hrsg. von Klaus Hirsch ... Frankfurt a.M. : IKO, Verlag für Interkulturelle Kommunikation, 2006. (ISBN 3-88939-819-7)
  • (de) Richard Wilhelm: Botschafter zweier Welten. Sinologe und Missionar zwischen China und Europa. Dokumentation einer Tagung der Evangelischen Akademie Bad Boll in Zusammenarbeit mit dem Institut für Ostasienwissenschaften der Gerhard Mercator-Universität Duisburg 28. bis 30. Juni 2002. Hrsg. von Klaus Hirsch. Frankfurt am Main; London: IKO, Verlag für Interkulturelle Kommunikation, 2003. (ISBN 3-424-00502-9)
  • (de) Reinhard Breymayer: "Die Bibel der Chinesen". Zum Problem 'verwestlichender Übersetzung' in der württembergisch-schwäbischen Chinakunde bis zu Richard Wilhelm (1873-1930). In: Rainer Reuter, Wolfgang Schenk (Hrsg.): Semiotica Biblica. Eine Freundesgabe für Erhardt Güttgemanns. (Hamburg:) Verlag Dr. Kovač (1999) (Schriftenreihe THEOS. Studienreihe Theologische Forschungsergebnisse, Bd. 31) pp. 181-217 (ISBN 3-86064-936-1)
  • (en) Richard Noll, The Jung Cult (Princeton: Princeton University Press, 1994) pp. 333-4


Notes et référencesModifier

  1. Préface d'Étienne Perrot, Richard WilhelmYi king le livre des transformations, librairie de Médicis, 1973

Voir aussiModifier

Liens externesModifier